Irak

Raoul Hedebouw : « Nous sommes en train de voir une guerre entre bloc impérialiste et pays indépendants qui peut malheureusement déboucher sur un conflit mondial. »

Publié le Mis à jour le

POLITICS LIEGE FIRST MAY PTB

Raoul Hedebouw. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Dans le livre que vous avez coécrit avec Peter Mertens « Priorité de gauche. Pistes rouges pour sortie de crise », vous parlez de la dérive néolibérale et vous proposez une alternative. Pensez-vous que la crise systémique du capitalisme offre des perspectives vers la constitution d’une vraie gauche combattante qui encadre la lutte ouvrière ?

Raoul Hedebouw : Oui, cela me paraît clair. On ferait bien d’analyser la séquence dans laquelle on se trouve, c’est-à-dire début des années 1990 avec la chute du mur de Berlin et des pays socialistes, les néolibéraux ont créé une séquence qui était celle ou il n’y avait plus d’alternative, le fameux TINA (NDLR : There is no alternative), et il faut constater que la crise bancaire 2008 a rouvert beaucoup de perspectives de discussion. Et depuis 2008 et la crise bancaire, il y a beaucoup plus de perspectives de débats et d’ouvertures pour aller au-delà du capitalisme. Et l’on voit clairement qu’il y a une dynamique que ce soit au niveau de la jeunesse, au niveau syndical, où il y a beaucoup plus d’entrain pour débattre de ce sujet. Ce n’est pas pour rien que le livre « Le Capital » de Marx est redevenu un best seller aux États-Unis, au Japon et en France. Lire la suite »

Publicités

Son Excellence le Dr. Nikolaos van Dam : « Il aurait été préférable de ne pas intervenir militairement en Libye, car comme en Syrie, en Irak et au Yémen, cela s’est avéré être un désastre »

Publié le Mis à jour le

Nikolaos van-Dam-4

Son Excellence le Dr. Nikolaos van Dam. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous êtes un diplomate et vous connaissez très bien la région du Moyen-Orient où vous avez été ambassadeur des Pays-Bas dans plusieurs pays. Vous avez aussi été Envoyé Spécial des Pays-Bas en Syrie. D’après vous, la solution diplomatique et politique a-t-elle encore une chance d’aboutir en Syrie après cette guerre sanglante ?

Son Excellence le Dr. Nikolaos van Dam : La question de savoir si une solution politique est encore possible dépend des principales parties, syriennes et étrangères, impliquées directement ou indirectement, ou par proxy, dans le conflit. Les objectifs des parties belligérantes sont si éloignés que la conclusion d’un compromis semble extrêmement difficile, sinon impossible, notamment parce que les parties rivales continuent en réalité à préférer s’éliminer mutuellement. Cela fournit un terrain plus fertile pour une «solution» militaire, qui finalement ne se révélera pas être une «solution» durable mais plutôt un reflet de l’équilibre des forces militaires. Lire la suite »

Reese Erlich : «Trump va probablement provoquer une escalade dans diverses guerres»

Publié le Mis à jour le

Reese Erlich2

Reese Erlich. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 

Mohsen Abdelmoumen : Quelle est votre analyse à propos du retrait américain de l’accord du nucléaire iranien ?

Reese Erlich : Les États-Unis violent l’accord depuis un certain temps en faisant pression sur les autres pays pour qu’ils ne fassent pas des affaires avec l’Iran. Cela a commencé sous Obama et s’est intensifié sous Trump. La décision de Trump de réimposer des sanctions sévères envoie un message autour du monde que vous ne pouvez pas faire confiance aux États-Unis, au cas où vous leur auriez déjà fait confiance. C’est aussi un pas vers la confrontation militaire avec l’Iran, comme le montrent les récentes actions israéliennes. Je pense que la décision isolera finalement les États-Unis au Moyen-Orient, en Europe et en Asie. Cela rendra un accord coréen encore plus difficile. Lire la suite »

Dr. Roy Casagranda : « Daech est le reflet des États-Unis »

Publié le Mis à jour le

Roy_Casagranda_31621

Dr. Roy Casagranda. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Quelle est votre opinion à propos de la première année de la présidence Trump ?

Dr. Roy Casagranda : Oh mon dieu ! Quelle catastrophe ! Je ne peux pas m’empêcher de regarder ! Les États-Unis n’ont jamais eu un dirigeant plus instable, aussi incompétent, avec si peu de législation, avec une rotation de personnel aussi élevée, aussi ouvertement corrompu, ignorant la Constitution, les opérations d’État, les affaires mondiales et l’économie. L’effet a été une polarisation de l’électorat, comme nous ne l’avons pas vu depuis les années 1850 ! C’est la meilleure chose qui soit arrivée aux États-Unis depuis les années 1960. Lire la suite »

Dr. Michael Knights : «Daech est dans tous les endroits où il était situé en 2013»

Publié le Mis à jour le

Michael Knights

Dr. Michael Knights. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Nous avons interviewé récemment le Dr. Al-Chlaihawi, l’ambassadeur d’Irak auprès du Royaume de Belgique, du Grand-duché du Luxembourg et de l’Union européenne. Il nous a affirmé que même si Daech a subi une défaite militaire, il reste un combat idéologique à mener contre le groupe terroriste Etat islamique. Quelle est votre opinion à ce sujet ?

Dr. Michael Knights : Il est vrai qu’il y a une bataille pour convaincre certains Irakiens, en particulier les jeunes Irakiens du nord et de l’ouest de l’Irak, que l’idéologie de Daech est fausse. Mais à mon avis, la lutte la plus importante est la nécessité de renforcer les forces armées de l’État et de veiller à ce qu’elles soient représentatives du peuple, en particulier dans les zones sunnites. Daech a réussi en 2012-2014 parce que les forces de sécurité de l’État ont échoué : ils n’ont pas réussi à protéger les Sahwa, Lire la suite »

Dr. Pieter Van Ostaeyen : «Nous aurions pu éviter la montée de Daech»

Publié le Mis à jour le

pietervanostaeyen

Dr. Pieter Van Ostaeyen. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre « Staat van terreur, De jihadistische revolutie » vous évoquez entre autres le printemps arabe et la genèse du conflit en Syrie avec l’émergence de différents groupes terroristes. Pourquoi, d’après vous, ceux qui ont profité du chaos qui a prévalu après le printemps arabe sont-ils les groupes terroristes ?

Dr. Pieter Van Ostaeyen : Dans les pays qui sont sortis des révolutions arabes dans le chaos absolu (Libye, Syrie), les groupes djihadistes ont profité de l’absence totale de contrôle par un gouvernement central et ont utilisé l’anarchie et le chaos pour constituer un réseau de soutien. En Syrie, on ne peut nier le fait que des djihadistes de longue date et bien connus ont été libérés des prisons d’al-Assad. Rappelez-vous qu’Assad a toujours dit qu’il combattait les terroristes, pas les rebelles. Ces djihadistes ont rapidement pris la tête de la rébellion avec pour conséquence la situation actuelle. Lire la suite »

Kathy Kelly : « Nous devons travailler pour abolir la guerre »

Publié le Mis à jour le

 

kelly-kathy

Kathy Kelly. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : D’après votre expérience d’activiste, quel est le moyen le plus efficace pour combattre les guerres impérialistes US ?

Kathy Kelly : Dans l’intensification du bombardement Shock and Wave de l’Irak en 2003,  le monde a été plus proche que jamais d’arrêter une guerre avant qu’elle ne commence. Un niveau croissant d’éducation, de sensibilisation, de désobéissance civile et de manifestations de rue massives s’est développé en même temps que les inspecteurs de l’ONU étaient sur le point de publier un rapport concluant sur le fait que l’Irak possédait ou non des armes de destruction massive. Le gouvernement du Royaume-Uni a dit au gouvernement américain qu’il serait extrêmement difficile de s’allier avec les États-Unis en attaquant l’Irak à la suite d’un rapport de l’ONU qui devait certifier que l’Irak n’avait pas d’armes de destruction massive. Lire la suite »