Gaïd Salah

Algérie : la continuité des Bouteflika incarnée par Tebboune vs. la rupture prônée par le Hirak

Publié le

Tebboune embrasse Gaïd Salah

Gaïd Salah et Tebboune s’enlacent et s’embrassent au bal des faux-culs. DR.

L’Algérie vient de connaître une farce électorale, véritable attentat à la pudeur contre l’Algérie et son peuple, caractérisée par une campagne inédite dans l’histoire du suffrage universel de toute la planète, et qui nous prouve que l’Algérie d’aujourd’hui vit dans une autre atmosphère que celle de la planète Terre, dans un autre écosystème que les autres pays, car on a jamais vu nulle part ailleurs des candidats à une élection présidentielle se présenter aux élections sans avoir au préalable recours à une collecte de signatures et tenir des meetings électoraux dans des salles vides plutôt qu’en drainant les foules. On les a vus au contraire pourchassés, caillassés, et fuir par des portes dérobées. Nous sommes tous témoins de situations tragi-comiques dans lesquelles se sont fourvoyés les fameux « candidats » qui n’avaient aucun programme, seulement des généralités. Et l’aboutissement a été, comme dit l’adage : « tout ça pour ça ». C’est la montagne qui a accouché d’une souris. Lire la suite »

Et Novembre triomphera de toutes vos trahisons

Publié le Mis à jour le

Ben-M'Hidi-et-les-crapules-1

To translate, click right on the text

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Cette année, Novembre nous revient avec une saveur particulière en nous montrant le peuple algérien en lutte pour sa dignité et pour son honneur, un peuple qui a souffert pendant si longtemps d’une variété infinie de calamités, de trahisons et d’ignominies. En cette période d’automne, nous nous souvenons de la glorieuse épopée de quelques hommes dignes et fiers, libres comme l’air des montagnes des Aurès, des Babors, de l’Ouarsenis, du Djurdjura, et de tous nos monts, de braves révolutionnaires qui ont gravé leur nom dans le marbre de l’Histoire en menant l’une des plus grandes révolutions de l’histoire de l’humanité, celle du 1er Novembre 1954. Nous nous rappellerons toujours leur mémoire et leur message qui s’adresse non seulement à l’Algérie, mais à toute la planète : celui de la liberté face au colonialisme, au déracinement et au fascisme que subissait le peuple algérien. Lire la suite »

L’Algérie entre l’alternance familiale des Bouteflika et des Gaïd Salah et la loi scélérate des hydrocarbures

Publié le Mis à jour le

2013-06-12T180524Z_1470467899_GM1E96D042I01_RTRMADP_3_ALGERIA-PRESIDENT_0

Bouteflika, Gaïd Salah et Sellal dans une réunion sans doute « Novembria Badissia » à l’hôpital militaire français des Invalides. DR.

To translate, click right on the text

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Alors que le peuple algérien attendait du grand mouvement populaire du 22 février une promesse et l’espoir d’un futur souriant pour l’Algérie, il a eu droit à une alternance entre deux familles qui composent le même système : exit la famille Bouteflika, bonjour la famille Gaïd Salah. Le grand malade invalide est parti, et d’autres malades l’ont remplacé : Bensalah cancéreux, Gaïd Salah aujourd’hui alité. Évidemment, ils ont tous dépassé depuis longtemps l’âge de la retraite, ce qui les place dans une catégorie de personnes susceptibles de passer l‘arme à gauche à plus ou moins brève échéance. Néanmoins, on peut se demander si l’Algérie est condamnée à être dirigée par des vieillards souffreteux. Pourtant, chaque mardi et vendredi, et cela devant toute la planète, dans un sursaut d’une maturité impressionnante, bravant les interdits, subissant les détentions arbitraires, le peuple continue à manifester en masse son désir d’un changement radical et le départ de tous les symboles de la forfaiture et de la trahison du régime Bouteflika et de ceux qui le composent, dans un mouvement pacifique qui restera dans les annales de l’histoire. Lire la suite »

Algérie : Le peuple manifeste, le système Bouteflika subsiste

Publié le Mis à jour le

Gaïd-Salah-et-SaÏd-2019-1

L’Algérie continue à traverser l’une des crises les plus profondes de son histoire. Tout un peuple, soit des millions d’Algériens, est dans la rue alors qu’il n’y a aucune réponse politique offerte par le pouvoir en place incarné aujourd’hui par un président coopté, Abdelkader Bensalah, l’un des hommes les plus haïs d’Algérie, qui est une figure centrale dans le système Bouteflika qui continue à diriger l’Algérie. Ce dirigeant du RND  a toujours été au service de Bouteflika et a soutenu le 5e mandat. Tous les outils du règne de Bouteflika sont là, et le RND et le FLN dirigent encore l’Assemblée. Le peuple algérien veut faire table rase du passé et chasser ce système pourri qui a ruiné le pays et face à cette situation critique, Lire la suite »

Un 5e mandat pour Bouteflika : à quoi servent les « élections » présidentielles en Algérie ?

Publié le Mis à jour le

S5e-mandat-1

L’année 2019 qui consacrera l’élection d’Abdelaziz Bouteflika comme président pour la cinquième fois s’inscrit en droite ligne dans le délabrement de l’Algérie sous les mandats consécutifs de cette mafiocratie composée de Bouteflika et de son entourage qui ont transformé la République algérienne en monarchie. Le cinquième mandat est la conséquence directe d’un quatrième mandat autant surréaliste que catastrophique. Qu’importe si la Constitution algérienne est violée, Saïd et Nacer Bouteflika se moquent éperdument de sauver les apparences, pour eux, la fin justifie les moyens. Bien que leur frère Abdelaziz malade soit incapable de gouverner, qu’il soit mourant, celui-ci se représentera pour un mandat supplémentaire, car il est impensable pour Saïd et Nacer, ainsi que pour les oligarques qui les entourent, de perdre leurs privilèges et le pouvoir qu’ils ont acquis. Lire la suite »

L’Algérie et l’impasse du quatrième mandat des Bouteflika

Publié le Mis à jour le

Saïd-Bouteflika-et-Bernard-Bajolet

to translate, click right on the text

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

À quoi jouent le Régent d’Alger Saïd Bouteflika et son maître Bernard Bajolet?

De dérive en dérive, le pouvoir illégitime des frères Bouteflika redouble d’efforts pour saboter l’Algérie. Certes, le frère cadet du président a fait couler beaucoup d’encre mais à présent, c’est du sang qui coule en Algérie avec l’attentat terroriste qui a coûté la vie à 13 soldats de l’ANP sans que la famille royale Bouteflika daigne témoigner son soutien aux familles des soldats et au peuple algérien. Bien au contraire, la nouvelle a été diffusée dans les réseaux sociaux, et personne n’a soufflé mot de cet attentat, ni au gouvernement, ni dans les canaux officiels. L’armée fait à nouveau face à des assauts terroristes répétés, comme celui qui s’est déroulé contre une caserne près de Batna, pilonnée au habhab (mortier artisanal) dans la nuit de samedi à dimanche 26 juillet et où, selon nos sources sur place, le nombre des terroristes était impressionnant. Notre armée a évité de justesse un nouveau massacre, mais les terroristes se sont éparpillés dans la nature sans subir aucune perte. Pour l’heure, une opération de ratissage est en cours. Lire la suite »

L’Algérie dépérit dans sa bulle

Publié le Mis à jour le

648x360_le-president-francois-hollande-et-son-homologue-algerien-abdelaziz-bouteflika-le-15-juin-2015-a

François Hollande « l’alacrité » et le sémillant Abdelaziz Bouteflika. DR.

to translate, click right on the text

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 

La sphère d’absurdité et de médiocrité

L’Algérie a sa propre loi de la pesanteur qui lui est spécifique et que l’on ne rencontre dans aucun autre pays. En Algérie, nous sommes dans un contexte anormal, avec des institutions anormales, un président anormal, un entourage présidentiel anormal, et qui a quand même reçu la visite d’un président « normal », ce 15 juin, pour vanter « l’alacrité » (bonne humeur pleine d’entrain) du président grabataire. La grille de lecture de certains opposants et journalistes prouve qu’ils n’ont pas bien saisi que l’Algérie est dans une bulle inédite où les différents acteurs n’obéissent pas à la loi universelle de la gravitation, le pays dans sa globalité vivant dans une sphère d’absurdité et de médiocrité à laquelle personne n’échappe. On normalise des phénomènes qui semblent hallucinants ailleurs comme, par exemple, avoir un président gâteux trimbalé avec ses couches dans une chaise roulante, un ministère de la Communication au lieu d’un porte-parole du gouvernement, des institutions qui ne fonctionnent pas, des milliards qui volent par les fenêtres, tout en étant sujet à des crises de légalité soudaines qui poussent certains à crier à la démission envers tel qui, en fin de compte, agit selon les lois de l’irrationalité en vigueur en Algérie. Chez nous, la norme n’est pas dans la bonne gouvernance, elle est dans la manipulation, le mensonge, la corruption, le clientélisme, l’informel, l’illégalité, le régionalisme, la gabegie, l’aventurisme, et… les séances d’hypnose collective. Lire la suite »