Frères musulmans

Est-ce une fatalité d’être dominé par l’Occident ?

Publié le Mis à jour le

population-en-afrique-colonisation-occident

Le monde sous la botte des puissances occidentales. DR.

for translate in English, right click on the text

por traducir en español, haga clic derecho sobre el texto

Une lecture plus qu’évidente s’impose à la lumière de l’actualité, dont les événements quasi quotidiens nous confirment que, nous, populations d’Afrique et du monde arabo-musulman, sommes des éternels colonisés. En effet, nous ne pouvons que constater que l’Occident nous dirige toujours après des siècles de sang et de larmes, et que les traîtres de chez nous favorisent la prospérité et le travail des Lawrence d’Arabie modernes. L’Occident nous invente des printemps et des hivers « démocratiques » à sa guise, nous engluant dans la colonisation des quatre saisons en créant des concepts de révolutions arc-en-ciel. Qu’en est-il de nous dans ce processus ? Si les Occidentaux se sont faufilés dans la faille de nos guéguerres confessionnelles, ethniques, raciales, tribales, pour mieux nous dominer, que faisons-nous pour nous affranchir de leurs nouvelles chaînes ? Sentons-nous au moins à quel point nous sommes asservis ? Rosa Luxembourg ne disait-elle pas déjà à l’époque : « celui qui ne bouge pas ne sent pas ses chaînes »? Nous ne faisons que gesticuler, inconscients d’être un élément docile dans le dispositif des Occidentaux, c’est-à-dire un tas de pions sur un échiquier, nous bornant à nous lamenter sur notre sort en pataugeant dans un sous-développement et une décadence inavoués.

Lire la suite »

Publicités

Terrorisme en Algérie et en Egypte : Ansar Beit al-Maqdes est aux Frères musulmans ce que l’AIS est au FIS

Publié le Mis à jour le

AFP_131224_ys1gx_egypte-mansoura-attentat_sn635

L’attentat contre la Sûreté de Mansoura revendiqué par Ansar Beit al-Maqdes. D.R.

Ce que nous avions prévu dans nos articles précédents s’est mis en place : l’Égypte est prise dans la tourmente des attentats kamikazes. On remarque cependant l’apparition d’un nouveau label djihadiste, Ansar Beit al-Maqdes, un groupe jusque-là inconnu qui revendique les attentats. A chaque fois, les Frères musulmans utilisent le procédé du «qui-tue-qui» bien connu des Algériens en accusant l’armée et les services de sécurité, mais lorsque tombe le communiqué de ce groupe revendiquant les attentats, aucun commentaire ne vient de la part de la confrérie qui se confine dans un silence absolu. A quoi rime ce jeu ? Lire la suite »

Révélations sur des écoutes téléphoniques entre l’ex-président Mohamed Morsi et le chef d’Al-Qaïda

Publié le Mis à jour le

zawahiri-al-qaida-menace

C’est en véritable donneur d’ordres qu’Ayman Al-Zawahiri (notre photo) s’adressait au président Morsi. D.R.

Des sources très bien informées font état de fuites organisées concernant des appels téléphoniques secrets entre Mohamed Morsi et Ayman Al-Zawahiri, chef d’Al-Qaïda, mettant dans l’embarras plus d’un gouvernement, que ce soit en Occident, en Israël ou dans certains pays arabes. Les Etats-Unis n’ont pas soufflé mot pour commenter ces révélations choc démontrant la collusion entre un chef d’Etat en exercice et le terroriste soi-disant ennemi public numéro un, dont un journal égyptien à gros tirage vient de publier le deuxième volet. Lire la suite »

Pas touche à l’Algérie, M. Robert Fisk !

Publié le Mis à jour le

008341a394bb3451c09a6dc2538c-grande

Robert Fisk, prophète de l’horreur. D.R.

Comme cadeau d’anniversaire pour le 1er Novembre, nous avons été servis par la plume des multinationales. En effet, M. Fisk, dans votre article du 20 octobre publié dans The Independant et qui nous a été communiqué par le député Georges Galloway, vous faites un parallèle monstrueux entre l’histoire de notre Révolution, notre tragédie nationale et la guerre en Syrie, tout en affirmant le contraire et qu’il ne faut pas comparer. Vous nous racontez des inepties, nous promenant de l’assassinat du chef des renseignements syriens, le général Jamaa Jamaa, à notre glorieuse Révolution en vous inclinant au passage devant le totem occidental du «qui-tue-qui». Vous accusez notre Armée de libération nationale d’avoir massacré le peuple algérien pendant la Révolution et passez à la vitesse supérieure pour encore imputer à notre armée d’avoir été responsable des tueries lors de la décennie sanglante, en dédouanant les islamistes terroristes qui n’auraient rien à se reprocher, d’après vous. Nous vous connaissons très bien, M. Fisk. Vous avez été payé pour accuser l’armée égyptienne de la même manière que vous le faites dans cet article au sujet de l’armée algérienne. Vos liens avec le MI6 ainsi qu’avec la DGSE ne sont plus à démontrer depuis bien longtemps. N’enfourchez pas trop vite votre canasson, M. Fisk, nous avons des choses à vous dire. Lire la suite »

El-Baradei ou l’énigme de la cinquième colonne

Publié le Mis à jour le

baradei

El-Baradei veut arriver au pouvoir en faisant faire le sale boulot par les autres. Ici, au milieu de la foule, au Caire. D.R.

Dans un précédent article, nous avions mentionné entre autres la menace de démission d’El-Baradei de son poste de vice-président. Un retour en arrière s’impose pour savoir ce qui s’est passé la semaine dernière, lorsque ce personnage a décidé de déposer sa démission le jour même où les sit-in étaient en train d’être dispersés et que toute l’Egypte brûlait. On a souvent évoqué le manque de volonté politique de la part du gouvernement provisoire égyptien, les hésitations et les contraintes ainsi que les chantages multiples utilisés par El-Baradei pour bloquer la décision de dispersion des sit-in des Frères musulmans. Cette fois, notre source nous confirme qu’El-Baradei a commencé ses menaces dès le lendemain de la manifestation du 26 juillet octroyant à Al-Sissi l’aval du peuple pour combattre le terrorisme, et affirme qu’il n’a jamais cessé depuis. Nous apprenons bien davantage encore : El-Baradei, après sa démission, a directement demandé à rejoindre Paris, alors qu’au même moment le quai d’Orsay demandait à l’ONU de soumettre la question égyptienne devant l’Assemblée. La demande de partir en France immédiatement après sa démission à 16h30 est tout simplement effarante. Notre source nous l’a confirmé sans ambiguïté et révèle qu’une enquête est envisagée pour connaître ce qu’a fait exactement El-Baradei et les raisons de ce voyage en France. Lire la suite »