prisons secrètes

Un rapport sur la CIA et des interrogations

Publié le Mis à jour le

BUSH TENET

George W. Bush et George Tenet au siège de la CIA. D.R.

 

for translate in English, right click on the text

por traducir en español, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 

Au bout de quatre ans d’investigation sur les agissements de la CIA au cours desquels les ordinateurs des sénateurs chargés de l’enquête ont été piratés, et après une lutte acharnée entre les différents clans au sein de l’administration américaine, la commission du Sénat américain vient de publier un document de quelques 500 feuillets issu d’un rapport de 6300 pages dévoilant les tortures pratiquées par la CIA sous l’administration George W. Bush, suite aux attaques du 11 septembre 2001. Le rapport décrivant les multiples techniques d’interrogatoire rivalisant de cruauté et de sadisme, telles que « l’alimentation » rectale, la simulation de noyade, les menaces d’agression sexuelle, la privation de sommeil, l’utilisation de la peur des insectes, les positions de stress, la nudité forcée, les simulacres d’exécution, les menaces de viol ou de mort envers la famille, l’utilisation des perceuses électriques, et autres pratiques barbares que la CIA a utilisées dans différents centres de détention à travers le monde appelés « sites noirs », a donc été amputé de plus de 5000 pages. Nous sommes une fois de plus face à l’arbre qui cache la forêt, et la seule certitude que nous ayons concernant ces révélations est la suivante : les nombreuses pages manquantes sont plus importantes que les pages publiées. En effet, pourquoi le rapport n’a-t-il pas été révélé dans son intégralité ? Est-il jugé trop compromettant ? Et si oui, pour qui ? Quoi qu’il en soit, le Département américain de la Justice a déclaré qu’il ne porterait aucune accusation contre les personnes impliquées dans les interrogatoires ni contre les fonctionnaires qui les ont ordonnées, sous prétexte que « le rapport n’a pas donné suffisamment de preuves pour mener à une condamnation ». Lire la suite »

Publicités