Gina Haspel

Dr. Paul R. Pillar: “The extraordinary and well-known role of Israel in American politics explains this inconsistency”

Publié le Mis à jour le

Paul-R.-Pillar1

Dr. Paul R. Pillar. DR.

Mohsen Abdelmoumen: In your book Intelligence and U.S. Foreign Policy, you have criticized the reform of US intelligence services. Can you tell us why?

Dr. Paul R. Pillar: Following the 9/11 terrorist attack, there was a huge public appetite for « doing something » that would assure Americans that a horrible event like that would not happen again.  Such assurance seems to require the notion of an identifiable, fixable problem that, once fixed, will mean Americans will now be safe.  And when we don’t have better ideas for a fix, the usual Washington response is to reorganize. Lire la suite »

Publicités

Dr. Paul R. Pillar : «Le rôle extraordinaire et bien connu d’Israël dans la politique américaine explique cette incohérence»

Publié le Mis à jour le

Paul-R.-Pilalr3

Dr. Paul R. Pillar. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre Intelligence and U.S. Foreign Policy, vous avez émis des critiques contre la réforme des services de renseignement américains. Pourquoi ?

Dr. Paul R. Pillar : À la suite de l’attentat terroriste du 11 septembre, l’opinion publique a manifesté un grand désir de «faire quelque chose» qui assurerait aux Américains qu’un événement horrible comme celui-ci ne se reproduirait plus. Une telle assurance semble exiger la notion d’un problème identifiable et réparable qui, une fois corrigé, signifiera que les Américains seront désormais en sécurité. Et quand nous n’avons pas de meilleures idées pour une solution, la réponse habituelle de Washington est de réorganiser. Lire la suite »

Dr. Melvin Goodman: “We obviously learned nothing from the loss in Vietnam forty years ago”

Publié le Mis à jour le

Melvin Goodman2

Dr. Melvin Goodman. DR.

Mohsen Abdelmoumen: In your must-read book “Whistleblower at the CIA: An Insider’s Account of the Politics of Intelligence”, you make a historical testimony about the internal functioning of the American intelligence community. What was the impact of your report on the world of intelligence? Since the publication of your book, do you think there have been positive changes in the intelligence services or, on the contrary, do the same practices that you denounce continue?

Dr. Melvin Goodman: Since my congressional testimony in 1991, there has been a greater recognition of the problem of politicization of intelligence.  But my books in 2008 and 2017 on the CIA have not received sufficient attention in my opinion.  Moreover, the so-called intelligence « reform » after 9/11 only made matters worse by expanding the militarization of intelligence.   Lire la suite »

Dr. Melvin Goodman : « Nous n’avons évidemment rien appris de la défaite au Vietnam il y a quarante ans »

Publié le Mis à jour le

Melvin Goodman4

Dr. Melvin Goodman. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre incontournable “Whistleblower at the CIA: An Insider’s Account of the Politics of Intelligence”, vous faites un témoignage historique sur le fonctionnement interne de la communauté du renseignement américain. Quel a été l’impact de votre constat sur le monde du renseignement ? Depuis la parution de votre livre, pensez-vous qu’il y a eu des changements positifs au sein des services de renseignement ou, au contraire, les mêmes pratiques que vous dénoncez continuent-elles ?

Dr. Melvin Goodman : Depuis mon témoignage au Congrès en 1991, il y a eu une plus grande reconnaissance du problème de la politisation du renseignement. Mais mes livres de 2008 et 2017 sur la CIA n’ont pas reçu suffisamment d’attention à mon avis. De plus, la soi-disant «réforme» du renseignement après le 11 septembre n’a fait qu’empirer les choses en élargissant la militarisation du renseignement. Lire la suite »

Dr. Edward Martin: The 1 % of the world’s wealthiest elites want a “new underclass”

Publié le Mis à jour le

Occupy_Wall_Street_ff2c1

Image credit: editrrix/ flickr

Mohsen Abdelmoumen: Your book Savage State: Welfare Capitalism & Inequality” is an original vision of the impact of the welfare state in contemporary capitalist society. In your opinion, can the structural crisis of the capitalist system be overcome?

Dr. Edward Martin: The structural crisis of capitalism will never be overcome precisely because capitalism is built upon the absurd promise of satisfying unlimited amidst scarcity and the maximization of profits at the expense of labor. This begs the question:  who then will buy capitalist products if there is little or no purchasing power? This is what Marx meant when he argued that capitalists “become their own grave diggers.” The system implodes on itself if consumers don’t spend all of which presupposes living wage jobs. The tragedy of this system is the perpetual class struggle. The good news, on the other hand, is that public policies prioritizing justice and human rights can avoid class struggle and “inevitable revolutions.”    Lire la suite »

Dr. Edward Martin: Ce que le 1% des élites les plus riches du monde veulent, c’est une « nouvelle sous-classe »

Publié le Mis à jour le

Edward-Martin-Photo

Dr. Edward Martin. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Votre livre « Savage State: Welfare Capitalism & Inequality » est une vision originale de l’impact de l’État providence dans la société capitaliste contemporaine. D’après vous, la crise structurelle que traverse le système capitaliste peut-elle être dépassée ?

Dr. Edward Martin : La crise structurelle du capitalisme ne sera jamais surmontée précisément parce que le capitalisme est construit sur la promesse absurde de satisfaire sans limites au milieu de la pénurie et de la maximisation des profits au détriment du travail. Cela soulève la question suivante : qui achètera alors des produits capitalistes s’il y a peu ou pas de pouvoir d’achat ? C’est ce que Marx voulait dire quand il affirmait que les capitalistes «devenaient leurs propres fossoyeurs». Le système implose sur lui-même si les consommateurs ne dépensent pas tout de ce que présupposent des emplois rémunérés. La tragédie de ce système est la lutte des classes perpétuelle. La bonne nouvelle, d’autre part, est que les politiques publiques accordant la priorité à la justice et aux droits de l’homme peuvent éviter la lutte des classes et les «révolutions inévitables». Lire la suite »