Interviews

Dr. Sylvie Thénault : « J’ai toujours beaucoup de mal à admettre l’idée que beaucoup de Français ignoraient ce qu’il se passait en Algérie pendant la guerre »

Publié le Mis à jour le

Sylvie-Thénault-1

Dr. Sylvie Thénault. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Votre parcours universitaire, que ce soit votre master, votre thèse de doctorat et votre habilitation en tant que chercheuse, est centré sur la guerre d’indépendance de l’Algérie. D’où vient votre intérêt pour l’histoire de l’Algérie ?

Dr. Sylvie Thénault : Je n’ai aucun rapport personnel avec l’Algérie. Mon intérêt est venu du mouvement antiraciste de la fin des années 1980 en France. J’étais alors lycéenne et le combat contre le Front National, qui commençait alors à s’implanter dans la vie politique française, trouvait des arguments dans l’histoire de la guerre d’indépendance algérienne. Ainsi, on rappelait que Jean-Marie Le Pen avait été lieutenant en Algérie et qu’il y avait torturé. On parlait aussi du 17 octobre 1961, comme preuve du caractère meurtrier du racisme. L’idée globale était que, pour que les enfants d’immigrés trouvent pleinement leur place dans la société française, il fallait panser les plaies du passé. Donc il fallait en parler et surtout parler de ses aspects les plus sombres. Lire la suite »

Prof. Abderrahmane Mebtoul : « Les scandales financiers généralisés touchant la majorité des secteurs de l’activité nationale menacent les fondements de l’État algérien »

Publié le Mis à jour le

A. Mebtoul 5

Professeur A. Mebtoul. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Quelle lecture faites-vous de la situation économique actuelle de l’Algérie ?

Prof. A. Mebtoul : Pour comprendre la situation économique , il est intéressant de se référer au   classement annuel du The Global Competitiveness Report, du World Economic Forum (WEF), qui concerne les contraintes du milieu des affaires et l’efficacité économique dans le monde, établi sur la base d’une centaine d’indicateurs quantitatifs émanant des États membres et des organisations internationales (Banque mondiale, FMI, UIT, CCI, Unesco…) ainsi que d’enquêtes qualitatives réalisées par le WEF lui-même. Pour rendre possible l’agrégation de données hétérogènes, tous les résultats sont convertis sur une échelle de notes de 1 à 7. Ces 110 notes sont ensuite regroupées en 12 catégories appelées « piliers », eux-mêmes répartis entre grands « sous-indices ». Dans son rapport de 2018, l’étude du WEF, réalisée auprès de 14 000 chefs d’entreprise de 137 pays, fournit un classement mondial des pays les plus compétitifs. Pour établir le classement de compétitivité de l’Algérie, le Forum s’est basé sur 114 indicateurs regroupés dans les 12 catégories suivantes : l’Algérie est classée  88e, loin derrière le Maroc (49e position) et la Tunisie (80e position). Quant au niveau de corruption, (85e place), l’Algérie est très mal classée, la corruption étant le deuxième plus grand écueil qui se dresse sur le chemin des investisseurs. Lire la suite »

Dr. Kerry Bowman : « La dégradation de l’environnement et le changement climatique pourraient bien s’avérer être les aspects les plus violents et les plus destructeurs du capitalisme. »

Publié le Mis à jour le

Kerry Bowman 2

Dr. Kerry Bowman. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : D’après vous, qui est responsable des feux de forêt qui ont lieu en Amazonie ? Ne pensez-vous pas que le président brésilien Jair  Bolsonaro est directement ou indirectement responsable des incendies qui ravagent la forêt amazonienne ?

Dr. Kerry Bowman : Bolsonaro est sans aucun doute directement responsable de l’augmentation de ces incendies. Il a travaillé avec beaucoup de fierté pour éroder l’application des mesures de protection de l’environnement au Brésil. Il s’est également mobilisé en faveur des industries qui veulent un meilleur accès aux zones protégées de l’Amazonie, qui cherchent à affaiblir les droits fonciers des peuples autochtones et qui sapent les efforts de lutte contre l’exploitation illégale des forêts, l’élevage et les mines. Lire la suite »

Daniel McAdams : « Les États-Unis ont cessé d’être une république et sont devenus un État de sécurité nationale »

Publié le Mis à jour le

Daniel McAdams

Daniel McAdams. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : On vient de fermer votre compte Twitter. Pourquoi ?

Daniel McAdams : En août, je regardais une partie de l’émission de Sean Hannity chez un ami et j’ai remarqué qu’en dépit d’une heure de vociférations de Hannity contre « l’État profond » aux États-Unis, il portait une épinglette portant le sceau de l’Agence centrale de renseignement des États-Unis (CIA), qui, de l’avis de la plupart, est soit le centre, soit au moins un centre important de l’« État profond » américain lui-même. J’ai tweeté sur cette étrange anomalie et en guise de commentaire à mon propre tweet, j’ai dit que Hannity était « attardé ». Twitter m’a informé que j’avais eu une « conduite haineuse » pour « promouvoir la violence ou attaquer ou menacer directement d’autres personnes sur la base de la race, de l’appartenance ethnique, de l’origine nationale, de l’orientation sexuelle, du sexe, de l’identité sexuelle, de la religion, de l’âge, du handicap ou de la maladie ». Il est clair à première vue que je n’ai rien fait de tout cela. J’ai utilisé un terme non politiquement correct pour ridiculiser Hannity pour avoir attaqué « l’État profond » tout en portant les symboles de l’État profond sur son revers. Lire la suite »

Prof. Richard Wolff : « Le socialisme représente la revendication cruciale d’étendre la démocratie à la sphère économique »

Publié le Mis à jour le

Richard Wolff3

Prof. Richard Wolff. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous avez fait un travail très important tout au long de ces années, et vous avez écrit entre autres ce livre remarquable New Departures in Marxian Theory que vous avez cosigné avec votre collègue Stephen Resnick. A votre avis, n’y a-t-il pas un besoin d’une interprétation révolutionnaire du marxisme loin des sentiers battus ?

Prof. Richard Wolff : Marx et le marxisme étaient eux-mêmes surdéterminés (au sens d’Althusser) par leurs conjonctures sociales. Il en sera de même pour la ou les prochaines interprétations révolutionnaires du marxisme. La crise mondiale actuelle du capitalisme, bâtie sur son effondrement mondial de 2008-2009, plus les critiques des marxistes sur (1) la montée et la chute de l’URSS et (2) d’autres premières expériences de construction du « socialisme » vont produire ensemble ces prochaines interprétations révolutionnaires. Sur ce point, permettez-moi de vous diriger, vous et vos lecteurs, vers deux ouvrages : S. Resnick et R. Wolff, Class Theory and History: Capitalism and Communism in the USSR (Routledge, 2002) et aussi R. Wolff, Understanding Marxism (2019). Lire la suite »

Dr. Dalia Ghanem-Yazbeck : « Les Algériens sont descendus dans la rue le 22 février parce qu’ils en avaient assez du système »

Publié le Mis à jour le

Dr. Dalia Ghanem picture by Juan Luis Rod

Dr. Dalia Ghanem-Yazbeck (photo: Juan Luis Rod)

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous avez travaillé les questions liées au terrorisme, y compris dans le terrain. D’après vous, peut-on combattre le terrorisme sans combattre l’idéologie qui le génère ?

Dr. Dalia Ghanem-Yazbeck : C’est compliqué de le faire parce que les bombes et les armes ne combattent pas les idées. Tant que l’idée est là et qu’elle n’est pas combattue et contrée, il sera difficile de se débarrasser du terrorisme. Les gouvernements doivent mieux élaborer des récits alternatifs aux idéologies extrémistes, à la fois hors ligne et en ligne. Nous devons donner aux jeunes hommes et aux jeunes femmes de meilleurs outils pour pouvoir lutter contre la propagande extrémiste. Ces récits devraient comprendre des campagnes sociales, des campagnes médiatiques, des campagnes d’éducation pour les jeunes dans les écoles, dans les associations civiles… etc. Par ailleurs, tant qu’il y aura l’injustice sociale, la marginalisation, la répression, etc., le spectre du djihad continuera de hanter de nombreux pays dans le monde. Lire la suite »

Dr. Stuart Newman : «Il me semble que nous nous dirigeons vers un avenir techno-eugénique»

Publié le Mis à jour le

Stuart A. Newman1

Dr. Stuart Newman. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre Biotech Juggernaut: Hope, Hype, and Hidden Agendas of Entrepreneurial BioScience (Biotech Juggernaut : Espoir, exagération et agendas cachés de la BioScience entrepreneuriale) coécrit avec Tina Stevens, vous attirez l’attention sur les dérives de la biotechnologie et ses ramifications avec le monde de l’argent. La biotechnologie est-elle réellement au service de l’homme ou est-elle devenue incontrôlable et dangereuse pour l’espèce humaine ?

Dr. Stuart Newman : Comme tous les outils et méthodes puissants et socialement impliqués, la biotechnologie peut apporter des améliorations dans la vie des gens tout en accroissant les avantages des riches par rapport à tous les autres ou en causant des dommages non intentionnels. Pour prendre un exemple bien connu, l’industrialisation de l’agriculture a rendu les produits agricoles moins chers et éliminé une grande partie (mais pas la totalité) d’un travail éreintant. Mais l’agro-industrie a également supprimé des millions d’emplois et mis les travailleurs restants en danger physique et social. Cela a pratiquement mis fin à l’engagement novateur des paysans avec le monde naturel qui, depuis les temps préindustriels, ont permis d’obtenir des cultures qui comptent parmi les plus grands produits de la civilisation. De plus, l’élevage industriel d’animaux est inexcusablement cruel. Lire la suite »