France

Ma réponse au sieur Driencourt et consorts

Publié le Mis à jour le

L’ancien ambassadeur français à Alger Xavier Driencourt. D.R.

Depuis quelques jours, l’Algérie est au centre d’un tir croisé provenant de toutes les sphères du pouvoir français et ses relais médiatiques, intellectuels et même sportifs, attaques cautionnées par certains individus d’origine algérienne qui revendiquent fièrement leur statut de bougnoules colonisés au service de Fafa. Tout cela sur fond de Marocgate qui n’a pas fini de nous remonter des profondeurs océanes au large de Dakhla des poissons frétillants tombés dans les filets des différents Parquets européens. Mais laissons travailler la justice et penchons-nous sur les différentes déclarations des uns et des autres qui, étrangement, arrivent toutes au même moment. Or, il n’y a pas de place pour le hasard en politique, surtout quand, comme la France, on est au bord de l’abîme. Car c’est bien de cela qu’il s’agit.

Lire la suite »

Les produits agricoles cultivés à Dakhla inondent l’Europe : silence, on pille !

Publié le

Tomate produite illégalement à Dakhla occupée et commercialisée en Europe. D. R.

Les produits agricoles cultivés au Sahara Occidental occupé par le Maroc inondent le marché européen, nous avions déjà évoqué ce fait dans un précédent article où nous avions notamment parlé de la protestation de la COAG, Coordination des organisations d’agriculteurs et d’éleveurs espagnole, première organisation professionnelle agricole nationale, qui se plaint de l’invasion du marché européen par les fruits et légumes en provenance du Sahara Occidental occupé par le Maroc. En effet, le Maroc pratique une concurrence déloyale basée sur des modèles de production à bas coût, reposant sur l’utilisation intensive de produits phytosanitaires extrêmement agressifs pour l’environnement et non autorisés dans l’UE, et des conditions de travail très précaires en termes de salaires, de couverture sociale et de risques. Ainsi, une heure de travail payée par un exploitant agricole espagnol équivaut à une journée de travail d’un ouvrier au Sahara Occidental occupé. Bien sûr, cette différence de coût de production se répercute sur le prix de vente et les agriculteurs espagnols ne peuvent pas rivaliser avec les prix pratiqués par le Maroc. Résultat, en une décennie, le secteur espagnol des fruits et légumes a perdu 43 000 propriétaires agricoles.

Lire la suite »

Le Maroc serait champion du monde de la balle ronde et après ?

Publié le Mis à jour le

L’équipe marocaine encadrée par les services de renseignement de Mohammed VI. D. R.

Le Maroc passe en demi-finale du Mondial au Qatar. Et pourquoi pas champion du monde tant qu’on y est ? Soit dit en passant, de mémoire de footballeur, on n’a jamais vu un Mondial se dérouler en plein hiver. Après cet «exploit», il est clair que la chair fraîche marocaine sera surcotée au marché des esclaves à Doha. Ils sont fiers, disent-ils avec des trémolos dans la voix et les larmes aux yeux, parce que c’est le premier pays africain qui soit arrivé là, qualifiant ce moment d’«historique». Historique. Oui. Pourquoi pas ? Dans ce monde déboussolé où les valeurs du toc et du clinquant ont pris le pas sur l’intelligence, la générosité, le courage et la beauté, on ne s’étonne plus de rien.

Pourtant, il n’y a vraiment pas de quoi être fier de chanter l’hymne de Leo Morgan en brandissant le drapeau de Lyautey. Une nation ne se fait pas dans un carré rectangulaire de gazon où des moutons ou des chèvres courent derrière un ballon pendant que les vaches regardent passer les trains de la véritable histoire en ruminant. L’Histoire, avec un grand H, ne se fait pas dans les arènes des gladiateurs modernes, ces milliardaires mondialistes que sont devenus les footballeurs d’aujourd’hui qui n’ont pas de nation et donc les seuls drapeaux sont les logos des multinationales. Ces serviteurs du grand capital, pourris par l’argent et bien souvent sans moralité, sont le symbole parfait de la déchéance du système capitaliste.

Lire la suite »

Dr. Sylvie Thénault: “I still have a lot of difficulty in admitting the idea that many French people did not know what was happening in Algeria during the war”

Publié le Mis à jour le

Sylvie-Thénault-1

Dr. Sylvie Thénault. DR.

Mohsen Abdelmoumen: Your academic career, whether it is your master’s degree, your doctoral thesis or your accreditation as a researcher, is focused on Algeria’s war of independence. Where does your interest in the history of Algeria come from?

Dr. Sylvie Thénault: I have no personal relationship with Algeria. My interest came from the anti-racist movement in France in the late 1980s. I was a secondary school student at the time and the fight against the National Front, which was then beginning to take root in French political life, found arguments in the history of the Algerian war of independence. Thus, it was reminded that Jean-Marie Le Pen had been a lieutenant in Algeria and that he had used torture there. October 17, 1961, was also mentioned as evidence of the murderous nature of racism. The overall idea was that, in order for the immigrants’ children to find their full place in French society, it was necessary to heal the wounds of the past. So we had to talk about it and especially about its darkest aspects. Lire la suite »

Dr. Sylvie Thénault : « J’ai toujours beaucoup de mal à admettre l’idée que beaucoup de Français ignoraient ce qu’il se passait en Algérie pendant la guerre »

Publié le Mis à jour le

Sylvie-Thénault-1

Dr. Sylvie Thénault. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Votre parcours universitaire, que ce soit votre master, votre thèse de doctorat et votre habilitation en tant que chercheuse, est centré sur la guerre d’indépendance de l’Algérie. D’où vient votre intérêt pour l’histoire de l’Algérie ?

Dr. Sylvie Thénault : Je n’ai aucun rapport personnel avec l’Algérie. Mon intérêt est venu du mouvement antiraciste de la fin des années 1980 en France. J’étais alors lycéenne et le combat contre le Front National, qui commençait alors à s’implanter dans la vie politique française, trouvait des arguments dans l’histoire de la guerre d’indépendance algérienne. Ainsi, on rappelait que Jean-Marie Le Pen avait été lieutenant en Algérie et qu’il y avait torturé. On parlait aussi du 17 octobre 1961, comme preuve du caractère meurtrier du racisme. L’idée globale était que, pour que les enfants d’immigrés trouvent pleinement leur place dans la société française, il fallait panser les plaies du passé. Donc il fallait en parler et surtout parler de ses aspects les plus sombres. Lire la suite »

Colonel Régis Chamagne: “The attack on Libya was a major strategic mistake and a crime against humanity”

Publié le Mis à jour le

Régis_Chamagne.6jpg

Colonel Régis Chamagne. DR.

Mohsen Abdelmoumen: What do you think of Colonel Legrier’s criticism of the tactics the West has used against ISIS in Syria that Reuters mentioned in an article?

Colonel Régis Chamagne: Colonel Legrier’s analysis is good in my opinion. The duty of secrecy of the military concerns among others the critics of the strategy of France. However, to the extent that he presents an article in an official defense journal and where it is initially accepted, he is entitled to it. What is enlightening, however, is the political reaction after the fact. It shows a spirit of censorship and contempt for the military. Lire la suite »

Dr. Jean Bricmont : «Les Gilets jaunes posent des questions tellement fondamentales qu’aucun gouvernement européen ne pourrait y répondre»

Publié le Mis à jour le

Jean Bricmont 2

Dr. Jean Bricmont. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 

Mohsen Abdelmoumen : Comment expliquez-vous la soumission des gouvernements occidentaux ainsi que de leurs médias à Israël ?

Dr. Jean Bricmont : La pression des lobbys, toute l’insistance qui a été faite sur l’holocauste, etc. font que d’une certaine façon, les intellectuels sionistes ne peuvent jamais être critiqués sous peine que l’on soit traité de fasciste ou de nazi. Ils sont très efficaces et les gens se taisent parce qu’ils sont lâches. Lire la suite »