François Mitterrand

Dr. Olivier Le Cour Grandmaison : «La pacification de l’Algérie n’a pas été un long fleuve tranquille, bien au contraire»

Publié le Mis à jour le

olivier-le-cour-grandmaison-51

Dr. Olivier Le Cour Grandmaison. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous avez écrit « Coloniser. Exterminer ». D’après vous, l’Algérie a-t-elle été un laboratoire colonial ?

Dr. Olivier Le Cour Grandmaison : Oui, on peut effectivement considérer que l’Algérie a été une sorte de laboratoire pour l’élaboration d’un certain nombre de techniques de la guerre que l’on peut qualifier de guerre contre-révolutionnaire et de techniques répressives, notamment après la nomination de Bugeaud au poste de gouverneur général de l’Algérie en 1840. La nomination a pour objectif de mener à bien ce que les militaires et les responsables politiques de l’époque nomment déjà « la pacification de l’Algérie » et pour ce faire, le général Bugeaud va employer un certain nombre de méthodes de guerre et de techniques répressives parmi lesquelles les razzias dont il faut préciser qu’elles débouchent parfois sur la destruction de villages et d’oasis entiers, l’objectif étant d’expulser les populations « indigènes », comme on le dit à l’époque, et, comme cela se dit aussi très couramment, de procéder ainsi au refoulement des « Arabes », de les chasser des territoires qu’ils occupaient  jusqu’à présent de façon à pouvoir faire en sorte que les Européens en général et les Français en particulier, les colons, puissent s’installer dans un environnement « pacifié ». Lire la suite »

Publicités

Taubira, les moines de Tibhirine, le logement social… et l’Algérie !

Publié le Mis à jour le

actualite2[88169]

Christiane Taubira et Abdelaziz Bouteflika : Rencontre entre colonisés. DR.

to translate, click right on the text

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 

Fin décembre, la ministre française de la Justice, Christiane Taubira, a visité l’Algérie où elle s’est permis d’ouvrir à nouveau la plaie de la décennie rouge et noire en évoquant l’affaire des moines de Tibhirine que l’on continue à utiliser comme du foin pour nourrir les ânes en Algérie et ailleurs. Le but de cette énième exhumation du dossier des moines était de faire pression sur une Algérie exsangue du fait des agissements d’une caste de bougnoules colonisés qui s’assument comme tels en étant aux ordres de la France. Lire la suite »

Georges Ibrahim Abdallah face au régime fasciste français

Publié le Mis à jour le

Georges-I-Abdallah-Pau-18.02

Notre frère Georges Ibrahim Abdallah.D.R.

for translate in English, right click on the text

por traducir en español, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Georges Ibrahim Abdallah, communiste révolutionnaire arabe, militant pour la cause palestinienne et membre du FPLP, est détenu en France depuis 1984, acquérant le statut de plus vieux prisonnier de France et d’Europe, purgeant une lourde peine à l’instar d’Ilich Ramírez Sánchez, dit Carlos, lui aussi du FPLP, incarcéré en France depuis 1994, et, aux Etats-Unis, de Léonard Peltier de l’American Indian Movement, emprisonné depuis 1976, et de Mumia Abu-Jamal, membre des Black Panthers et de MOVE, incarcéré à vie depuis 1982 et ayant vécu des années dans le couloir « démocratique » de la mort. Ces quatre hommes partagent le même sort de prisonniers politiques condamnés en Occident sur base de faux rapports et de faux témoignages dans des simulacres de procès. Les nations de brutes qui se prétendent des modèles alors qu’ils ne sont que des régimes totalitaires, ont préféré jeter ces militants en prison, quitte à leur imputer des crimes qu’ils n’ont pas commis pour les réduire au silence à jamais, car nous vivons dans un monde où les véritables porteurs de lumière sont condamnés aux ténèbres des geôles fascistes pendant que de vrais criminels jouissent de l’impunité la plus absolue. Ces pseudos Etats « démocratiques » dont les fissures zébrant leurs façades clinquantes sont mastiquées avec zèle par leurs médias mensonges et leurs élites corrompues, véritables déjections de l’humanité assoiffées de pouvoir et d’argent, cachent une réalité sordide où tout est faux, calculé, truqué. Combien de meurtres et d’assassinats n’ont-ils pas commis avec la complicité de leurs plumitifs payés à la tâche ? Ces vomissures intemporelles se reproduisent depuis des siècles et commettent les mêmes crimes impunis. Mais malgré leurs oripeaux, artifices et grimages, leurs scandales quotidiens les dénudent et nous dévoilent leurs âmes obscures d’ogres impérialistes et sionistes, et leurs cours de justice sont dérisoires face au tribunal de l’humanité qui les condamne. Lire la suite »