Europe

Dr. Jacques Sapir: « The struggle for the sovereignty of Nations is now decisive »

Publié le Mis à jour le

Jacques Sapir

Dr. Jacques Sapir. DR.

Mohsen Abdelmoumen: In your book « Les économistes contre la Démocratie: Pouvoir, Mondialisation et Démocratie » (Economists Against Democracy: Power, Globalization and Democracy), you are very critical of economists. Can you explain why?

Dr. Jacques Sapir: It is mainly because economists have appropriated a power that is not theirs. They have indeed penetrated the inner workings of the ruling apparatus. This is true at the State level, as to that of major international organizations, whether it is in the European Union, the OECD or the WTO. They are thus increasingly inclined to intervene on all social and political problems. But when they occur, it is by mixing an experts position and a position of political actors. This poses an immediate problem. Lire la suite »

Le Dr. Jacques Sapir : « La lutte pour la souveraineté des Nations est aujourd’hui décisive »

Publié le Mis à jour le

Jacques Sapir1

Le Dr. Jacques Sapir. DR.

English version here:https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2017/03/16/dr-jacques-sapir-the-struggle-for-the-sovereignty-of-nations-is-now-decisive/

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre « Les économistes contre la démocratie : Pouvoir, mondialisation et démocratie », vous êtes très critique envers les économistes. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

Dr. Jacques Sapir : C’est essentiellement parce que les économistes se sont approprié un pouvoir qui ne leur revient pas. Ils ont en effet pénétré les rouages des appareils de décision. Ceci est vrai à l’échelle des États, comme à celle des grandes organisations internationales, qu’il s’agisse de l’Union européenne, ou de l’OCDE ou de l’OMC. Ils sont ainsi de plus en plus portés à intervenir sur l’ensemble des problèmes sociaux et politiques. Or, quand ils interviennent, c’est en mélangeant une position d’experts et une position d’acteurs politiques. Cela pose un problème immédiat. Lire la suite »

Colonel Régis Chamagne: « NATO has become a tool at the service of US imperialism, itself at the service of the financial oligarchy’s project »

Publié le Mis à jour le

colonel-chamagne

Colonel Régis Chamagne. DR.

Mohsen Abdelmoumen: You are talking about a plan for the destruction of nation-States, especially by breaking their armies. It is a terrible fact. Can you tell us about this project?

Col. Régis Chamagne: The objective of the financial oligarchy is to seize the riches of the world, and to achieve this, humanity must be enslaved. Thirty years ago, some 60 people owned 50 percent of the world’s wealth. At the time, the image used was that of a bus: we could fill a bus with those who owned 50 percent of the world’s wealth. Today, they are only eight people who own half the wealth of the world. Lire la suite »

Colonel Régis Chamagne: « L’OTAN est devenue un outil au service de l’impérialisme US, lui-même au service du projet de l’oligarchie financière »

Publié le Mis à jour le

chamagne2

Colonel Régis Chamagne. DR.

English version here:https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2017/02/02/colonel-regis-chamagne-nato-has-become-a-tool-at-the-service-of-us-imperialism-itself-at-the-service-of-the-financial-oligarchys-project/

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous évoquez un plan de destruction des États-nations, notamment en brisant leurs armées. C’est un constat terrible. Pouvez-vous nous parler de ce projet ?

Colonel Régis Chamagne : L’objectif de l’oligarchie financière est de s’accaparer les richesses du monde, et pour arriver à cela, il faut ramener l’humanité en esclavage. Il y a trente ans, une soixantaine de personnes possédaient 50 % de la richesse mondiale. À l’époque, l’image que l’on employait était celle d’un bus ; on pouvait remplir un bus avec ceux qui possédaient 50 % des richesses du monde. Aujourd’hui, elles ne sont plus que huit personnes qui possèdent la moitié des richesses du monde. Lire la suite »

Prof. Mebtoul : « Toute déstabilisation de l’Algérie aurait des répercussions géostratégiques sur tout l’espace méditerranéen et africain »

Publié le Mis à jour le

a-mebtoul3

Professeur Abderrahmane Mebtoul. DR.

English version here:https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2016/12/29/prof-mebtoul-any-destabilization-of-algeria-would-have-geostrategic-repercussions-on-all-the-mediterranean-and-african-space/

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Nous suivons depuis longtemps vos travaux. Pour l’économiste que vous êtes, l’Algérie respecte-t-elle les engagements internationaux?

Prof. Abderrahmane Mebtoul : Vous faites allusion à l’Accord d’Association signé en toute souveraineté le 01 septembre 2015. Pour l’Algérie, par la voix du directeur général des relations économiques et de la coopération internationale au ministère des Affaires étrangères, en date du 05 aout 2015, il n’est pas question de remettre en cause l’architecture générale, l’Europe ayant accédé à la demande algérienne et donné son accord pour une révision partielle de certains articles permettant un partenariat gagnant/gagnant, tout en soulignant pour la partie européenne que, pour une économie diversifiée, les réformes structurelles dépendent avant tout du gouvernement algérien, afin de bénéficier de cet accord. On reparle à nouveau d’une éventuelle adhésion de l’Algérie à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) qui représente 97% du commerce mondial et 85% de la population mondiale. Lire la suite »

President Obama adviser, Dr. Bruce Riedel, answers to our questions about Algeria, the DRS, and JASTA.

Publié le Mis à jour le

bruce-riedel3

Dr. Bruce Riedel. DR.

Dr. Bruce Riedel was a senior official at the CIA, where he served for 30 years. He advised four presidents of the United States, including the current president, on the US security and counter-terrorism issues. He is advisor of President Barack Obama and a member of the National Security Council at the White House.

He answered us on two questions about Algeria and its intelligence services, the DRS, and the JASTA law with its consequences for US-Saudi relations. He showed a great prudence and diplomacy in this interview. Speaking on Algeria, he told us: Lire la suite »

Le Dr. Bruce Riedel, conseiller du Président Obama, répond à nos questions concernant l’Algérie, le DRS, et JASTA.

Publié le Mis à jour le

bruce-riedel1

Dr. Bruce Riedel. DR.

English version here:https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2016/10/20/president-obama-adviser-dr-bruce-riedel-answers-to-our-questions-about-algeria-the-drs-and-jasta/

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 

Le Dr. Bruce Riedel a été haut responsable à la CIA où il a servi pendant 30 ansIl a conseillé quatre présidents des États-Unis, dont le président actuel, sur les dossiers de la sécurité et du contre-terrorisme. Il est conseiller du président Barack Obama et est membre du Conseil de Sécurité Nationale à la Maison Blanche.

Il a bien voulu nous répondre sur deux questions concernant l’Algérie et ses services de renseignement, le DRS, et la loi JASTA avec ses conséquences sur les relations américano-saoudiennes. Il a fait preuve de grande prudence et de diplomatie dans cet entretien. S’exprimant sur l’Algérie, il nous a confié : Lire la suite »