Interviews

Carolyn L. Karcher : « Le sionisme a toujours été une idéologie coloniale »

Publié le Mis à jour le

Carolyn L. Karcher. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous avez participé à la marche sur le Pentagone d’octobre 1967 contre la guerre du Vietnam. Que représentent pour vous ces moments historiques ?

Carolyn L. Karcher : La guerre du Vietnam et le mouvement populaire contre elle ont transformé ma conscience et changé ma vie. Bien que j’aie grandi au Japon et que je ne sois pas venue aux États-Unis avant d’entrer à l’université de Stanford en 1962, j’ai fréquenté une école américaine au Japon qui m’a donné l’endoctrinement standard. Je croyais que les États-Unis étaient un phare de la démocratie avec pour mission de transmettre ses bienfaits à d’autres pays et de les sauver de gouvernements oppressifs. La guerre du Vietnam a brisé cette croyance. La marche sur le Pentagone d’octobre 1967 a été la troisième manifestation contre la guerre à laquelle j’ai participé, mais c’est celle qui a marqué le début de ma rééducation politique. Pendant la nuit que j’ai passée au Pentagone, j’ai vu des soldats portant des masques à gaz et des baïonnettes frapper avec la crosse de leur fusil la tête des manifestants assis pacifiquement et leur donner des coups de pied avec leurs lourdes bottes, tandis que les chefs de la marche nous réitéraient leurs instructions de rester passifs et de ne pas résister. Ce qui m’a permis de surmonter cette expérience terrifiante, c’est la conviction que la presse allait informer le public américain de la façon dont les soldats américains avaient traité les citoyens exerçant leurs droits constitutionnels, et que l’incident donnerait lieu à une enquête et à une réparation. Au lieu de cela, les gros titres du Washington Post du jour suivant indiquaient que « Les troupes font preuve de retenue contre une foule violente ». Il faudra des années avant que la presse américaine ne commence enfin à rapporter la vérité sur la guerre et à donner une image plus sympathique des manifestants anti-guerre. Je ne lirais plus jamais la presse grand public sans esprit critique.

Lire la suite »

Dr. Leonid Savin : « Toute attaque contre un allié russe est une attaque indirecte contre la Russie »

Publié le Mis à jour le

Dr. Leonid Savin. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre « Coaching & conflicts », vous évoquez le concept de guerre hybride. Pouvez-vous expliquer ce concept de guerre hybride à notre lectorat ?

Dr. Leonid Savin : La première utilisation connue du terme « guerre hybride » remonte à 1998 dans un article de Robert Walker intitulé « Spec Fi : the United States Marine Corps and Special Operations » (le corps des Marines des États-Unis et les opérations spéciales) où l’auteur qualifie la guerre hybride de cette manière : « La guerre hybride est celle qui se trouve dans les interstices entre la guerre spéciale et la guerre conventionnelle. Ce type de guerre présente des caractéristiques à la fois du domaine spécial et du domaine conventionnel, et nécessite une extrême souplesse pour assurer la transition opérationnelle et tactique entre le domaine spécial et le domaine conventionnel ».

Lire la suite »

Dr. Naoufel Brahimi El Mili : « Je pense que la direction pour une nouvelle Algérie est prise »

Publié le Mis à jour le

Dr. Naoufel Brahimi El Mili. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre très intéressant « Le printemps arabe : une manipulation ? », vous évoquez le rôle de l’administration US ainsi que du Qatar dans ce soulèvement. Ce livre est l’un des rares à aborder la question du printemps arabe. Ne pensez-vous pas que nous vivons les conséquences du printemps arabe en ce moment avec l’instabilité en Libye et en Irak, et la guerre en Syrie et au Yémen, etc. ?

Dr. Naoufel Brahimi El Mili : Le titre de mon livre rejeté par l’éditeur était : « Pas de printemps pour les Arabes ». Autant le cas de la Tunisie était une scénarisation d’une révolte spontanée, autant le cas de la Libye était une guerre planifiée contre Kadhafi. Comme toujours, l’Occident ne sait pas assurer un « service après-vente » de ses interventions intempestives dans le monde arabe, soit directement, soit en mettant des pays comme le Qatar en situation de sous-traitance. Depuis le Printemps arabe, l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis, se sont érigés en sous-traitants exclusifs des intérêts occidentaux. Ils sont tous d’accord pour exagérer la menace iranienne afin d’accorder une centralité aux monarchies pétrolières. Tout le monde semble oublier que les Iraniens, depuis Alexandre le Grand, n’ont gagné aucune guerre mais ils ont gagné toutes les négociations.  

Lire la suite »

Dr. H. Bruce Franklin: « Depuis la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont de plus en plus adopté les caractéristiques d’un État fasciste »

Publié le Mis à jour le

Dr. H. Bruce Franklin. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen :  Votre livre “Crash course: From the Good War to the Forever War“ est un livre essential pour quiconque s’intéresse à l’histoire des États-Unis. Les USA ont mené des guerres impérialistes notamment en Irak, en Afghanistan, etc. Pourquoi, d’après vous, les États-Unis d’Amérique ont-ils besoin de faire la guerre ? Derrière toutes ces guerres, on évoque le poids du complexe militaro- industriel aux États-Unis. Quelle est son influence dans la décision politique ?

Dr. H. Bruce Franklin : Les États-Unis ont en effet mené une guerre impérialiste après l’autre depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Aucune de ces guerres n’a été nécessaire. Comme je le documente dans Crash Course, Washington a unilatéralement divisé la nation de Corée en deux nations trois jours avant que le Japon ne se rende le 14 août 1945, rendant ainsi la guerre de Corée inévitable, et huit jours plus tard, Washington a accepté de participer pleinement à la guerre française pour recoloniser le Vietnam. L’énorme puissance productive de l’industrie américaine a dû aller quelque part après avoir assouvi les besoins des consommateurs non satisfaits pendant la guerre. Au lieu de devenir notre monstrueux complexe militaro-industriel, elle aurait pu éliminer la pauvreté, créer une quasi utopie en matière de soins de santé, d’éducation, d’environnement, de culture et de loisirs pour tous. Mais la classe dirigeante de la société pensait que ce serait le socialisme et la fin du capitalisme.

Lire la suite »

Dr. Tony Kashani: « Les États-Unis sont aujourd’hui la démocratie la plus riche avec le plus haut niveau d’inégalités. Les oligarques mènent la danse. »

Publié le Mis à jour le

Dr. Tony Kashani. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Comment expliquez-vous la gestion catastrophique de la crise du Covid-19 par l’administration Trump ? Peut-on parler de la faillite du système ?

Dr. Tony Kashani : En effet, la gestion de la crise pandémique du Coronavirus Covid-19 par l’administration Trump a été un échec colossal. Il n’y a pas de direction centrale et de norme nationale en place. Dans d’autres pays, les scientifiques sont chargés de fixer des normes et de montrer la voie à suivre pour gérer la crise. Mais ici, nous avons le vice-président embrouillé, Mike Pence, qui circule et se fait simplement l’écho des « progrès et des bonnes nouvelles » prêchées par Trump. Les chiffres ne mentent pas, 175 000 vies perdues et plus encore. Son manque de compassion pour les vies humaines, en particulier pour les Américains noirs et bruns, et son solipsisme, combinés à une équipe de flagorneurs incompétents, ont créé un énorme vide de commandement au niveau fédéral.

Lire la suite »

Dr. Jacques Pauwels : « Pour poursuivre ses objectifs de maximisation des profits, le capitalisme est prêt à utiliser la « carotte » de la démocratie ainsi que le « bâton » du fascisme »

Publié le Mis à jour le

Jacques Pauwels1

Dr. Jacques Pauwels. DR.

English version here

Por traducir, aqui

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen :  Dans votre livre « Big Business avec Hitler », vous évoquez la collaboration de l’élite économique industrielle et financière mondiale avec Hitler. Hitler n’est-il pas un pur produit, un instrument, du système capitaliste ?

Dr. Jacques Pauwels : Le soi-disant « national-socialisme » d’Hitler, en réalité pas du tout une forme de socialisme, était la variante allemande du fascisme, et le fascisme était une manifestation du capitalisme, la manière brutale et cruelle dont le capitalisme s’est manifesté dans l’entre-deux-guerres en réponse à la menace de changement révolutionnaire incarnée par le communisme, et à la crise économique de la Grande Dépression. Dans la mesure où Hitler a personnifié la variante allemande du fascisme, on peut en effet le qualifier d’« instrument » du capitalisme. Lire la suite »

Maître Nabila Slimi : « Le Dr. Ghediri fait de son incarcération une lecture purement politique »

Publié le Mis à jour le

Nabila Slimi

Me Nabila Slimi. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous êtes avocate et vous faites partie du collectif d’avocats défendant le Dr. Ali Ghediri, ancien candidat à la présidentielle de septembre 2019 en Algérie, et que j’ai interviewé en avril 2019. Pourquoi le Dr. Ghediri est-il en prison ? Que lui reproche-t-on au juste ?

Maître Nabila Slimi : Le Dr. Ghediri est incarcéré dans la prison d’El Harrach depuis le 13 juin 2019 pour deux accusations, la première s’agissant de trahison et d’espionnage. En effet, on accuse le Dr. Ghediri pour complicité (avec un accusé principal qui est un certain H.G., ancien président d’un parti politique) et pour avoir livré à une puissance étrangère ou à ses agents sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, un renseignement, objet, document ou procédé qui doit être tenu secret dans l’intérêt de la défense nationale ou de l’économie nationale. Cette accusation est citée et punie de la peine de mort conformément à l’article 63 du code pénal algérien. Lire la suite »