Europe

Le député suisse Guy Mettan démonte la propagande occidentale (II)

Publié le Mis à jour le

Guy Mettan pointe les mensonges de l’Occident. D. R.

Mohsen Abdelmoumen : Ne pensez-vous pas que les dirigeants occidentaux qui ont mené des guerres dévastatrices en Irak, Libye, etc. et qui ont déstabilisé des pays, notamment avec les «printemps arabes», devraient rendre des comptes devant les tribunaux ?

Guy Mettan : Oui, bien sûr. Si nous étions dans un monde juste, équitable, il y a longtemps qu’on aurait dû traduire les responsables américains dans des cours pénales. Les crimes de guerre qui ont été commis au Vietnam, en Afghanistan, en Irak sont avérés. Je rappelle quand même que Julian Assange est en prison parce qu’il a révélé à travers Wikileaks des crimes de guerre américains commis en Irak. Maintenant ça continue au Yémen. Il y a toujours une guerre qui ne dit pas son nom dans l’est du Congo, une guerre qui se fait aussi par proxy, via l’armée rwandaise armée par les Etats-Unis et les Occidentaux et qui approvisionne des milices armées pour semer le chaos afin de permettre aux grandes multinationales occidentales de s’approprier des minerais tels que le cobalt et le coltan, dont cette région regorge. Tous ces crimes, en principe, sont passibles de tribunaux, mais jamais la Cour pénale internationale ne s’est intéressée aux responsables occidentaux pour les crimes qu’ils ont commis. On est de nouveau dans un système «deux poids, deux mesures», un système de doubles standards où l’on condamne – peut-être à juste titre, je ne suis pas qualifié pour en juger – des prétendus criminels de guerre africains, mais jamais des criminels de guerre occidentaux. Et encore moins américains. Comme par hasard, les Etats-Unis n’ont pas ratifié la Convention sur la Cour pénale internationale. Nous sommes face à un déni de droit manifeste. Mais je pense que ce genre de chose ne s’oublie pas. Peut-être les générations futures s’y intéresseront-elles. Regardez l’esclavage. On a passé cela sous silence pendant des siècles mais c’est une thématique qui remonte à la surface un siècle et demi après son abolition officielle. La mémoire des peuples n’oublie pas les avanies subies.

Lire la suite »

Le député suisse Guy Mettan démonte la propagande occidentale

Publié le Mis à jour le

Le journaliste et député suisse Guy Mettan. D. R.

Mohsen Abdelmoumen : Le conflit actuel en Ukraine ne trouve-t-il pas sa source dans l’Euromaïdan et le coup d’Etat organisé et soutenu par les Occidentaux en 2014 ? A votre avis, quels sont les véritables enjeux du conflit en Ukraine ?

Guy Mettan : Vaste question ! Je pense qu’on peut faire remonter les origines du conflit actuel au coup d’Etat de février 2014. Ce n’était pas la première fois parce qu’il y avait déjà eu une première Révolution orange en Ukraine en 2004 qui avait essayé de renverser le gouvernement de l’époque pour installer un régime pro-occidental. Mais cela avait échoué. La seconde Révolution orange en 2014, elle, a réussi avec l’aide des Américains, comme on le sait, puisque le coup d’Etat de 2014 avait été préparé par de grands investissements, à hauteur de 5 milliards de dollars, pour essayer de faire tomber l’Ukraine dans l’escarcelle des Etats-Unis.

La secrétaire d’Etat adjointe américaine des Affaires étrangères, Victoria Nuland, avait d’ailleurs déclaré en décembre 2013, trois mois avant le coup d’Etat, qu’il était temps pour les Etats-Unis de récupérer leurs investissements. Ce coup d’Etat était tout, sauf spontané. Comme au Chili en 1973, on a exploité les mécontentements d’une certaine partie de la population. Des extrémistes se sont greffés sur les manifestations populaires pour créer du chaos, provoquer la police, les fameux Berkouts, et l’obliger à riposter de façon à faire monter les enchères pour justifier le putsch. Ces mêmes extrémistes se retrouvent aujourd’hui dans le Bataillon Azov et dans l’extrême-droite nationaliste ukrainienne. Voilà pour le contexte.

Lire la suite »

Général Vincent Desportes : « Il aurait fallu négocier avec Poutine !» 

Publié le Mis à jour le

Le général de division français Vincent Desportes. D. R.

Mohsen Abdelmoumen : Les germes de la guerre en Ukraine ne se trouvent-ils pas dans le livre de Brzezinski Le grand échiquier ?

Général Vincent Desportes : Les germes de cette guerre sont multiples. Une guerre ne surgit pas du néant, elle est créée par des conditions qui sont mises en place. Le germe de la guerre, c’est évidemment la fin de la guerre froide et la façon dont on a géré la fin de celle-ci. Une guerre, c’est comme un divorce, personne n’est jamais blanc et personne n’est jamais noir. Tout le monde a un peu de torts. Ce qui est sûr, c’est que les logiques qui correspondaient à la sécurité collective et au multilatéralisme qui ont été mises en place en 1991 lors de la dissolution de l’Union soviétique ont progressivement laissé place à des logiques de puissance de part et d’autre ; d’une part, du côté occidental et principalement du côté américain et, d’autre part, du côté russe. Ce qui est sûr, c’est que la grande stratégie américaine telle qu’elle est définie effectivement par Brzezinski dans Le grand échiquier consiste bien à séparer l’Ukraine de la Russie et à affaiblir la Russie.

Lire la suite »

Les produits agricoles cultivés à Dakhla inondent l’Europe : silence, on pille !

Publié le

Tomate produite illégalement à Dakhla occupée et commercialisée en Europe. D. R.

Les produits agricoles cultivés au Sahara Occidental occupé par le Maroc inondent le marché européen, nous avions déjà évoqué ce fait dans un précédent article où nous avions notamment parlé de la protestation de la COAG, Coordination des organisations d’agriculteurs et d’éleveurs espagnole, première organisation professionnelle agricole nationale, qui se plaint de l’invasion du marché européen par les fruits et légumes en provenance du Sahara Occidental occupé par le Maroc. En effet, le Maroc pratique une concurrence déloyale basée sur des modèles de production à bas coût, reposant sur l’utilisation intensive de produits phytosanitaires extrêmement agressifs pour l’environnement et non autorisés dans l’UE, et des conditions de travail très précaires en termes de salaires, de couverture sociale et de risques. Ainsi, une heure de travail payée par un exploitant agricole espagnol équivaut à une journée de travail d’un ouvrier au Sahara Occidental occupé. Bien sûr, cette différence de coût de production se répercute sur le prix de vente et les agriculteurs espagnols ne peuvent pas rivaliser avec les prix pratiqués par le Maroc. Résultat, en une décennie, le secteur espagnol des fruits et légumes a perdu 43 000 propriétaires agricoles.

Lire la suite »

Daniel Kovalik: “World War III has begun”

Publié le Mis à jour le

The American lawyer and peace activist Daniel Kovalik D.R.

The American lawyer and peace activist visited Donetsk where, he says in this interview, the Ukrainian army bombed a school, a football stadium and a monastery, without the Western media reporting these war crimes. The author of the book « The Plot To Overthrow Venezuela, How The US Is Orchestrating a Coup for Oil » reveals that the US military is directly involved in the war in Ukraine. Interview.

Mohsen Abdelmoumen: You are in Russia at the moment and you are following the conflict in Ukraine. Can you give us an update on the situation in the field?

Daniel Kovalik: I was in Donetsk and can say that the situation there is very stable. While there was some shelling by Ukraine into this area upon civilian targets (e.g., a school, soccer stadium, a monastery), life is now slowly returning to some state of normalcy subsequent to the referendum in September in which voters chose to become a part of the Russian Federation. Russia is engaged in the construction and reconstruction of housing, hospitals, parks and other infrastructure, and people are going about their daily lives.

You assert that there are American troops engaged on the ground in Ukraine. How do you explain this engagement of American troops? Don’t you think this is a serious precedent?

This is a very grave situation indeed. While the Biden Administration claims that these troops are not involved in actual combat, the presence of these troops and their aid to the Ukraine military in training, advising and targeting underscores that this conflict is one between NATO and Russia. In short, this is a signal that World War III has begun, and a greater conflagration has now become very possible.

Lire la suite »

Daniel Kovalik : « La troisième guerre mondiale a commencé ».

Publié le Mis à jour le

L’avocat et militant américain pour la paix Daniel Kovalik. D. R.

L’avocat et militant américain pour la paix s’est rendu à Donetsk où, affirme-t-il dans cet entretien, l’armée ukrainienne a bombardé une école, un stade de football et un monastère, sans que les médias occidentaux aient rapporté ces crimes de guerre. L’auteur de l’ouvrage Le complot pour renverser le Venezuela, Comment les Etats-Unis orchestrent un coup d’Etat pour le pétrole révèle que l’armée américaine est directement engagée dans la guerre en Ukraine. Interview.

Mohsen Abdelmoumen : Vous êtes en Russie en ce moment et vous suivez le conflit en Ukraine. Pouvez-vous nous faire un état des lieux sur l’évolution de la situation dans le terrain ?

Daniel Kovalik : J’étais à Donetsk et je peux dire que la situation y est très stable. Bien que l’Ukraine ait bombardé des cibles civiles dans cette région (par exemple, une école, un stade de football, un monastère), la vie reprend lentement son cours normal après le référendum de septembre, au cours duquel les électeurs ont choisi de faire partie de la Fédération de Russie. La Russie est engagée dans la construction et la reconstruction de logements, d’hôpitaux, de parcs et d’autres infrastructures, et les gens poursuivent leur vie quotidienne.

Vous affirmez qu’il y a des troupes américaines engagées au sol en Ukraine. Comment expliquez-vous cet engagement des troupes américaines ? Ne pensez-vous qu’il s’agit d’un grave précédent ?

La situation est en effet très grave. Bien que l’administration Biden affirme que ces troupes ne sont pas impliquées dans des combats réels, leur présence et l’aide qu’elles apportent à l’armée ukrainienne en matière de formation, de conseil et de ciblage soulignent que ce conflit oppose l’OTAN et la Russie. En bref, c’est un signal que la troisième guerre mondiale a commencé, et qu’une conflagration plus importante est maintenant devenue très possible.

Lire la suite »

Le physicien belge Jean Bricmont : «Il faut dissoudre l’OTAN !»

Publié le Mis à jour le

Jean Bricmont. D. R.

Le professeur émérite de physique théorique à l’Université catholique de Louvain, en Belgique, et membre de l’Académie royale de Belgique, Jean Bricmont, est catégorique : il faut dissoudre l’Alliance atlantique, parce que, argumente-t-il, «elle ne sert à rien de constructif». «Les Occidentaux pensent qu’ils ont un droit quasi divin de s’ingérer dans les affaires intérieures des autres pays du monde», souligne-t-il dans cette interview.

Mohsen Abdelmoumen : Quel regard portez-vous sur le conflit qui se déroule en Ukraine en ce moment ?

Jean Bricmont : C’est le plus important conflit du XXIe siècle, pour le moment, et son enjeu ne concerne pas l’Ukraine ou l’est de l’Ukraine, mais l’ensemble des relations Nord-Sud. La preuve en est que les pays comptant la grosse majorité de l’humanité (plus de 80%) ont refusé d’appliquer les sanctions américaines contre la Russie, alors que «l’opération militaire spéciale» est une claire violation du droit international, lequel est sacro-saint aux yeux des pays du Sud. Ils ont condamné l’opération spéciale à l’ONU, ce qui était le minimum syndical, puis n’ont rien fait.

Lire la suite »