Mois: novembre 2021

Michael Roberts :“ risks destroying the planet if we do not get rid of it”

Publié le Mis à jour le

capitalisme Roberts

Michael Roberts. D. R.

You wrote the book « The Great Recession ». Why do you think capitalism always generates crises?

Crises in capitalism, or in other words slumps in production, investment and jobs, happen on a regular and recurring basis. Indeed such slumps have taken place every 8-10 years since capitalism became the dominant mode of production over feudalism and slavery since the late 18th and early 19th century in Europe.

Capitalism does not expand the productive forces (ie output and the productivity of human labour) in a steady and harmonious way but only unevenly in cycles of booms and slumps. The main reason is that capitalism is a system of production for the profit not for social need. The owners of the means of production (the capitalists) only employ the rest of us or invest in new technology to raise productivity if they can make a profit. Profit comes from the labour of their employees which the capitalists get when they sell the goods and services that we have produced for them. We don’t own or control the produce of our labour, the capitalists do.

But the capitalists have a problem. They are not only trying to squeeze as much profit out of their workers, they are also competing with each other to get a bigger share. They must compete or face ruin as others take over the market. The best way to compete is to keep costs of production (particularly labour costs/wages) as low as possible per unit of output.

Compared to others so a capitalist can undercut in prices other capitalists. So the capitalist with the best technology can get a larger share of the profit extracted from labour. But technology costs money. Indeed there is tendency for the costs of technology (factories, equipment, etc.) to outstrip the overall profit extracted from workers ie what Marx called the tendency for the rate of profit to fall.

Every so often profitability falls back so much it stops total profit rising. Then capitalists are forced to stop investing more and start to lay off workers – a slump ensues until enough workers and weaker capitalists are removed so that the stronger capitalists can raise profitability and start again.

The great recession of 2008-9 is an example of this process. Although it appeared on the surface that this deepest slump in capitalist production globally since the 1930s started with a housing and banking crash in the US that spread to the rest of the world, the financial crash only happened because of falling profit rates in the major economies.

What this tells you is that capitalism will continue to have regular crises and indeed in another book of mine, The Long Depression, I argue that it is getting increasingly difficult for capitalists to get a recovery in profitability going. That shows that capitalism has a limited shelf life as a way for humanity to organise their livelihoods. It needs to be replaced by production for social need based on common ownership of the means of production and planned democratically.

You predicted the 2008 crisis several years before it happened. Are we really past the 2008 crisis?

I predicted the 2008 crisis in my book written in 2005-6 because of three things. First there was a downward cycle in commodity and production prices (called the Kondratiev cycle after a Russian economist of the 1920s) that would reach a bottom in 2008. Second, there was a downward cycle in profitability for the reasons I mentioned above. And there was a peak in the construction cycle in the major economies. All three cycles were coming together – something not seen since the 1930s and 1870s.p

The 2008 crash and the great recession should have laid the basis for a new upward cycle by raising profitability. But it has not done so. Why? Because governments and their central banks have not allowed all the weak companies to go bust or allow unemployment to rise enough. So what are called zombie companies have stayed in the market, unable to grow but just hanging in there because cost of borrowing (interest rates) are so low. So instead of the slump being followed by a boom, we have had stagnation, what I call a long depression. In a sense the crisis of 2008 has been elongated for a further ten years – and then covid came along.

In your opinion, doesn’t capitalism carry the seeds of its own end?

Capitalism has two Achilles heels. The first is that it cannot sustain the profitability of capitalist production; and profitability is the very point of capitalist production. There is a growing contradiction between improving the productive forces so that human beings can move to a world without poverty, inequality and wars; and the increasing difficulty of capitalism to sustain profitability.

The second Achilles heel is that capitalism, in expanding the productive forces throughout the world, ended feudalism and the peasantry, but instead created a new class – the working class. This is now much bigger than the peasantry. It lives in cities and towns and not in the country ; it works with others in offices and factories. And this class owns nothing but its ability to sell its labour. It is the only class that has a vested interest in replacing private ownership with common ownership and cooperative production.

The working class has never been larger in human history. It may not be growing in the major economies of the global North but it is getting larger in the global South and in the Middle East. This is the Nemesis of capital.

You wrote « Marx 200 – a review of Marx’s economics 200 years after his birth ». In your opinion, why should we reread Marx?

Working people who want to change the world for the better need to understand why things are the way they are. Why is there huge poverty with nearly 4 billion on the poverty line? Why are there huge inequalities of wealth and income in every country? Why do we have periodic slumps and crises in production and jobs? Why do we have continual wars between nations and within nations?

Many people in the past have offered answers to these questions but in my opinion only Marx (and Engels) have provided what they called a scientific explanation on how capitalism (ie private owners of the means of production) exploit the rest of us. It is not easy to see why on the surface but Marx and Engels delve beneath the surface to show how things really operate to cause these things.

You wrote another book « Engels 200 – his contribution to political economy ». Why do you think it is more than necessary to know the work of Engels?

Lots of academics including marxist academics have dismissed or ignored Engels’ contribution to understanding capitalism and the socialist alternative. And yet Engels was a communist before Marx and many of Marx’s key ideas were first expounded by Engels. Engels sacrificed his own contribution to do paid work in his father’s firm in order to fund Marx’s studies. But when he retired he again made significant contributions: predicting imperialism and world war; and explaining the nature of socialism in a clear way.

How do you explain the absence of organizations to supervise the struggles of the workers?

It is not easy to make a revolution. And it is not easy for workers to see that they have more in common with each other than with the rulers of their own nation or even with their bosses at work.

But eventually capitalism’s inherent contradictions which I have already referred to come to the surface and economic crises force workers to organise and even consider ending the rule of capital. These moments do not happen often but they do happen and when they do, the decisions of the workers parties and their leaders become decisive.

Unfortunately the history of such moments has usually ended in defeats because of the wrong decisions of the leaders – but not always!

After defeat there are recriminations and confusions in parties and workers in general become subdued. And if capitalism has a boom for a while, the objective conditions for revolution are negative.

But that cannot last forever – the class struggle never ends in the workplace and in society as a whole and capitalism cannot deliver for the many. So new struggles will erupt.

In all these ups and downs, building up workers organisations is very difficult. But it is necessary. The best chance of making them successful starts with understanding capitalism and its trends, so that workers become clear on what to do.

Where did the fighting spirit of the trade union movement go?

When I was young adult, trade unions were strong and there class struggles globally – in the major capitalist economies and in revolutions against colonial rule in Asia, Latin America and the Middle East, but that was the 1970s when capitalism was suffering a profitability crisis.

The slumps of the 1980s and defeats of various union struggles allowed capital to smash trade union organisations, keep wages down and privatise public services with the aim of raising profitability. That was been the experience of the last two decades of the 20th century. Trade unions became controlled by officials who were not interested in struggling against employers but only in avoiding the worst damage to members.

Now workers are not sure that if they take industrial action or strike that they can win with government legislation and trade union officials against them.

Also many new industries in technology, media and communications have sprung up while old basic industries have declined (at least in the global North) where unions used to be built. The new industries have not been organised eg Amazon.

In the face of neoliberalism’s disastrous offensives, shouldn’t the peoples of the earth unite to bring down hideous capitalism and criminal imperialism?

The answer is obviously yes, in my opinion. But the issues andproblems involved, I have pointed out in previous questilns.

How do you think we could effectively resist imperialism and capitalism?

Imperialism can only be defeated internationally because capitalism is global. But of course we cannot expect a simultaneous uprising. Things will start in one place or country and then hopefully spread. So the first task is to fight your own capitalist class in your own country. Do not blame foreign imperialism for poverty, inequality and crises in your country alone – start with your own capitalist class.

So we need movements in the global South against their own capitalist classes and of course movements by the working class in the imperialist countries..

Isn’t the capitalist system a permanent danger for humanity, with its capitalist wars and its harmful effect on the climate?

As we go further into the 21st century, it is becoming ever more clear that capitalism is on its last legs. There are permanent wars engendered by capitalist nations competing over resources and markets. And capitalism is unable to stop global warming which is changing the climate globally and making many parts uninhabitable within ten years. The degradation of nature and natural resources continues at a pace. And there are dangerous new revalries on a global scale between US imperialism and it allies and the rising economic power of China that risks a new world war.

As human beings, have we not failed in not finding an alternative to the capitalism that enslaves all of humanity?

We as human beings have not failed. There is ‘them’ and there is ‘us’. They are the few and we are the many. Capitalism took the productive forces forward in a great leap not seen before with previous modes of production (slavery, feudalism, asian absolutism). But it also created new inequalities, injustices and poverty as we have discussed above.

Capitalism is not old in human history – just about 250 years as the dominant mode of human organisation. Slave economies lasted for thousands of years; feudalism lasted a thousand years. But the world has got faster – capitalism will not last another 250 years. Indeed time is much shorter than that. Either ‘us’ gets rid of the system controlled by ‘them’ soon or capitalism will destroy the planet and drive humanity back into the dark ages.

Interview realized by Mohsen Abdelmoumen

Who is Michael Roberts?

Michael Roberts worked in the City of London as an economist for over 40 years. He has closely observed the machinations of global capitalism from within the dragon’s den. At the same time, he was a political activist in the labour movement for decades. Since retiring, he has written several books.  The Great Recession – a Marxist view (2009); The Long Depression (2016); Marx 200: a review of Marx’s economics (2018): and jointly with Guglielmo Carchedi as editors of World in Crisis (2018).  He has published numerous papers in various academic economic journals and articles in leftist publications.

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2021/11/05/interview-michael-roberts-le-capitalisme-risque-de-detruire-la-planete-si-nous-nous-debarrassons-pas-de-lui/

Michael Roberts : «Le capitalisme risque de détruire la planète si nous nous débarrassons pas de lui»

Publié le

capitalisme Roberts

Michael Roberts. D. R.

Mohsen Abdelmoumen : Vous avez écrit le livre The Great Recession. Pourquoi pensez-vous que le capitalisme génère toujours des crises ?

Michael Roberts : Les crises du capitalisme ou, en d’autres termes, les effondrements de la production, des investissements et des emplois, se produisent régulièrement et de manière récurrente. En effet, de tels effondrements ont eu lieu tous les huit à dix ans depuis que le capitalisme est devenu le mode de production dominant par rapport au féodalisme et à l’esclavage à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècles en Europe.

Le capitalisme ne développe pas les forces productives (c’est-à-dire la production et la productivité du travail humain) de manière régulière et harmonieuse, mais seulement de manière inégale dans des cycles d’expansion et de ralentissement. La raison principale est que le capitalisme est un système de production pour le profit et non pour les besoins sociaux. Les propriétaires des moyens de production (les capitalistes) n’emploient le reste d’entre nous ou n’investissent dans les nouvelles technologies pour augmenter la productivité que s’ils peuvent réaliser des bénéfices. Le profit provient du travail de leurs employés que les capitalistes obtiennent lorsqu’ils vendent les biens et services que nous avons produits pour eux. Nous ne possédons ni ne contrôlons le produit de notre travail, ce sont les capitalistes qui le font.

Mais les capitalistes ont un problème. Ils n’essaient pas seulement de soutirer le maximum de profit à leurs travailleurs, ils sont également en concurrence les uns avec les autres pour obtenir une plus grande part. Ils doivent être compétitifs ou faire face à la ruine lorsque d’autres prennent le contrôle du marché. La meilleure façon d’être compétitif est de maintenir les coûts de production (en particulier les coûts salariaux) aussi bas que possible par unité produite.

Par rapport aux autres, un capitaliste peut ainsi casser les prix des autres capitalistes. Ainsi, le capitaliste disposant de la meilleure technologie peut obtenir une plus grande part du profit extrait du travail. Mais la technologie coûte de l’argent. En effet, les coûts de la technologie (usines, équipements, etc.) ont tendance à dépasser le profit global extrait des travailleurs, c’est-à-dire ce que Marx appelle la tendance à la baisse du taux de profit.

De temps à autre, la rentabilité baisse tellement qu’elle empêche la hausse du profit total. Les capitalistes sont alors contraints d’arrêter d’investir davantage et de commencer à licencier des travailleurs – un marasme s’ensuit jusqu’à ce qu’un nombre suffisant de travailleurs et de capitalistes plus faibles soient éliminés pour que les capitalistes plus forts puissent augmenter la rentabilité et recommencer.

La grande récession de 2008-9 est un exemple de ce processus. Bien qu’il ait semblé à première vue que cet effondrement le plus profond de la production capitaliste à l’échelle mondiale depuis les années 1930 ait commencé par un krach immobilier et bancaire aux Etats-Unis qui s’est propagé au reste du monde, le krach financier ne s’est produit qu’en raison de la chute des taux de profit dans les principales économies.

Cela signifie que le capitalisme continuera à connaître des crises régulières et, en effet, dans un autre de mes livres, The Long Depression, j’affirme qu’il est de plus en plus difficile pour les capitalistes d’amorcer une reprise de la rentabilité. Cela montre que le capitalisme a une durée de vie limitée en tant que moyen pour l’humanité d’organiser ses moyens de subsistance. Il doit être remplacé par une production pour les besoins sociaux, basée sur la propriété commune des moyens de production et planifiée démocratiquement.

Vous avez prédit la crise de 2008 plusieurs années avant qu’elle ne se produise. Avons-nous vraiment dépassé la crise de 2008 ?

Dans mon livre écrit en 2005-6, j’ai prédit la crise de 2008 pour trois raisons. Premièrement, il y avait un cycle de baisse des prix des matières premières et de la production (appelé cycle de Kondratiev, du nom d’un économiste russe des années 1920) qui devait atteindre son point le plus bas en 2008. Deuxièmement, il y a eu un cycle baissier de la rentabilité pour les raisons que j’ai mentionnées ci-dessus. Et il y avait un pic dans le cycle de la construction dans les principales économies. Ces trois cycles se rejoignaient, ce qui n’avait pas été le cas depuis les années 1930 et 1870.

Le krach de 2008 et la grande récession auraient dû jeter les bases d’un nouveau cycle ascendant en augmentant la rentabilité. Mais cela n’a pas été le cas. Pourquoi ? Parce que les gouvernements et leurs banques centrales n’ont pas permis à toutes les entreprises faibles de faire faillite, ni au chômage d’augmenter suffisamment. Ainsi, les entreprises dites «zombies» sont restées sur le marché, sans pouvoir se développer, mais en s’accrochant parce que les coûts d’emprunt (taux d’intérêt) sont si bas. Ainsi, au lieu que le marasme soit suivi d’un boom, nous avons connu la stagnation, ce que j’appelle une longue dépression. D’une certaine manière, la crise de 2008 s’est prolongée de dix années supplémentaires, et puis la covidie est arrivée.

Selon vous, le capitalisme ne porte-t-il pas en lui les germes de sa propre fin ?

Le capitalisme a deux talons d’Achille. Le premier est qu’il ne peut pas maintenir la rentabilité de la production capitaliste ; or, la rentabilité est l’objectif même de la production capitaliste. Il existe une contradiction croissante entre l’amélioration des forces productives afin que les êtres humains puissent évoluer vers un monde sans pauvreté, sans inégalités et sans guerres, et la difficulté croissante du capitalisme à maintenir la rentabilité.

Le deuxième talon d’Achille est que le capitalisme, en étendant les forces productives dans le monde entier, a mis fin au féodalisme et à la paysannerie, mais a créé une nouvelle classe – la classe ouvrière. Celle-ci est désormais beaucoup plus importante que la paysannerie. Elle vit dans les villes et les villages et non à la campagne ; elle travaille avec d’autres dans les bureaux et les usines. Et cette classe ne possède rien d’autre que sa capacité à vendre son travail. C’est la seule classe qui a un intérêt direct à remplacer la propriété privée par la propriété commune et la production coopérative.

La classe ouvrière n’a jamais été aussi nombreuse dans l’histoire de l’humanité. Elle ne croît peut-être pas dans les grandes économies du Nord, mais elle s’agrandit dans le Sud et au Moyen-Orient. C’est la Némésis du capital.

Vous avez écrit Marx 200, a review of Marx’s economics 200, years after his birth. A votre avis, pourquoi devrions-nous relire Marx ?

Les travailleurs qui veulent changer le monde pour le mieux doivent comprendre pourquoi les choses sont ce qu’elles sont. Pourquoi y a-t-il une énorme pauvreté, avec près de 4 milliards de personnes au seuil de pauvreté ? Pourquoi y a-t-il d’énormes inégalités de richesse et de revenu dans chaque pays ? Pourquoi avons-nous des effondrements et des crises périodiques dans la production et l’emploi ? Pourquoi les guerres entre nations et au sein des nations sont-elles constantes ?

De nombreuses personnes dans le passé ont offert des réponses à ces questions mais, à mon avis, seuls Marx (et Engels) ont fourni ce qu’ils ont appelé une explication scientifique sur la façon dont le capitalisme (c’est-à-dire les propriétaires privés des moyens de production) exploite le reste d’entre nous. Il n’est pas facile de comprendre pourquoi en surface, mais Marx et Engels creusent sous la surface pour montrer comment les choses fonctionnent réellement pour causer ces choses.

Vous avez écrit un autre livre, Engels 200, his contribution to political economy. Pourquoi pensez-vous qu’il est plus que nécessaire de connaître l’œuvre d’Engels ?

De nombreux universitaires, y compris des universitaires marxistes, ont rejeté ou ignoré la contribution d’Engels à la compréhension du capitalisme et de l’alternative socialiste. Pourtant, Engels était communiste avant Marx et de nombreuses idées clés de Marx ont d’abord été exposées par Engels. Engels a sacrifié sa propre contribution pour effectuer un travail rémunéré dans l’entreprise de son père afin de financer les études de Marx. Mais lorsqu’il a pris sa retraite, il a de nouveau apporté des contributions importantes : il a prédit l’impérialisme et la guerre mondiale et a expliqué la nature du socialisme de manière claire.

Comment expliquez-vous l’absence d’organisations pour encadrer les luttes des travailleurs ?

Il n’est pas facile de faire une révolution. Et il n’est pas facile pour les travailleurs de voir qu’ils ont plus en commun les uns avec les autres qu’avec les dirigeants de leur propre nation ou même avec leurs patrons au travail.

Mais finalement, les contradictions inhérentes au capitalisme, auxquelles j’ai déjà fait référence, remontent à la surface et les crises économiques obligent les travailleurs à s’organiser et même à envisager de mettre fin au règne du capital. Ces moments ne se produisent pas souvent mais ils se produisent et quand ils se produisent, les décisions des partis ouvriers et de leurs dirigeants deviennent décisives.

Malheureusement, l’histoire de ces moments se termine généralement par des défaites en raison des mauvaises décisions des dirigeants, mais pas toujours !

Après la défaite, il y a des récriminations et des confusions dans les partis, et les travailleurs en général deviennent soumis. Et si le capitalisme connaît un boom pendant un certain temps, les conditions objectives de la révolution sont négatives.

Mais cela ne peut pas durer éternellement – la lutte des classes ne s’arrête jamais sur le lieu de travail et dans la société dans son ensemble, et le capitalisme ne peut pas profiter au plus grand nombre. De nouvelles luttes éclateront donc.

Dans tous ces hauts et ces bas, la construction d’organisations de travailleurs est très difficile mais elle est nécessaire. La meilleure chance de les faire réussir commence par la compréhension du capitalisme et de ses tendances afin que les travailleurs sachent clairement ce qu’ils doivent faire.

Où est passé l’esprit combatif du mouvement syndical ?

Lorsque j’étais jeune adulte, les syndicats étaient forts et il y avait des luttes de classes dans le monde entier – dans les principales économies capitalistes et dans les révolutions contre le régime colonial en Asie, en Amérique latine et au Moyen-Orient, mais c’était dans les années 1970, lorsque le capitalisme souffrait d’une crise de rentabilité.

Les effondrements des années 1980 et les défaites de diverses luttes syndicales ont permis au capital de briser les organisations syndicales, de maintenir les salaires à un bas niveau et de privatiser les services publics dans le but d’augmenter la rentabilité. C’était l’expérience des deux dernières décennies du XXe siècle. Les syndicats sont devenus contrôlés par des responsables qui n’étaient pas intéressés par la lutte contre les employeurs mais uniquement par le fait d’éviter les pires dommages aux membres.

Aujourd’hui, les travailleurs ne sont pas sûrs que s’ils entreprennent une action industrielle ou une grève, ils peuvent gagner avec la législation gouvernementale et les responsables syndicaux contre eux.

De même, de nombreuses nouvelles industries dans le domaine de la technologie, des médias et des communications ont vu le jour, tandis que les anciennes industries de base ont décliné (du moins dans les pays du Nord), là où les syndicats avaient l’habitude de se développer. Les nouvelles industries n’ont pas été organisées, comme Amazon.

Face aux offensives désastreuses du néolibéralisme, les peuples de la terre ne devraient-ils pas s’unir pour abattre le capitalisme hideux et l’impérialisme criminel ?

La réponse est évidemment oui, à mon avis. Mais les questions et les problèmes qu’elle soulève, je les ai soulignés dans des questions précédentes.

Comment pensez-vous que nous pourrions résister efficacement à l’impérialisme et au capitalisme ?

L’impérialisme ne peut être vaincu qu’au niveau international car le capitalisme est mondial. Mais bien sûr, nous ne pouvons pas nous attendre à un soulèvement simultané. Les choses commenceront dans un endroit ou un pays et, espérons-le, s’étendront ensuite. La première tâche est donc de combattre votre propre classe capitaliste dans votre propre pays. Ne blâmez pas l’impérialisme étranger pour la pauvreté, l’inégalité et les crises dans votre seul pays – commencez par votre propre classe capitaliste.

Nous avons donc besoin de mouvements dans le Sud global contre leurs propres classes capitalistes et, bien sûr, de mouvements de la classe ouvrière dans les pays impérialistes…

Le système capitaliste n’est-il pas un danger permanent pour l’humanité, avec ses guerres capitalistes et son effet néfaste sur le climat ?

A mesure que nous avançons dans le XXIe siècle, il devient de plus en plus évident que le capitalisme est à bout de souffle. Il y a des guerres permanentes engendrées par les nations capitalistes qui se disputent les ressources et les marchés. Et le capitalisme est incapable d’arrêter le réchauffement de la planète, qui modifie le climat mondial et rendra de nombreuses régions inhabitables d’ici dix ans. La dégradation de la nature et des ressources naturelles se poursuit à un rythme soutenu. Et il y a de nouvelles réévaluations dangereuses à l’échelle mondiale entre l’impérialisme américain et ses alliés et la puissance économique croissante de la Chine qui risque de provoquer une nouvelle guerre mondiale.

En tant qu’êtres humains, n’avons-nous pas échoué en ne trouvant pas d’alternative au capitalisme qui asservit l’ensemble de l’humanité ?

En tant qu’êtres humains, nous n’avons pas échoué. Il y a «eux» et il y a «nous». Ils sont peu nombreux et nous sommes nombreux. Le capitalisme a permis aux forces productives de faire un grand bond en avant, comme jamais auparavant, avec les modes de production précédents (esclavage, féodalisme, absolutisme asiatique). Mais il a également créé de nouvelles inégalités, des injustices et de la pauvreté, comme nous l’avons vu plus haut.

Le capitalisme n’est pas vieux dans l’histoire de l’humanité – à peine 250 ans comme mode dominant d’organisation humaine. Les économies d’esclaves ont duré des milliers d’années ; le féodalisme a duré un millier d’années. Mais le monde est devenu plus rapide – le capitalisme ne durera pas 250 ans de plus. En fait, le temps est beaucoup plus court que cela. Soit «nous» nous débarrassons rapidement du système contrôlé par «eux», soit le capitalisme détruira la planète et ramènera l’humanité à l’âge des ténèbres.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est Michael Roberts ?

Michael Roberts a travaillé à la City de Londres en tant qu’économiste pendant plus de 40 ans. Il a observé de près les machinations du capitalisme mondial depuis l’antre du dragon. En même temps, il a été un militant politique dans le mouvement syndical pendant des décennies. Depuis sa retraite, il a écrit plusieurs livres. The Great Recession, a Marxist view (2009) ; The Long Depression (2016) ; Marx 200, a review of Marx’s Economics (2018) : et conjointement avec Guglielmo Carchedi en tant qu’éditeur de World in Crisis (2018). Il a publié de nombreux articles dans diverses revues économiques académiques et des articles dans des publications de gauche.

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2021/11/05/interview-michael-roberts-le-capitalisme-risque-de-detruire-la-planete-si-nous-nous-debarrassons-pas-de-lui/

Le scandale Pegasus éclate en Belgique

Publié le

Scandale Pegasus : une enquête ouverte à Paris - Le Point

C’est un vrai séisme politique qui touche la Belgique en ce moment. Après que le ministère du commerce américain ait mis sur liste noire l’entreprise israélienne NSO qui fabrique le logiciel espion Pegasus, logiciel de piratage perfectionné pour placer sur écoute les smartphones et permettant d’accéder à distance aux mots de passe, SMS, photos, listes de contacts, données de localisation ainsi qu’au micro et à la caméra, on apprend que les citoyens belges se font espionner régulièrement par des pays tiers via Pegasus. Sachant qu’Israël a équipé le Maroc de ce logiciel, tout porte à croire que le Makhzen marocain se livre à de l’espionnage en Belgique, un espionnage qui cible tous les ennemis d’Israël et du Makhzen marocain. Comme dans toutes les affaires d’espionnage de masse, nous avons peu d’informations mais les éléments dont nous disposons nous permettent néanmoins de conclure que nous sommes face à un fascisme ordinaire et que les pays occidentaux sont devenus incapables de protéger leurs citoyens de l’espionnage, ce qui est très grave. Ainsi nous apprenons que sur les 50.000 numéros de téléphone récoltés par Forbidden Stories, des centaines appartiennent à des personnalités politiques et fonctionnaires gouvernementaux, parmi lesquels Charles et Louis Michel.

Les déclarations de la ministre belge de la Défense Ludivine Dedonder confirment nos propos : « Le Service général du renseignement et de la sécurité (SGRS) estime de manière très probable que le logiciel Pegasus a pu être utilisé par un régime étranger à l’encontre de citoyens belges » a-t-elle déclaré, soulignant que « nos services de renseignements n’ont pas été vraiment surpris par cette nouvelle, compte tenu de précédents similaires avec des logiciels espions de la firme NSO. » La ministre ajoute qu’« il est de notoriété publique que le groupe NSO est sous la supervision directe et la réglementation du ministère israélien de la Défense, qui doit approuver toutes les ventes de ce logiciel Pegasus au préalable. » La ministre de la Défense a affirmé que le SGRS et la Sûreté de l’État suivent de près ce dossier : « Un certain nombre de téléphones appartenant à des cibles potentielles ont bien été examinés. Les services de renseignement belges approfondissent ce dossier, mais il est trop tôt pour communiquer des conclusions ». Elle ajoute : « Les traces d’intrusion laissées par un logiciel espion ne permettent pas de déterminer l’origine. En conséquence, pour déterminer la nationalité, d’autres moyens de collecte doivent être engagés. Ces moyens et les données qui en résultent sont classifiées ». Et la ministre de conclure : « Il est impossible de protéger totalement les citoyens belges contre ce type d’espionnage. » La ministre belge des Affaires étrangères et ancienne Première ministre, Sophie Wilmès, a déclaré quant à elle : « Il est évident que si ces informations se révèlent exactes, il est inadmissible que des conversations soient écoutées par quelque pays que ce soit. À ce stade, la question a été soulevée auprès de l’ambassadeur israélien », ajoutant « nous attendons les résultats de l’enquête en cours, y compris sur d’autres pays qui pourraient s’être livrés à ces pratiques. »

Aujourd’hui, Israël et le Maroc se livrent à l’espionnage de masse en toute impunité, et pourtant de nombreux scandales liés aux agissements de ces entités hors-la-loi sont régulièrement révélés. On sait très bien, en outre, que le lobbying du Makhzen marocain utilise la corruption comme une arme au sein des institutions européennes et chez de nombreux politiciens qui se laissent acheter sans état d’âme. Idem pour l’entité sioniste. Ce n’est pas la première fois que le Makhzen se livre à des actes d’espionnage en Belgique, l’affaire Brahim Dekhinet est là pour témoigner des agissements de cet entité scélérate qu’est le Maroc. Rappelons mon article traitant de ce député algérien qui, lorsqu’il était en poste au Consulat général d’Algérie en Belgique, récoltait toutes les données des ressortissants algériens pour les transmettre au Makhzen marocain. 

L’opinion publique belge est-elle au courant de ce scandale Pegasus et des ramifications de cette histoire digne d’un roman d’espionnage de John Le Carré ? Où sont les médias pour éclairer cette opinion publique décérébrée qui gobe toutes les fadaises que les médias mainstream déversent ?

Concernant les récents événements et l’attaque que subit l’Algérie de la part de ce Makhzen et de ses maîtres, ils ont beaucoup perdu avec les décisions patriotiques des autorités algériennes. Ces événements ont uni tous les Algériens derrière notre armée, l’ANP digne héritière de la glorieuse ALN qui est en train de donner une leçon à tous les ennemis de l’Algérie. Vous ne perdez rien pour attendre, notre riposte sera sans pitié.

Mohsen Abdelmoumen