Georges Ibrahim Abdallah

Bonne Année, Résistance !

Publié le Mis à jour le

Résistants-2

to translate, click right on the text

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

L’année 2015 s’est achevée avec son lot de douleurs, de sacrifices, de déceptions, de trahisons, de guerres et de sang mais aussi de résistance. J’ai été confronté à une situation très critique qui consistait à garder les positions, à être une sentinelle contre l’impérialisme, le sionisme, le capitalisme, et leurs nombreux valets. Dans ce combat, j’ai connu divers périls allant de perquisitions jusqu’à une tentative d’assassinat, des menaces de mort ajoutées à des menaces d’emprisonnement me visant personnellement et dont j’ai été averti par certaines personnes que je remercie pour m’avoir informé et auxquelles j’ai répondu que je ne faisais que défendre les intérêts de ma patrie.

Lire la suite »

Publicités

Liberté d’expression à géométrie variable

Publié le Mis à jour le

Journalistes-DZ2jpg

to translate, click right on the text

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Le journaliste algérien Abdessami Abdelhaï est incarcéré en détention préventive depuis le 18 août 2013 à Tébessa et attend toujours un jugement. Qu’a fait ce père de trois enfants pour mériter un tel sort ? Quel crime a-t-il commis ? Dites-le nous ! Son cas nous remémore celui d’un autre journaliste que beaucoup ont certainement oublié aujourd’hui et qui vivait dans la même ville de Tébessa : Abdelhaï Beliardouh. Sous la pression de l’affairiste pourri et potentat local Saâd Garboussi, Beliardouh a voulu mettre fin à ses jours le 19 octobre 2002 en ingurgitant de l’acide pur, incapable d’endurer plus longtemps les humiliations et les tourments que ce brave père de famille avait subies devant toute la population de Tébessa. Abdelhai Beliardouh s’est éteint après un mois d’agonie, le 21 novembre 2002. Pour avoir dénoncé par ses écrits les malversations et pratiques mafieuses de ce potentat et de certains cercles corrompus de Tébessa, bien connus de toute l’Algérie, le journaliste a été enlevé, séquestré et torturé par Garboussi et ses sbires, et a ensuite été traîné comme un trophée à travers les rues de Tébessa. Les trafiquants et autres affairistes mafieux qui ont construit leur fortune dans divers trafics ont voulu faire de ce journaliste un exemple. Lire la suite »

Georges Ibrahim Abdallah against the French fascist regime

Publié le Mis à jour le

verges 160813

Georges Ibrahim Abdallah and his lawyer Jacques Vergès. D.R.

Georges Ibrahim Abdallah, Revolutionary Communist Arab, activist for the Palestinian cause and a member of the PFLP, is held in France since 1984, acquiring the status of most old prisoner in France and Europe, serving heavy sentences like Ilich Ramírez Sánchez, said Carlos, also from the PFLP, jailed in France since 1994, and, in the United States, Léonard Peltier, from the American Indian Movement, imprisoned since 1976, and Mumia Abu-Jamal, member of the Black Panthers and MOVE, incarcerated life since 1982 and who lived for years in the ‘democratic’ death corridor. These four men share the same fate of political prisoners sentenced in the West based on false reports and false testimony in mock trial. The nations of brutes who claim models while they are only totalitarian regimes, have preferred to throw these militants in prison, impute them crimes they have not committed to reduce them to silence forever, because we live in a world where the true light bearers are sentenced to the darkness of the fascist jails while real criminals enjoy the most absolute impunity. These so called « democratic » States whose cracks streaking their flashy facades are filled with zeal by their medialies and their corrupt elites, real manure humanity thirsty of power and money, hide a sordid reality where everything is false, calculated, rigged. How many murders were committed with the complicity of their writer hacks paid to the task? These timeless vomits breed themselves for centuries and commit the same crimes go unpunished. But despite their finery, artifices and making up, their daily scandals bare them and reveal their dark souls of imperialist ogres and Zionist and their courts are derisory in front to the Tribunal of Humanity which condemns them. Lire la suite »

Georges Ibrahim Abdallah face au régime fasciste français

Publié le Mis à jour le

Georges-I-Abdallah-Pau-18.02

Notre frère Georges Ibrahim Abdallah.D.R.

for translate in English, right click on the text

por traducir en español, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Georges Ibrahim Abdallah, communiste révolutionnaire arabe, militant pour la cause palestinienne et membre du FPLP, est détenu en France depuis 1984, acquérant le statut de plus vieux prisonnier de France et d’Europe, purgeant une lourde peine à l’instar d’Ilich Ramírez Sánchez, dit Carlos, lui aussi du FPLP, incarcéré en France depuis 1994, et, aux Etats-Unis, de Léonard Peltier de l’American Indian Movement, emprisonné depuis 1976, et de Mumia Abu-Jamal, membre des Black Panthers et de MOVE, incarcéré à vie depuis 1982 et ayant vécu des années dans le couloir « démocratique » de la mort. Ces quatre hommes partagent le même sort de prisonniers politiques condamnés en Occident sur base de faux rapports et de faux témoignages dans des simulacres de procès. Les nations de brutes qui se prétendent des modèles alors qu’ils ne sont que des régimes totalitaires, ont préféré jeter ces militants en prison, quitte à leur imputer des crimes qu’ils n’ont pas commis pour les réduire au silence à jamais, car nous vivons dans un monde où les véritables porteurs de lumière sont condamnés aux ténèbres des geôles fascistes pendant que de vrais criminels jouissent de l’impunité la plus absolue. Ces pseudos Etats « démocratiques » dont les fissures zébrant leurs façades clinquantes sont mastiquées avec zèle par leurs médias mensonges et leurs élites corrompues, véritables déjections de l’humanité assoiffées de pouvoir et d’argent, cachent une réalité sordide où tout est faux, calculé, truqué. Combien de meurtres et d’assassinats n’ont-ils pas commis avec la complicité de leurs plumitifs payés à la tâche ? Ces vomissures intemporelles se reproduisent depuis des siècles et commettent les mêmes crimes impunis. Mais malgré leurs oripeaux, artifices et grimages, leurs scandales quotidiens les dénudent et nous dévoilent leurs âmes obscures d’ogres impérialistes et sionistes, et leurs cours de justice sont dérisoires face au tribunal de l’humanité qui les condamne. Lire la suite »