Hamid Grine

L’Algérie entre le sacrifice de nos martyrs et la trahison des Bouteflika

Publié le Mis à jour le

Ben-M'hidi-1

to translate, click right on the text

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 
 

« L’Opération Zéralda » et ses conséquences

L’Algérie vit les conséquences multiples qui découlent de l’affaire des coups de feu tirés dans la résidence médicalisée de Zéralda le 16 juillet dernier, veille de l’Aïd, et chaque jour apporte son lot de destructions et de déstabilisations, essentiellement de l’appareil militaire. Comme je l’ai annoncé dans mon article précédent, cette opération a été initiée par Saïd Bouteflika lui-même, car il apparaît que c’est lui qui a utilisé son arme personnelle au cours d’une soirée bien arrosée. Les soldats de la Garde Républicaine ne comprenaient pas ce qui se passait car les tirs provenaient de l’intérieur de la résidence. Lire la suite »

Publicités

Le pouvoir algérien malade de son président

Publié le Mis à jour le

051bcb32c2160d2b7f74c87e9d0d40b1_L-(1)-copie

Le président Bouteflika et Laurent Fabius. D.R.

for translate in English, right click on the text

por traducir en español, haga clic derecho sobre el texto

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Pour la énième fois, les Algériens se sont retrouvés face à des rumeurs concernant la récente évacuation en urgence du président Bouteflika dans un hôpital français à Grenoble. Habitué à la déficience du gouvernement en matière de communication, le peuple algérien est obligé de se diriger vers les chaînes étrangères pour recevoir des informations plus ou moins fiables et pour connaître l’état de santé de son président, dont la maladie, qui ne date pas d’hier, engendre régulièrement une véritable cacophonie. Il est hallucinant de constater que c’est sans doute « top secret » de connaître ce que toute la planète sait, à savoir que le président Bouteflika est très malade. Celui-ci a été évacué à Paris mercredi, accompagné par son frère cadet Saïd et le général major Tartag sans qu’aucun responsable, y compris le chef d’antenne du DRS à Paris, n’en ait été informé. Aucun communiqué officiel – silence total de l’APS ! – ne nous a tenus informés sur l’énième épisode de ce feuilleton interminable, et d’hospitalisation en hospitalisation, en passant par les montages télévisuels bidon, les disparitions incognito aux intrigues multiples, le quatrième mandat continue à faire ses dégâts. Lire la suite »