Julian Assange

Prof. Tony Kashani: « Either we will change and build solidarity for a better and just world or become extinct »

Publié le Mis à jour le

Tony Kashani

Professor Tony Kashani. DR.

Mohsen Abdelmoumen: If Hillary Clinton becomes president, will the United States have elected a president or a war leader? At the death of Gaddafi, Hillary Clinton said “We came, we saw, he died”. Doesn’t this reference to the sentence of Jules César summarize the personality of Hillary Clinton as a war leader of the empire?

Prof. Tony Kashani: What is most disturbing about that line, which she delivered to a CBS reporter on national TV is that she did it with laughter and demeanor of a conqueror. Let’s bear in mind that this happened literally moments after she learned that the deposed Libyan leader Muammar Qaddafi had been killed. Of course, we know what a disaster that military intervention was, and the aftermath is even worse, costing American and Libyan lives, leaving Libya a failed state with no hope for stability anytime soon. Lire la suite »

Prof. Tony Kashani : « Soit nous allons changer et renforcer la solidarité pour un monde meilleur et juste ou bien nous disparaîtrons »

Publié le Mis à jour le

Tony Kashani

Professeur Tony Kashani. DR.

English version here:https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2016/09/01/prof-tony-kashanieither-we-will-change-and-build-solidarity-for-a-better-and-just-world-or-become-extinct/

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Si Hillary Clinton devient présidente, les États-Unis auront-ils élu un président ou un chef de guerre ? À la mort de Kadhafi, Hillary Clinton a déclaré « Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort ». Cette référence à la phrase de Jules César ne résume-t-elle pas à elle seule la personnalité d’Hillary Clinton en tant que chef de guerre de l’empire ?

Pr. Tony Kashani : Le plus inquiétant dans cette phrase qu’elle a proférée à un journaliste de la télévision nationale CBS, c’est qu’elle l’a fait avec le rire et le comportement d’un conquérant. Tenons compte que ceci est arrivé littéralement quelques instants après qu’elle ait appris que le leader libyen déposé Mouammar Kadhafi avait été tué. Bien sûr, nous savons quel désastre a été l’intervention militaire, et la suite est encore pire, ce qui coûte des vies américaines et libyennes, faisant de la Libye un État défaillant sans espoir de stabilité de sitôt. Lire la suite »

Harry Clark: « Zionism has made a powerful, radicalizing contribution. »

Publié le Mis à jour le

unnamed

Harry Clark. DR.

Mohsen Abdelmoumen: What do you think of recent leaks of Wikileaks which target some States and not others? Would there be a hidden political agenda behind these leaks? Harry Clark:

This charge has been made since Wikileaks became famous around 5 years ago, due to the Chelsea Manning leaks and the dubious pursuit of Julian Assange by Swedish authorities. Any selective leaking by Wikileaks to criticize the US or other governments simply mirrors the selective leaking of classified information by the US and other governments to advance their agendas. Lire la suite »

Harry Clark : « le sionisme a apporté une puissante contribution de radicalisation. »

Publié le Mis à jour le

unnamed

Harry Clark. DR.

English version here:https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2015/08/05/harry-clark-zionism-has-made-a-powerful-radicalizing-contribution/

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Que pensez-vous des récentes révélations de Wikileaks qui ciblent certains Etats et pas d’autres ? Pensez-vous qu’il y ait un agenda caché derrière ces révélations ?

Harry Clark : Cette accusation a été lancée depuis que Wikileaks est devenu célèbre il y a environ cinq ans, en raison des fuites de Chelsea Manning et de la poursuite douteuse de Julian Assange par les autorités suédoises. Toute fuite de Wikileaks pour critiquer les États-Unis ou d’autres gouvernements reflète tout simplement la fuite sélective des informations classifiées par les Etats-Unis et d’autres gouvernements pour faire avancer leurs agendas. Lire la suite »

Liberté d’expression à géométrie variable

Publié le Mis à jour le

Journalistes-DZ2jpg

to translate, click right on the text

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Le journaliste algérien Abdessami Abdelhaï est incarcéré en détention préventive depuis le 18 août 2013 à Tébessa et attend toujours un jugement. Qu’a fait ce père de trois enfants pour mériter un tel sort ? Quel crime a-t-il commis ? Dites-le nous ! Son cas nous remémore celui d’un autre journaliste que beaucoup ont certainement oublié aujourd’hui et qui vivait dans la même ville de Tébessa : Abdelhaï Beliardouh. Sous la pression de l’affairiste pourri et potentat local Saâd Garboussi, Beliardouh a voulu mettre fin à ses jours le 19 octobre 2002 en ingurgitant de l’acide pur, incapable d’endurer plus longtemps les humiliations et les tourments que ce brave père de famille avait subies devant toute la population de Tébessa. Abdelhai Beliardouh s’est éteint après un mois d’agonie, le 21 novembre 2002. Pour avoir dénoncé par ses écrits les malversations et pratiques mafieuses de ce potentat et de certains cercles corrompus de Tébessa, bien connus de toute l’Algérie, le journaliste a été enlevé, séquestré et torturé par Garboussi et ses sbires, et a ensuite été traîné comme un trophée à travers les rues de Tébessa. Les trafiquants et autres affairistes mafieux qui ont construit leur fortune dans divers trafics ont voulu faire de ce journaliste un exemple. Lire la suite »

Interview with Dr Binoy Kampmark: “The re-election of Benjamin Netanyahu was achieved on the brute politics of fear”

Publié le

Dr. Kampmark

Dr. Binoy Kampmark. DR.

Mohsen Abdelmoumen: How do you analyze the rapprochement between the United States and Iran, with an agreement on the Iranian nuclear?

The rapprochement between the US and Iran is merely that, with the reins on Iran being firmly held by means of threatened ongoing sanctions were Iran to go slow on its agreement. While it has been remarkable to get US and Iranian diplomats at the same table openly, a more hawkish Republic administration, assuming the Democrats do not win in 2016, could see a reversal of any gains.  This is evident by such things as ‘Cotton Letter’ signed by 47 Republican members of Congress. Lire la suite »

Interview du Dr. Binoy Kampmark « La réélection de Benyamin Netanyahu s’est réalisée sur une politique brutale de la peur »

Publié le Mis à jour le

binoy-kampmark1

Dr. Binoy Kampmark. DR.

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

English version here: https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2015/03/24/interview-with-dr-binoy-kampmark-the-re-election-of-benjamin-netanyahu-was-achieved-on-the-brute-politics-of-fear/#more-3243

Mohsen Abdelmoumen : Comment analysez-vous le rapprochement entre les Etats-Unis et l’Iran avec à la clé un accord sur le nucléaire iranien ?

DR. Binoy Kampmark : Le rapprochement entre les Etats-Unis et l’Iran est simplement dû aux rênes fermement tenues sur l’Iran au moyen de menaces suivies de sanctions qui ont incité l’Iran à se diriger progressivement vers l’accord. Quoiqu’il ait été remarquable de voir les diplomates américains et iraniens se réunir franchement autour de la même table, une administration des Républicains plus belliciste, dans l’hypothèse où les Démocrates ne gagneraient pas en 2016, pourrait voir un renversement de ces progrès. C’est évident de diverses manières, comme la « lettre de Cotton » (ndlr : lettre du Sénateur Tom Cotton) signée par 47 membres républicains du Congrès. Lire la suite »