Green Party

Ann Garrison: « Clinton serves the interests of the oligarchy that she herself has joined »

Publié le Mis à jour le

profile-photo-3

Ann Garrison. DR.

Mohsen Abdelmoumen: Do you think the United States can claim to be democratic simply by electing a woman president? Can we talk about democracy in the USA with a candidate of the financial lobbies and AIPAC?

Ann Garrison: No, of course not. No more than we could claim to be a democracy because we elected a Black president. These two elections signify nothing more than the inclusion of previously excluded classes of people in the super elite. The United States is an oligarchy of the .01%, 10% of the 1%. Any president who is not already among the .01%, like Bill Clinton, becomes part of the .01% by serving its interests and then peddling influence after leaving office. Lire la suite »

Publicités

Ann Garrison : « Clinton sert les intérêts de l’oligarchie qu’elle a elle-même rejoint »

Publié le Mis à jour le

profile-photo-3

Ann Garrison. DR.

English version here:https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2016/11/05/ann-garrison-clinton-serves-the-interests-of-the-oligarchy-that-she-herself-has-joined/

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Pensez-vous que les États-Unis puissent prétendre être démocratiques simplement en élisant une femme à la présidence ? Peut-on parler de démocratie aux USA avec la candidate des lobbies financiers et de l’AIPAC ?

Ann Garrison : Non, bien sûr que non. Pas plus que nous ne pourrions prétendre être une démocratie parce que nous avons élu un président Noir. Ces deux élections ne signifient rien d’autre que l’inclusion de classes de personnes précédemment exclues dans la super élite. Les États-Unis sont une oligarchie des 0,1 %, 10 % de 1 %. N’importe quel président qui n’est pas déjà parmi les 0,1 % comme Bill Clinton, devient une partie de ces 0,1 % en servant ses intérêts et en répandant ensuite l’influence après avoir quitté ses fonctions. Lire la suite »