France

Dr. Christian Parenti: “The US engineered collapse of Iraq has been a disaster”

Publié le Mis à jour le

Christian Parenti 2-l

Dr. Christian Parenti. DR.

Mohsen Abdelmoumen: In your remarkable book The Freedom: Shadows And hallucinations in Occupied Iraq, you are talking about the investigations you have done on the ground in Iraq. Do not you think that the intervention of the United States marks a historic turning point not only in the Middle East but also in the USA with the unpunished crimes of the Bush administration?

Dr. Christian Parenti: Thank you for the kind words about The Freedom. While the US role in Iraq has been a humanitarian catastrophe for Iraq and the entire region, and has badly damaged US standing in global public opinion, there is nonetheless a sick imperial logic by which some of the invasion’s outcomes advance a US imperial agenda.  Call it rule by chaos, state failure as imperial strategy. Russia, China and Iran all feel threatened by the chaos. Lire la suite »

Publicités

Dr. Christian Parenti : « L’effondrement de l’Irak réalisé par les États-Unis a été un désastre »

Publié le Mis à jour le

Christian Parenti2 )

Dr. Christian Parenti. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre remarquable The Freedom: Shadows And Hallucinations in Occupied Iraq, vous racontez les enquêtes que vous avez effectuées sur le terrain en Irak. Ne pensez-vous pas que l’intervention des États-Unis marque un tournant historique non seulement au Moyen Orient mais aussi aux USA avec les crimes impunis de l’administration Bush ?

Dr. Christian Parenti : Merci pour les mots gentils à propos de The Freedom. Alors que le rôle des États-Unis en Irak a été une catastrophe humanitaire pour l’Irak et toute la région, et a gravement endommagé la position des États-Unis dans l’opinion publique mondiale, il y a néanmoins une logique impériale malade par laquelle certains des résultats de l’invasion font avancer un programme impérial américain. Appelez cela dominer par le chaos, effondrement de l’État comme stratégie impériale. La Russie, la Chine et l’Iran se sentent tous menacés par le chaos. Lire la suite »

Le régime Macron : barbouzerie et voyoucratie

Publié le Mis à jour le

Benalla-et-Macron-1

To translate, click right on the text

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Rien ne va plus au royaume de la Macronie emporté dans une tourmente dont on ne voit pas le bout. Scandale, vidéos choquantes, enquête judiciaire, commission d’enquête parlementaire, sénatoriale, révélations quotidiennes… la République française s’est pris les pieds dans un tapis de l’Élysée et s’est cassé la figure. Tout a commencé le 18 juillet – deux jours à peine après le retour triomphal de l’équipe de France avec la coupe du monde (si ce n’est pas malheureux…) – lorsque le journal Le Monde a révélé l’identité d’un proche collaborateur d’Emmanuel Macron figurant dans une vidéo circulant sur les réseaux sociaux le montrant casqué et portant un brassard de la police en train de malmener une jeune femme et un jeune homme lors d’une manifestation à Paris le 1er mai dernier. Depuis lors, plus personne n’ignore ce qui est devenu aujourd’hui « le Benallagate » qui tient la France en haleine et qui fait les Une de tous les journaux. Lire la suite »

Dr. François-Bernard Huyghe: “I would not be surprised if Daesh, after the loss of Syria and Iraq, continues to spread in other countries”

Publié le Mis à jour le

Francois-Bernard_Huyghe_699fb

Dr. François-Bernard Huyghe. DR.

Mohsen Abdelmoumen: Are Western governments powerless in the face of terrorism?

Dr. François-Bernard Huyghe: We have terrorist attacks in the West since the end of the 19th century. There have been for various reasons, sometimes by anarchists, sometimes by independentists, sometimes the extreme left, the extreme right, etc. and no one has found the miracle solution. At the moment, for example, in France, we are living in a situation where, despite the military crushing of Daesh, every two months there is an attack or attempt to attack; claiming of the caliphate, with more or less means, so there is a kind of terrorist routine that settles down. Lire la suite »

Dr. François-Bernard Huyghe : « Je ne serais pas étonné que Daech, après la perte de la Syrie et de l’Irak, continue à essaimer dans d’autres pays »

Publié le Mis à jour le

François Bernard Huyghe1

Dr. François-Bernard Huyghe. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Les gouvernements occidentaux sont-ils impuissants face au terrorisme ?

Dr. François-Bernard Huyghe : Nous avons des attentats terroristes en Occident depuis la fin du XIXe siècle. Il y en a eu pour diverses raisons, tantôt par des anarchistes, tantôt par des indépendantistes, tantôt l’extrême-gauche, l’extrême-droite, etc. et personne n’a trouvé la solution miracle. En ce moment par exemple, en France, nous vivons une situation où en dépit de l’écrasement militaire de Daech, il y a tous les deux mois un attentat ou une tentative d’attentat se réclamant du califat mené avec plus ou moins de moyens, donc il y a une sorte de routine terroriste qui s’installe. Lire la suite »

His Excellency Dr. Nikolaos van Dam: “It would have been preferable not to militarily intervene in Libya, because like in Syria, Iraq and Yemen, it has turned out to be a disaster”

Publié le Mis à jour le

Nikolaos Van Dam1

His Excellency Dr. Nikolaos van Dam. DR.

Mohsen Abdelmoumen: You are a diplomat and you know very well the Middle East region where you have been Ambassador of the Netherlands in several countries. You have also been Special Envoy of the Netherlands for Syria. In your opinion, does the diplomatic and political solution still have a chance of succeeding in Syria after this bloody war?

His Excellency Dr. Nikolaos van Dam: Whether or not a political solution is still possible depends on the main parties to the conflict, both Syrian and foreign, involved directly or by proxy. The aims of the warring parties are so wide apart, however, that reaching a compromise seems to be extremely difficult, if not impossible, particularly because the opposing parties actually keep preferring to eliminate one another. This provides more fertile ground for a military “solution”, which in the end, however, will not turn out to be a durable “solution” but rather a reflection of the military balance of power. Lire la suite »

Son Excellence le Dr. Nikolaos van Dam : « Il aurait été préférable de ne pas intervenir militairement en Libye, car comme en Syrie, en Irak et au Yémen, cela s’est avéré être un désastre »

Publié le Mis à jour le

Nikolaos van-Dam-4

Son Excellence le Dr. Nikolaos van Dam. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous êtes un diplomate et vous connaissez très bien la région du Moyen-Orient où vous avez été ambassadeur des Pays-Bas dans plusieurs pays. Vous avez aussi été Envoyé Spécial des Pays-Bas en Syrie. D’après vous, la solution diplomatique et politique a-t-elle encore une chance d’aboutir en Syrie après cette guerre sanglante ?

Son Excellence le Dr. Nikolaos van Dam : La question de savoir si une solution politique est encore possible dépend des principales parties, syriennes et étrangères, impliquées directement ou indirectement, ou par proxy, dans le conflit. Les objectifs des parties belligérantes sont si éloignés que la conclusion d’un compromis semble extrêmement difficile, sinon impossible, notamment parce que les parties rivales continuent en réalité à préférer s’éliminer mutuellement. Cela fournit un terrain plus fertile pour une «solution» militaire, qui finalement ne se révélera pas être une «solution» durable mais plutôt un reflet de l’équilibre des forces militaires. Lire la suite »