torture

Dr. Colin Ross: “The doctors deliberately create a mental disorder for military purposes”

Publié le Mis à jour le

 

colin-ross-11

Dr. Colin Ross. DR.

Mohsen Abdelmoumen: Your book « The CIA Doctors: Human Rights Violations by American Psychiatrists » is traumatic and reveals the criminal experiences of the CIA on American human subjects. How Doctors were they able to participate in these experiences?

Dr. Colin Ross: I think the doctors participated for a variety of reasons: patriotism; the Cold War mentality; money; prestige among colleagues; the thrill of being a « spy »; academic promotion via grants and papers; sadism; and curiosity. All this had to be accompanied by rationalizations and denial. Lire la suite »

Dr. Colin Ross : « Les médecins créent délibérément un trouble mental à des fins militaires »

Publié le Mis à jour le

 

colin-ross

Le Dr. Colin Ross. DR.

English version here:https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2017/03/02/dr-colin-ross-the-doctors-deliberately-create-a-mental-disorder-for-military-purposes/

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 

Mohsen Abdelmoumen : Votre livre «The CIA Doctors: Human Rights Violations by American Psychiatrists» est traumatisant et révèle les expériences criminelles de la CIA sur des sujets humains américains. Comment des médecins ont-ils pu participer à ces expériences ?

Dr. Colin Ross : Je crois que les médecins y ont participé pour diverses raisons: le patriotisme, la mentalité de la guerre froide, l’argent, le prestige parmi les collègues, le frisson d’être un «espion», la promotion académique par le biais de subventions et de documents, le sadisme, et la curiosité. Tout cela devait être accompagné de justifications et de déni. Lire la suite »

Un rapport sur la CIA et des interrogations

Publié le Mis à jour le

BUSH TENET

George W. Bush et George Tenet au siège de la CIA. D.R.

 

for translate in English, right click on the text

por traducir en español, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

 

Au bout de quatre ans d’investigation sur les agissements de la CIA au cours desquels les ordinateurs des sénateurs chargés de l’enquête ont été piratés, et après une lutte acharnée entre les différents clans au sein de l’administration américaine, la commission du Sénat américain vient de publier un document de quelques 500 feuillets issu d’un rapport de 6300 pages dévoilant les tortures pratiquées par la CIA sous l’administration George W. Bush, suite aux attaques du 11 septembre 2001. Le rapport décrivant les multiples techniques d’interrogatoire rivalisant de cruauté et de sadisme, telles que « l’alimentation » rectale, la simulation de noyade, les menaces d’agression sexuelle, la privation de sommeil, l’utilisation de la peur des insectes, les positions de stress, la nudité forcée, les simulacres d’exécution, les menaces de viol ou de mort envers la famille, l’utilisation des perceuses électriques, et autres pratiques barbares que la CIA a utilisées dans différents centres de détention à travers le monde appelés « sites noirs », a donc été amputé de plus de 5000 pages. Nous sommes une fois de plus face à l’arbre qui cache la forêt, et la seule certitude que nous ayons concernant ces révélations est la suivante : les nombreuses pages manquantes sont plus importantes que les pages publiées. En effet, pourquoi le rapport n’a-t-il pas été révélé dans son intégralité ? Est-il jugé trop compromettant ? Et si oui, pour qui ? Quoi qu’il en soit, le Département américain de la Justice a déclaré qu’il ne porterait aucune accusation contre les personnes impliquées dans les interrogatoires ni contre les fonctionnaires qui les ont ordonnées, sous prétexte que « le rapport n’a pas donné suffisamment de preuves pour mener à une condamnation ». Lire la suite »

Le régime Makhzenien du Maroc commet un nouveau crime ignoble

Publié le Mis à jour le

deb93b19c5499ad9175121c9dc411022_L
Le militant sahraoui des droits de l’Homme assassiné, Hassana Elouali Aaleya. D.R.

Le régime fasciste du Maroc vient de commettre un nouveau crime, cette fois contre le militant sahraoui des droits de l’Homme, Hasanna Elouali Aaleya, membre du Comité contre la torture détenu à la prison de Dakhla, et mort dans la nuit de ce 28 septembre. Dans un communiqué daté du 27 septembre, les prisonniers politiques de la prison de Dakhla ont dénoncé la brutalité des autorités pénitentiaires marocaines à l’égard de leur camarade Elouali, laissé sans soins médicaux malgré un état de santé fortement dégradé suite à plusieurs grèves de la faim et aux tortures subies. Sous la pression de la population sahraouie qui suivait de près l’état de santé d’Elouali avec indignation et colère, les autorités coloniales du Maroc ont décidé de transférer le militant à l’hôpital militaire, où il n’a eu droit à aucun examen médical de contrôle. Il a immédiatement été transféré dans une salle spéciale, entouré par des agents de police. Sachant qu’il était diabétique, au lieu de faire baisser son taux de sucre, on lui a administré un sérum glucose, augmentant son taux jusqu’à 7, ce qui l’a précipité dans un coma entraînant son décès. Lire la suite »

CIA scandal: Leaks reveal brutal torture methods and government lies, by Eric London

Publié le Mis à jour le

Image

Central Intelligence Agency. D.R.

A still-classified Senate Intelligence Committee report contains damning information on both the extent of US torture methods and the lies of top CIA officials about these programs, according to information in a Washington Post article.

The government torture methods revealed by the Post, based on information from anonymous US officials, include sadistic forms of inflicting pain that are associated with the most brutal police state and fascistic regimes.

According to the Post, the Senate report “concludes that the CIA misled the government and the public about aspects of its brutal interrogation program for years—concealing details about the severity of its methods, overstating the significance of plots and prisoners, and taking credit for critical pieces of intelligence that detainees had in fact surrendered before they were subjected to harsh techniques.” Lire la suite »