Peter Mertens

Peter Mertens: “There is a counter-power that exists on the world scale as long as the Palestinian people will resist”

Publié le Mis à jour le

Peter Mertens3

Peter Mertens. DR.

Mohsen Abdelmoumen: What do you think of the revival of populist and neo-Nazi movements in Europe in general and in Belgium in particular?

Peter Mertens: After the crisis of overproduction in 1973 and the financial bubble that erupted in 2008 by banks and speculators, we knew very well that the world could only take two directions, either the camp of the establishment itself and therefore of the elite who wanted to go even further and who wanted to install an unlimited capitalism, that is to say without counter-powers, without unions, without communist party, without alternatives, in eliminating the very idea of an alternative, unions and organized labor movements and install a kind of oligarchy, that is, an open dictatorship of capital. On the other hand, we can also see that the alternative movement, that is to say the workers’ movement and the communist forces, the Marxist forces, are seeking their way to remobilize themselves and remobilize the working class in the broad sense of the term. Lire la suite »

Peter Mertens : « Il y a un contre-pouvoir qui existe à l’échelle mondiale tant que le peuple palestinien résistera »

Publié le Mis à jour le

Peter Mertens2

Peter Mertens. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Que pensez-vous du retour en force des mouvements populistes et néo-nazis en Europe en général et en Belgique en particulier ?

Peter Mertens : Après la crise de surproduction de 1973 et la bulle financière qui a éclaté en 2008 par les banques et par les spéculateurs, on savait très bien que le monde ne pouvait prendre que deux directions, soit le camp de l’establishment même et donc de l’élite qui voulait aller encore plus loin et qui voulait installer un capitalisme sans limite, c’est-à-dire sans contre-pouvoirs, sans syndicats, sans parti communiste, sans alternatives, en éliminant l’idée même d’alternative, de syndicats et de mouvements ouvriers organisés, et installer une sorte d’oligarchie, c’est-à-dire une dictature du capital ouverte. D’un autre côté, on voit aussi que le mouvement alternatif, c’est-à-dire le mouvement ouvrier et les forces communistes, les forces marxistes, sont en train de chercher leur voie pour se remobiliser et remobiliser la classe ouvrière dans le sens large du terme. Lire la suite »