Le régime du Makhzen marocain veut la guerre avec l’Algérie 

Publié le

On savait qu’après son dernier discours de la fête du Trône où il tendait soi-disant la main à l’Algérie, le roi des débauchés Mohamed VI allait nous réserver des surprises comme à chaque fois. L’année dernière, après son discours mielleux, nous avons connu les incendies ravageurs et meurtriers dont les instigateurs étaient liés au MAK et à Rachad, organisations terroristes soutenues par le Maroc. Plusieurs incendiaires ont d’ailleurs été arrêtés par nos services de sécurité alors qu’ils tentaient de rejoindre la frontière avec le Maroc. Cette fois-ci, le roitelet perfide a intimé l’ordre à son porte-voix officiel, le mufti Ahmed Raissouni, d’appeler les Marocains à une seconde marche verte vers Tindouf et à annexer la Mauritanie qui, selon les propos de cet énergumène, est un pays « inexistant ». Il s’agit ni plus ni moins d’une véritable déclaration de guerre à l’Algérie. Envolées les paroles mielleuses et hypocrites du dernier discours lénifiant du roi des dealers auxquelles l’Algérie n’a même pas voulu répondre, sachant que la fourberie est inscrite dans les gènes de cette famille. Rien de tel, n’est-ce pas, qu’une nouvelle colonisation pour rassembler le peuple des moutons bêlant derrière l’étendard de la monarchie, fût-elle de pacotille. Nul doute que les sionistes qui tiennent les rênes du palais à travers les Juifs de cour tel Azoulay et Cie ont eu leur mot à dire. C’est pour cela qu’il ne faut pas attendre de ce Raissouni, cet islamiste larbin du Makhzen et de l’entité sioniste d’Israël, qu’il s’insurge contre les crimes commis par les sionistes à l’encontre du peuple palestinien. Il est resté muet devant le récent massacre à Gaza où des enfants ont été déchiquetés par les bombes israéliennes. Non, il préfère s’en prendre aux Sahraouis, aux Mauritaniens et aux Algériens. C’est dire s’il est soumis.

Les Marocains devraient lever le pied quant à leur dosage quotidien de cannabis ou à en changer la qualité, c’est une urgence nationale, car les composants de leur drogue actuelle les mènent au délire absolu. Et dire que cet énergumène est le chef de la Ligue des savants sunnites et vice-président de l’Union mondiale des savants musulmans. Et dire aussi que c’est le roi noceur de l’entité voyou du Maroc, dont les frasques royales avec la fratrie Azaitar défraient la chronique et qui est complètement soumis à ses maîtres sionistes, qui est président du comité Al Qods. Il est intéressant de savoir que ce comité Al Qods dont le siège est à Rabat a créé une agence financière intitulée « Bayt Mal Al Qods Acharif » qui est chargée de collecter des fonds destinés à l’Autorité palestinienne pour l’aider à conserver le caractère arabo-musulman de Jérusalem. Or, d’après un diplomate occidental établi à Rabat et qui s’est confié en réclamant l’anonymat, la gestion des deux comptes bancaires qui permettent d’envoyer à l’autorité palestinienne « une partie » de l’argent récolté se fait de manière très opaque. Pauvre Palestine. Le Makhzen est passé maître dans l’art de pomper de l’argent, même sur le dos du peuple palestinien martyrisé. Il le fait déjà avec le peuple sahraoui, comme nous l’avons vu entre autres avec nos trois derniers articles consacrés à la région de Dakhla où s’engraisse toute une série de colons pique-assiettes grâce aux ressources naturelles du lieu.

Le royaume pourri du Maroc est sujet à des démangeaisons expansionnistes qui le titillent régulièrement. Il ne peut pas s’empêcher de lorgner sur ses voisins espérant s’emparer de leurs richesses, lui qui ne possède que des cailloux. L’Algérie ne cesse de marquer des points avec des mégaprojets tels que le gazoduc transsaharien entre le Nigeria, le Niger et l’Algérie, avec la future intégration de l’Algérie dans le BRICS, l’extraction du fer à Gara Djebilet où les Marocains ont eu le culot de vouloir mettre leur nez. Ils sont jaloux de nos richesses et notre grande armée qui les obsède. Ils nous volent notre patrimoine culturel en le revendiquant comme le leur. Vous prétendez posséder le phosphate, Messieurs du Makhzen ? Il appartient aux Sahraouis et ils le récupéreront bientôt. Vous êtes dans la misère et c’est la raison pour laquelle vous voulez annexer des territoires qui ne vous appartiennent pas. Crevons donc l’abcès par rapport à vos velléités expansionnistes. Vous voulez la guerre ? Nous sommes prêts. Pour paraphraser Vladimir Poutine qui parlait de son pays, nous reprenons sa menace à notre propos : celui qui touche à l’Algérie, nous lui casserons les dents.

Donc, d’après le laquais islamiste Raissouni, « des millions de Marocains suivraient le roi si celui-ci leur en intimait l’ordre » ? Eh bien, mais qu’ils viennent donc. Ils seront bien reçus. Et nous suggérons à ce Raissouni de prendre la tête de la procession pour exalter les troupes constituées par la marmaille de Bousbir. Si vous tentez pareille aventure, nous vous promettons, Messieurs du Makhzen, de réserver le meilleur accueil à vos FAR, les rats. Nous allons procéder à une campagne de dératisation radicale. Nous vous rayerons de la carte et vous enverrons directement nourrir les poulpes de Dakhla, de quoi gaver les hôtes et la famille de Madame Bastide, grands amateurs des fruits de la mer, avant que le Polisario ne déloge tous ces parasites de son territoire. Mais puisqu’il semble que chacun revendique son héritage, justifié ou non, basé ou pas sur des documents officiels, je réitère ma revendication de récupérer les terres de mon ancêtre direct, le calife Abd al-Mumin ou Abdelmoumen, amīr al-mu’minīn, véritable prince des Croyants, qui a fondé la dynastie des Almohades, laquelle a régné sur le Maghreb et Al-Andalous. Et je répète aussi que l’Algérie doit recouvrer son territoire jusqu’à Oued Moulouya.

Si vous voulez nous tester, sachez que nous vous attendons de pied ferme. Nous ne vous conseillons pas de venir en novembre car vous tomberez en plein dans les exercices militaires « Bouclier du désert 2022 » russo-algériens qui se tiendront à Béchar à 50 km de chez vous. Attendez donc que nous soyons seuls pour préserver l’intimité. Notre ANP et le peuple algérien tout entier se feront un plaisir de vous accueillir.

Mohsen Abdelmoumen

L’agent du Makhzen Françoise Dominique Bastide : c’est reparti pour un tour !

Publié le Mis à jour le

Le perfide Ali Achour à la rescousse de l’agent Bastide. D. R.

Ça devient le feuilleton de l’été. L’agent du Makhzen Françoise Dominique Bastide n’en démord pas et appelle à la rescousse la marmaille de Bousbir en renfort. C’est ainsi qu’elle a fait appel à son frère, bourgeois bellâtre de Nice, qui m’accuse de venir polluer l’atmosphère et de répandre de fausses informations sur sa sœur qu’il présente quasiment comme Mère Teresa. Je répondrai à ce nouvel Aldo Maccione, le Dom Juan des piscines, que sa sœur n’a pas à publier mes articles sur sa page Facebook si elle estime que je pollue son espace. Quant au « désintéressement » de Madame Bastide, son appétit pour les joies de la colonisation s’étale en long et en large dans la presse marocaine et sur les réseaux sociaux. Le colonialisme est inscrit dans ses gènes puisque cette personne se glorifie de détenir une lettre manuscrite du Maréchal Lyautey datée de 1921 dans laquelle celui-ci remercie son arrière-grand-père Emile Laugier pour avoir participé aux œuvres sociales de Casablanca. Un colon n’est jamais « désintéressé » et il s’avère que toute la famille de Madame Bastide profite de son implantation dans le territoire occupé de Dakhla. Tout ce petit monde participe joyeusement à la grande bouffe du poulpe et de la tomate, produits appartenant aux richesses du Sahara Occidental et auxquels on peut ajouter l’huître qui a fait de Dakhla « la capitale africaine des huîtres ». Nous ne doutons pas un seul instant qu’il doit se trouver quelque général des « Forces armées royales », si ce n’est le roi des débauchés lui-même, pour avoir saisi l’opportunité d’investir dans l’huître de Dakhla. Cette ville étant considérée comme la Mecque de l’aquaculture « au Maroc », on comprend aisément qu’elle attire tous les parasites de France, de Navarre et du Maroc, dont font partie Madame Bastide et sa famille, avides de profiter des attraits de cette région du Sahara Occidental au détriment du peuple sahraoui, et qui, bien sûr, pour rester dans le sujet de l’aquaculture, s’accrochent à leurs privilèges comme… des moules à un rocher. Ce qui est fou avec ces gens, c’est qu’ils sont dans le déni le plus total et affichent un mépris absolu pour toute réalité historique.

Les uns et les autres arrivent au galop sur la page Facebook de Françoise Dominique Bastide pour soutenir l’égérie du poulpe, de la tomate et de l’huître de Dakhla, comme Omar Hasnaoui Chaoui, Président de la Fondation Hélios, diplomate établi à Washington DC qui n’en rate pas une pour taper sur l’Algérie et qui, apparemment, d’après le texte qu’il a écrit, n’aime pas mon vocabulaire. J’en suis tout marri. Vraiment. Il n’aime pas non plus la « junte », et a une dent contre notre ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, qu’il considère comme un « récidiviste ». Selon lui, l’Algérie serait « un état en décomposition, dirigé par une junte de très médiocres calibre » J’ai laissé la phrase telle que je l’ai trouvée avec les fautes d’orthographe dans un article du Maroc Diplomatique daté du 21 juillet 2021. « Querelle artificielle entre le Maroc et l’Algérie », dites-vous sur la page Facebook de Madame Bastide ? Que nenni, Monsieur le diplomate. C’est une rupture totale et irréversible. Nous ne sommes pas des peuples frères et nous n’avons rien en commun. Je comprends tout à fait votre dégoût, j’éprouve exactement le même sentiment devant votre faculté à nier l’évidence, à savoir que vous êtes les colonisateurs d’un territoire que ne vous appartient pas, que vous spoliez un peuple de ses richesses et que vous vous engraissez à son détriment, tout en faisant des courbettes devant un roi aux mœurs plus que légères, qui lui-même s’aplatit devant ses maîtres la France et Israël. Je trouve cela absolument dégoûtant.

Ça se bouscule au portillon : un autre se présente à la suite des habituels béni-oui-oui qui acclament la star de Dakhla, un nommé Larbi Bellaha, ancien « roi du tabac », ex-directeur d’Altadis Maroc auparavant « la Régie du tabac » – et on sait tous ce que représente la Régie du Tabac au Maroc -, ancien Chargé de mission au cabinet du ministre des Finances marocain, qui nous met des liens vers divers sites dont celui d’un ancien diplomate – encore un ! – du nom d’Ali Achour, ancien consul général à Malaga et à Madrid, puis ambassadeur successivement au Venezuela, en Norvège, au Brésil et auprès du Saint-Siège et de l’Ordre de Malte. Depuis 2015, Ali Achour est conseiller de la Fondation diplomatique, à Rabat, et collabore au magazine Diplomatica. Cet Achour a écrit plusieurs livres sur le Sahara « marocain », bien sûr, et divers textes dont « lettre à un ami algérien », une perle de perfidie, dont voici le lien : https://www.barlamane.com/fr/lettre-a-un-ami-algerien/?fbclid=IwAR26vq9SwwyMUI4JFqEjMNkfu1bJozW8gKBdHWqP1NE1GO3lSH7esSNPJu4. Un autre lien nous envoie vers une étude sur la prostitution en Algérie réalisée par une sociologue algérienne, Keltouma Aguis, et diffusée par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides, organe sous tutelle du ministère français de l’Intérieur, donc tout à fait « indépendant » n’est-ce pas et pas du tout tendancieux. Effectivement, la prostitution existe dans tous les pays du monde mais en Algérie, nous n’en faisons pas une attraction touristique comme c’est le cas au Maroc. De plus, l’Etat algérien met tout en œuvre pour démanteler les réseaux et pour apporter une aide aux prostituées, plusieurs liens vers des articles de presse faisant mention de ce travail de l’Etat figurent en fin de l’étude. Donc, Monsieur le roi du Tabac, nous n’avons aucun problème à nous regarder dans le miroir. Par contre, puisque vous êtes nanti et que vous avez du temps libre, consacrez-vous donc à apporter une aide aux enfants livrés sans défense aux pédophiles occidentaux qui pullulent dans votre pays, le Maroc ayant remplacé la Thaïlande en matière de tourisme sexuel.

Un autre, un certain Mohamed Lazrek, notaire de son état à Casablanca, est venu se joindre à la chorale en faveur de Madame Bastide. D’emblée, il me définit comme agent du DRS, ce dont je suis très fier car rien n’est plus important à mes yeux que de servir mon pays. Ensuite, pour appuyer ses propos et étaler sa culture – comme on étale de la confiture -, il fait appel à Diderot, Montesquieu et Rousseau – rien que ça – pour qualifier le gouvernement algérien de dictature dirigée par une « junte » – leitmotiv makhzénien bien connu – et qu’il oppose – et il a bien raison car nous n’avons rien en commun – à la « monarchie sociale et religieuse millénaire » marocaine où le Roi de la tomate règne en commandeur des croyants adeptes du baise-main et de la génuflexion, et en chef suprême de la nation en compagnie de l’affriolante fratrie Azaitar dont la musculation fait perdre la tête à sa majesté coquine. Selon cet olibrius, le roi de la tomate et du cannabis n’aurait pas besoin de « chiner dans les gros marchés publics pour s’empiffrer de ristournes pécuniaires ». Et de nous écrire une longue tartine – de confiture – pour faire le panégyrique de la monarchie et, comble de l’imbécilité, pour vanter l’hymne marocain composé par un Français. On laissera ce larbin soumis à ses multiples prosternations serviles. Qu’il bavote devant la main de son roi de comédie tant qu’il veut, après tout, si le fait de se mouvoir courbé l’enchante, grand bien lui fasse. Nous savons que tous les Marocains souffrent de scoliose à force de s’incliner et cela ne nous importe pas. Notre problème, c’est l’acharnement de ces zigotos contre l’Algérie.

Ce personnage insignifiant qui se targue d’écrire en français tout en faisant des fautes d’orthographe et de style, prétend me donner des leçons d’histoire tout en insultant notre armée. Sachez, Monsieur l’érudit, que notre ANP est une armée populaire qui est l’héritière de la glorieuse ALN (retiendrez-vous ces acronymes ou est-ce trop demander à votre cerveau embrumé par le shit ?). L’ALN a chassé la France hors d’Algérie, cette même France qui est toujours votre maître, tout comme l’est aussi l’entité sioniste d’Israël qui massacre le peuple palestinien et que notre armée a combattue. Mais votre roi Hassan II a préféré trahir les armées arabes, dont l’armée algérienne, au profit des Israéliens. Traître un jour, traître toujours, dit l’adage. Vous êtes tous des larbins : larbins de votre roi jouisseur et de ses sbires du Makhzen, quand ce n’est pas de ses amants, larbins des Français, larbins des Israéliens, et larbins des pervers occidentaux qui viennent abuser de vos enfants. Quant à la terminologie facebookienne dont vous prétendez être un expert, je me moque de savoir si les personnes qui viennent applaudir les grandes pensées philosophiques et humanistes de votre icône de la colonisation et de la pêche au poulpe, à savoir Françoise Dominique Bastide, sont de vrais amis ou des amis virtuels, fans ou pas. Ils sont tous complices de la même idéologie à la fois dominatrice envers le peuple sahraoui et obséquieuse par rapport à un système féodal et archaïque incarné par votre roi d’opérette.

Puisque tout le monde revendique du territoire, je veux que mon pays retrouve sa frontière naturelle à Oued Moulouya. Quant au Sahara Occidental que vous occupez illégalement et contre les résolutions de l’ONU, il faudra nous expliquer à quel moment de l’histoire il a appartenu au Maroc. Vous avez l’art de présenter les faits selon votre avantage sous prétexte que des tribus aient dominé certaines régions dans un lointain passé. Si l’on suit votre logique, en tant que descendant direct des Almohades et du calife Abd al-Mumin ou Abdelmoumen, comme mon nom l’indique, je revendique au nom de ma famille tout le territoire du Maroc et une partie de l’Espagne, l’Andalousie. Vous trouvez que c’est ridicule ? C’est pourtant ce que votre roi criminel Hassan II qui a tué Ben Barka avec l’aide des services français et qui a massacré les Sahraouis, a fait en envoyant défiler un peuple de moutons bêlant lors de sa marche de colonisation. Vous n’avez rien à faire au Sahara Occidental qui ne vous appartient pas !

Pour terminer, on ne me menace pas, Monsieur le laquais. Je n’ai aucune leçon ni aucun conseil à recevoir de quiconque et certainement pas d’un valet de votre espèce. J’écris ce que je veux, sur qui je veux et quand je veux. J’interviendrai à chaque fois que l’un des vôtres ouvrira son clapet contre mon pays. Et contrairement à vous, je ne suis pas un mercenaire. On ne m’achète pas. Quant à aller passer des vacances à Dakhla, j’irai volontiers quand les sangsues de votre acabit en auront été chassées par le Polisario et que je recevrai une invitation des représentants de la République arabe sahraouie démocratique.

Il est en tout cas réjouissant de voir tout ce beau monde s’agiter et se précipiter à la défense de cette Françoise Dominique Bastide, ce qui confirme bien son appartenance au Makhzen. CQFD.

Mohsen Abdelmoumen

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2022/08/12/lagent-du-makhzen-francoise-dominique-bastide-cest-reparti-pour-un-tour/

Ma réponse à l’agent du Makhzen Françoise Dominique Bastide

Publié le

Aristide maîtres marionnettistes

Aristide au royaume du baisemain… D. R.

Vous avez publié et commenté sur Facebook l’article que je vous ai consacré et qui a été publié le 3 août dernier dans Algériepatriotique. Pour votre gouverne, vous n’êtes pas assez importante pour faire la Une et vous figurez dans la rubrique « contributions ». D’emblée, je vous informe que ce n’est pas votre petite personne qui m’intéresse mais ceux qui sont derrière vous, les maîtres marionnettistes qui vous rémunèrent. Mais votre ego démesuré et les applaudissements de vos fans ignorants vous incitent à penser que vous êtes le centre d’intérêt. Je suis navré de vous détromper. Je vous avais demandé, Madame, de laisser nos morts tranquilles. Vous n’en avez pas tenu compte et vous continuez à vous servir de nos martyrs pour déverser votre venin contre l’Algérie. Il va donc falloir que je précise certains faits que vous semblez ignorer, ou plutôt, que vous feignez d’ignorer, car à la lecture de vos dernières publications sur Facebook et comme à votre habitude, vous travestissez la vérité historique de façon à ce qu’elle corresponde à la propagande makhzenienne dont, je le répète, vous êtes un porte-voix.

Je m’aperçois qu’à l’instar de tous les Marocains, vous aimez jouer les victimes pour vous constituer un capital sympathie chez vos abonnés sur les réseaux sociaux. J’aimerais que vous me démontriez à quel endroit je vous ai menacée dans mon article pour que vous prétendiez espérer que vous-même et votre famille restiez « en super forme ». Voyons, comme je vous l’ai dit plus haut, vous n’êtes pas assez importante, ni pour faire la « Une » d’un journal, ni pour finir en martyr, et puis, je suis un journaliste, pas un assassin, et j’écris au service de mon pays que vous ne cessez de vilipender au lieu de vous occuper de vos multiples affaires lucratives. Quant à « la junte » dont vous parlez, il n’y a pas de junte chez nous, nous avons une armée populaire et elle a bien autre chose à faire que de s’occuper d’un larbin du Makhzen comme vous. Il y en a tant ! Le fait que vous attaquiez continuellement l’Algérie prouve bien que vous êtes missionnée pour le faire sinon vous mèneriez votre vie tranquillement sans vous soucier d’autre chose que de jouir pleinement des bienfaits de la colonisation marocaine du Sahara Occidental. C’est la raison pour laquelle je me suis intéressé à vous, et, non, je n’ai pas passé un mois à éplucher votre compte Facebook, juste quelques heures, car tout est là à la portée de tous. J’ai prouvé par A + B que vous étiez un mercenaire du Makhzen avec mission de promouvoir l’afflux de colons étrangers à Dakhla, en plein Sahara Occidental occupé, et de propager la propagande du Makhzen. Vous n’êtes pas mon thème d’article préféré, mais à chaque fois que vous mettrez votre nez dans les affaires de mon pays, je viendrai vous remettre à votre place.

Je vous cite encore une fois : « Ils (les Algériens) n’ont pas dans leur logiciel l’amour désintéressé pour la patrie, le dévouement à l’intérêt général, l’honneur et la vertu comme étoile du berger ». Qui êtes-vous donc pour juger les Algériens ? Je n’ai jamais vu une telle suffisance et une telle hypocrisie réunies en une seule personne. Vous battez des records, Madame. On ne parle pas d’honneur, de vertu, et d’intérêt général quand on a la bouche pleine de poulpes et de tomates et que l’on vole à un peuple ses richesses. Au lieu de vitupérer contre le Polisario, « le Golem », comme vous l’appelez, et sa soi-disant maltraitance des enfants, parlez-nous donc des enfants marocains loués aux touristes pédophiles occidentaux. Evidemment, quand on sait que l’entité voyou du Maroc, vassale de la France et d’Israël, a été créée par le maréchal Lyautey en 1912 et qu’elle abrite le plus grand lupanar du monde à Bousbir, comment s’étonner que des enfants, garçons et filles, soient destinés aux plaisirs pervers des touristes amateurs de chair fraîche ? Et pendant ce temps, votre roi dépravé distribue ses largesses à une fratrie de courtisans jouisseurs. Il est vrai que quand on possède 8,2 milliards US$, on peut se permettre de gâter ses favoris. Allez, Madame, continuez donc à parler de l’honneur et de la grandeur de votre monarque d’opérette, vous faites bien rire tous les Algériens.

Brisons là, Madame, à la longue, vos persiflages répétitifs sont lassants, et vous êtes tellement prévisible. Nous avons compris que vous êtes un agent du Makhzen, de la DGSE et du Mossad et que vos patrons paient bien. Vous continuerez donc à propager vos mensonges tant que vous serez payée. Je vous laisse à vos dévotions à votre roi jouisseur et débauché qui se prélasse dans les bras de son boxeur préféré Abu Bakr et dont les frères, les petits truands Azaitar, bénéficient des largesses de votre monarque du cannabis et de la tomate pendant que le peuple marocain crève de faim. Pour les frères Azaitar, les voitures de luxe et la dolce vita, pour le peuple du Maroc, la prostitution et la mendicité. Et vous osez parler de « dévouement à l’intérêt général » ? Votre seul dévouement est consacré exclusivement aux intérêts du roi de la tomate et à ceux des généraux du poulpe. Quand on est dans le trafic du poulpe et de la tomate, on ne fait pas de littérature, Madame, car je vous rappelle que vous occupez illégalement un territoire qui ne vous appartient pas. Vous êtes dans le commerce illégal, c’est-à-dire dans le trafic. Selon les résolutions de l’ONU, vous êtes une hors-la-loi et vos mains sont pleines du sang des Sahraouis. Réveillez-vous, l’empire que vous servez part en lambeaux, en Ukraine, à Taïwan… Votre système est agonisant et appartiendra bientôt au passé. Vous allez payer pour les crimes commis contre les peuples, comme le peuple sahraoui, palestinien, irakien, libyen, etc.

Quant au « qui tue qui » si cher à Jean-Baptiste Rivoire et à son acolyte Patrick Baudouin, thèse que vous remettez sans cesse sur le tapis, parlons-en. C’est un sujet que je connais bien et que j’ai traité à plusieurs reprises. Je vous conseille de dire à vos lecteurs, ces béni-oui-oui stupides qui vous encensent, que l’armée algérienne a combattu et combat encore le terrorisme que votre pays le Maroc a toujours soutenu activement en finançant jadis le GIA et en lui livrant des armes, comme il finance aujourd’hui le MUJAO, Rachad et le MAK. Idem pour la France dont les services de renseignement encadraient l’envoi des djihadistes algériens et autres en Afghanistan pour combattre les Soviétiques et qui sont revenus en Algérie, forts de leur expérience de combat, pour massacrer le peuple algérien dans les années 1990. La France, obéissant à l’agenda de l’empire dont l’exécutant est la CIA, a toujours encouragé le mercenariat comme elle l’a fait dans le cas de la Syrie où Al-Nosra faisait « du bon boulot », selon Fabius, en coupant des têtes, et comme elle encourage le départ de la chair à canon aujourd’hui en Ukraine. Et la France est toujours votre maître, avec l’entité sioniste d’Israël pour chapeauter tout le monde.

C’est quand même bien chez vous, au Maroc, que le chef du GIA Abdelhak Layada s’était réfugié. C’est encore chez vous que trouvent refuge toutes les crapules terroristes. Votre royaume narcotrafiquant est impliqué dans la prise d’otages de Tiguentourine. C’est aussi de chez vous que proviennent les terroristes qui ont mis l’Europe à feu et à sang comme à Zaventem en Belgique, ou sur les terrasses à Paris, ou encore à Barcelone, et j’en passe. Rappelons ces deux touristes scandinaves décapitées dans les montagnes de l’Atlas. Tous ces terroristes d’origine marocaine sont encadrés par le Makhzen et pourraient aussi bien être recrutés par le Mossad israélien. Et ce n’est pas moi qui le dis, c’est le journaliste français Georges Malbrunot. C’est également votre royaume pourri qui participe au massacre du peuple yéménite et qui ferme les yeux sur celui du peuple palestinien. Votre « empire chérifien » comme vous dites a toujours été un instrument de l’empire, et du mauvais côté de l’histoire. Ses crimes sont innombrables.

Concernant les moines de Tibhirine, au lieu de continuer à condamner l’armée algérienne qui a payé un lourd tribut en combattant le terrorisme islamiste et qui continue à perdre des hommes dans ce combat, expliquez donc à vos abonnés les liens entre le GIA et l’ambassade française à Alger, et le rôle exact du colonel Clément. Parlez-leur aussi du journaliste français Didier Contant, qui est « malencontreusement » tombé du 7e étage de son immeuble alors qu’il enquêtait sur l’assassinat des moines et qu’il s’apprêtait à réfuter la thèse du « qui tue qui » que vous ressassez en boucle comme un perroquet. La cause de l’assassinat des moines est imputable aux politiciens français. Pour votre information, sachez que l’exécution des moines découle directement d’un règlement de comptes entre Juppé et Chirac, mais c’est sans doute trop compliqué à comprendre pour vous. Je vous conseille donc de lire mes articles. Quant au juge Trévidic, je lui ai consacré un article à l’époque où il a voulu venir jouer les cow-boys en Algérie. Nous n’avons jamais eu peur de lui, contrairement à ce que vous déclarez. L’Algérie et son armée n’ont peur de personne, sachez-le. Alors de grâce, Madame, taisez-vous, vous ne dites que des bêtises. Je l’ai répété à maintes reprises, le Makhzen n’est ni sérieux, ni intelligent, et sa propagande, que vous véhiculez activement, manque de crédibilité. Tous vos arguments peuvent être démontés un par un.

Vos FAR, traduit en français « les Rats », ont-elles déjà combattu le terrorisme ? Non. Où sont donc les batailles de votre armée royale ? Où sont les faits d’arme de vos généraux du poulpe et du cannabis ? La gloire s’obtient sur les champs de bataille et non pas sur un clavier d’ordinateur dans un salon de la Mamounia, dans l’entité du Bousbir marocain. Vos soldats abrutis par le cannabis fuient devant le Golem « avec lequel il faudra désormais compter » comme vous le dites. Oui, Madame, il faudra toujours compter avec le Polisario et il réussira un jour à vous chasser, vous et vos maîtres, de ses terres, comme les factions palestiniennes finiront tôt ou tard par venir à bout de l’entité sioniste criminelle d’Israël qui vous dirige via ses « Juifs de cour ».

Quant à nous, les patriotes algériens, nous continuons à soutenir notre armée et nos services de renseignement qui protègent notre patrie contre les attaques de l’ennemi. Sachez que nos héros militaires ont été honorés car ils se sont distingués par leur courage et leur honneur, les véritables courage et honneur, pas les ersatz vantés par les bonimenteurs de votre espèce. Alors, à bas les traîtres et les mercenaires du Makhzen et les généraux du poulpe et du cannabis, ainsi que leur roi de la débauche et de la tomate ! Vive l’ANP, digne héritière de la glorieuse ALN, et vivent les services de renseignement algériens ! Gloire à nos martyrs et vive l’Algérie !

Et je persiste et je signe :

Mohsen Abdelmoumen

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2022/08/07/ma-reponse-a-lagent-du-makhzen-francoise-dominique-bastide/

Gros plan sur une bastide française au Sahara occidental

Publié le Mis à jour le

Bastide bastide

Madame Françoise Dominique Bastide. D. R.

Selon le dictionnaire TLFI (Trésor de la Langue française informatisé), le mot bastide désigne une petite maison de plaisance à la campagne, souvent à l’usage des citadins. Examinons d’un peu plus près cette bastide. Madame Françoise Dominique Bastide est une sociologue française née à Rabat au Maroc en 1951, elle a été maire adjointe à la mairie de Cannes de 1989 à 1993, et est actuellement propriétaire de la maison d’hôtes Dar Tawarta, à Dakhla, dans la péninsule du même nom sur la côte atlantique du Sahara occidental. Issue d’une famille de colons français établis au Maroc depuis trois générations et épouse d’un médecin marocain aujourd’hui décédé, Madame Bastide revendique son engagement patriotique pour le Maroc. Plus royaliste que le roi, cette Franco-marocaine voue une véritable dévotion à Hassan II et à Mohamed VI, comme le démontrent ses déclarations enflammées sur les réseaux sociaux, du type, par exemple, devant la photo du roi bambocheur actuel qui, rappelons-le, est un grand amateur de la gaudriole, surtout avec son boxeur préféré Abu Bakr Azaitar : « s’il savait comme on l’aime ». Oui, bon, chacun fait son lit comme il se couche dit l’adage, et nous ne nous pencherions pas sur son cas si cette Franco-marocaine ne fourrait pas son nez dans les affaires algériennes. Car, en parfait relais des théories fumeuses makhzeniennes, Madame Bastide n’en rate pas une pour taper sur l’Algérie via son compte Facebook, reprenant à son compte le langage familier du Makhzen pour nous désigner. On peut comprendre que le fait de cumuler les nationalités française et marocaine la prédispose à être doublement colonialiste puisqu’en tant que Française, elle est établie au Maroc, et en tant que Marocaine, elle participe à la colonisation du Sahara occidental. En tout cas, nous nous sommes demandé ce qui la motivait à vitupérer de la sorte contre l’Algérie.

En grattant un peu le vernis vertueux dont elle se pare, on s’aperçoit que Françoise-Dominique Bastide est aussi connue sous le pseudonyme de Salka Dlimi, laquelle est « chargée de mission dans la région de Dakhla » pour le Maroc. Aaah ! voilà qui est intéressant. Nous allons découvrir en quoi consiste cette « mission ». D’après les propos de Madame Bastide-Dlimi publiés en 2019, c’est en compagnie de son beau-frère, Jawad Kerdoudi, président de l’IMRI (Institut marocain des relations internationales), qu’elle a visité le Sahara occidental il y a une dizaine d’années et qu’elle a jeté son dévolu sur Dakhla, « la perle du Sud ». Nous sommes bien sûr persuadés que son incursion au Sahara occidental en compagnie d’un haut cadre du Makhzen, fût-il son beau-frère, est le fruit d’un pur hasard. Elle voulait juste passer des vacances en famille et rencontrer le peuple sahraoui pour lequel elle s’est tout de suite sentie envahie d’un immense amour. Comme c’est charmant. Les Sahraouis, « conquis » par son charisme et son intérêt pour eux, l’ont surnommée Salka, « la sauvée ». Ses explications quant au choix de ce surnom sont assez fantaisistes. Sauvée de quoi, cela nous importe peu. Par contre, le choix du patronyme « Dlimi » reste à définir. Il ferait référence à une tribu dominante dans cet endroit, selon Madame Bastide. Mais il est étrange qu’il soit le même que celui de ce général criminel qui a massacré les Sahraouis et qui est mêlé à l’assassinat de Ben Barka, et qui a fini écrasé par un camion-citerne sur les ordres de Hassan II que cette désormais bienfaitrice du peuple sahraoui vénère pour sa bonté. Toujours d’après ses déclarations à propos de sa rencontre avec le peuple sahraoui, selon elle, le côté « humain » n’avait jamais été inventorié jusqu’à ce qu’elle arrive à Dakhla : « l’humain s’adresse toujours au visible mais jamais à l’invisible, aux liens humains, aux souffrances, aux histoires de vie, aux coutumes ou à la culture » … et, perle d’hypocrisie qui mériterait de figurer dans un exemplaire de la colonisation pour les nuls : « Si on avait commencé par-là, le problème serait beaucoup plus simple aujourd’hui car ce n’est pas, au fond, la terre qui nous intéresse le plus mais plutôt sa ressource principale, qui est l’élément humain ». Nous versons une larme devant un tel dévouement à la cause sahraouie. Françoise Bastide continue sur sa lancée et estime avoir « compris cette part de noblesse qui fait que les Sahraouis s’attachent à l’empire chérifien, car ils l’ont aimé et suivi non pas par besoin ou par peur, mais par désir » (!) Osez donc aller répéter vos boniments aux Sahraouis emprisonnés dans les geôles de votre Commandeur des trafiquants de drogue, Madame Bastide. Ou encore aux femmes sahraouies tabassées en pleine rue par les forces d’occupation du Maroc colonial. Nous prenons acte qu’avec vous, la propagande du Makhzen atteint des sommets. En effet, cette phrase est une petite merveille de baratin et « l’empire chérifien » a une saveur toute particulière qui devrait figurer sur le fronton du palais royal ou, en tout cas, vous valoir la médaille de l’obséquiosité. Mais revenons à nos moutons, plutôt que de l’humain, parlez-nous donc de « l’octopus vulgaris » et de la « Solanum lycopersicum », Madame. Soit. Nous y reviendrons.

Donc, selon Françoise Bastide, alias Salka Dlimi, les Sahraouis se sont attachés à « l’empire chérifien » par « amour » et par « désir », et la colonisation du Sahara occidental par le Maroc est étrangère à toute forme d’appropriation de la richesse du territoire occupé. Seul « l’humain » importe, surtout depuis que Madame Bastide s’est installée à Dakhla. Nous allons examiner ce monde des bisounours d’un peu plus près. Bien. Nous avons appris que cette dame dispose d’une agence de marketing territorial et qu’elle dirige la revue de la Chambre d’Agriculture d’Oued Ed-Dahab à Dakhla pour le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du développement Rural, et des Eaux et Forêts du Maroc. Les termes sont importants. Elle occupe donc une fonction officielle auprès d’un ministère, ce qui n’est pas anodin quand on vit dans un territoire occupé au mépris des résolutions de l’ONU. Pire, il apparaît que cette dame prend à cœur de promouvoir l’implantation étrangère dans le Sahara occidental. On cherchera en vain l’aspect vertueux de cette position colonialiste. On comprend qu’en travaillant pour l’entité voyou du Maroc, elle ne va pas cracher dans la soupe, mais de là à encourager les retraités occidentaux et autres touristes en mal d’exotisme à venir s’installer dans la ville de Dakhla plutôt qu’ailleurs, c’est faire de l’excès de zèle au détriment des Sahraouis qu’elle aime tant. Nous reprenons ses propos : « pour les décider à investir, pour encourager les retraités à choisir d’y vivre et d’y dépenser leur retraite, pour répondre au désir d’évasion des touristes à venir ici plutôt que là-bas, le marketing territorial est une nécessité ». Madame Bastide, ou Madame Dlimi, dites-nous donc où vous êtes allée chercher le droit, en tant que Française et Marocaine, d’inciter les gens à venir s’installer sur un territoire qui n’appartient ni à la France ni au Maroc et sur lequel vous vous êtes installée au mépris des résolutions de l’ONU qui est en charge du dossier du Sahara occidental ? Comment n’avez-vous pas honte de vous vanter du fait que feu votre époux marocain patriote et fervent royaliste a participé avec enthousiasme à ce que vous et les vôtres appelez la Marche Verte et que, nous, nous appelons Marche de la Honte, ou Marche de la Colonisation ? Nous vous citons : « Le partenariat d’exception passe par la reconnaissance de la Souveraineté pleine et entière du Maroc sur sa partie saharienne ». De quelle souveraineté parlez-vous, Madame ? Expliquez donc à vos abonnés sur Facebook et Instagram à quel moment de l’histoire le Sahara occidental a appartenu au Maroc. Nous sommes curieux de lire vos explications. Mais creusons encore un peu.

Nous, les Algériens, connaissons bien la mentalité coloniale paternaliste dont Madame Bastide – Dlimi est le parfait exemple. Les Pieds-Noirs établis en Algérie ne différaient en rien de ce que nous montre cette Franco-marocaine très active sur les réseaux sociaux. Mais comme nous l’avons vu et comme nous allons encore le découvrir, cela va bien plus loin que le sinistre colonialisme atavique. Un autre aspect mis en exergue par l’activisme de cette dame est que le Makhzen marocain paie bien et que cette femme n’est jamais qu’une mercenaire s’activant de mille manières pour le compte de ceux qui la rémunèrent. Fer de lance de la politique coloniale du Maroc au Sahara occidental, cette fonctionnaire du Makhzen qui se présente comme une icône de la colonisation réussie est au centre d’un réseau d’influence dont les ramifications vont jusqu’aux couloirs du palais de Rabat. Prenons l’exemple de son implication dans le lancement du think tank Al Mountada à Dakhla. Ce think tank marocain qui se prétend « indépendant » rassemble des dirigeants issus des secteurs public, privé et associatif de l’ensemble des régions du Maroc. L’un des fondateurs d’Al Mountada est un ami proche de Madame Bastide-Dlimi, un certain Ghali Fassi Fihri, qui a été directeur financier du Premier ministre au temps où celui-ci était ministre de l’Agriculture, à savoir le milliardaire Aziz Akhannouch dit « Monsieur Fioul ». Ce surnom a été donné à Akhannouch parce qu’il est l’un des actionnaires principaux de l’Akwa Group, holding marocain englobant des dizaines d’entreprises dont la distribution de carburants, du gaz, de l’énergie solaire, des lubrifiants, du tourisme, de l’immobilier et de la presse. Donc, c’est le Premier ministre marocain, dit « Monsieur Fioul », véritable homme-orchestre, qui distribue le carburant à son peuple. Celui qui y verra un conflit d’intérêt sera considéré comme une mauvaise langue. L’autre cofondateur d’Al Mountada est Ghassane Benchekroun, directeur financier du groupe Akwa à Casablanca. N’y voyez aucune intention cachée, c’est un pur hasard. Décidément, le Makhzen n’est pas sérieux. Prétendre que ce think tank est indépendant quand ses deux fondateurs sont ou ont été des directeurs financiers liés au milliardaire Akhannouch est un défi à l’intelligence. Ajoutons que le terme « indépendant » et ses dérivés n’existent pas dans le dictionnaire marocain, puisque ce pays est sous la tutelle permanente de la France et de l’entité sioniste d’Israël. Quoi qu’il en soit, Dakhla a abrité en 2019 une table ronde sur la « dynamique de développement » des provinces du Sud, la région de Dakhla ayant été choisie comme modèle de cette dynamique à l’initiative du think tank Al Mountada. Fichtre ! Quel honneur ! En plein territoire occupé du Sahara Occidental ! Chers lecteurs, ne sentez-vous pas poindre le bout du nez de la « mission » ?

Et c’est ici que réapparaissent « l’octopus vulgaris » et la « Solanum lycopersicum », sur lesquels nous allons nous pencher. Il s’avère que la ville de Dakhla est située sur une presqu’île de la région de Dakhla-Oued Ed Dahab. Situé sur la côte atlantique du Sahara occidental, au bord du golfe du Dakhla, cet endroit est connu pour ses qualités touristiques et est classé depuis 2014 en tête des lieux, à l’échelle mondiale, où l’on pratique les sports nautiques. Outre le secteur touristique qui attire les visiteurs durant toute l’année et surtout ceux qui pratiquent des sports nautiques, les produits de la mer sont la ressource économique la plus importante de Dakhla, puisqu’elle est considérée comme le premier fournisseur au niveau du marché national et même au niveau des marchés étrangers tels que l’Europe et certains pays de l’Asie, avec une production qui dépasse 10 % de l’ensemble des richesses maritimes du Maroc. Il s’agit de l’un des plus grands ports de pêche des « provinces du sud ». En outre, l’agriculture s’y développe à un rythme effréné (tomates, melons, plantes aromatiques) tandis que l’élevage (bovins, ovins, caprins, camelins et même des autruches) se porte très bien aussi. Toutes ces activités génèrent des profits plantureux chez les sociétés exploitantes. Tout cela bien sûr sans que le peuple sahraoui n’en perçoive le moindre centime.

Concernant la « Solanum lycopersicum », nom scientifique de la tomate, selon une étude effectuée par l’ONG espagnole Mundubat et la première organisation agraire espagnole COAG, le roi du Maroc construirait illégalement une « mégalopole de la tomate » à Dakhla aux dépens des Sahraouis et des producteurs du sud-est espagnol. D’après cette enquête, cinq grands groupes d’affaires exploitent des terres fertiles dans les territoires occupés du Sahara Occidental pour créer l’un des plus grands centres de production de tomates dans le monde. Nous citons : « L’une des principales entreprises établies, Les Domaines Agricoles, est une société appartenant à la holding du roi Mohamed VI. Une filiale de cette société, le Groupe d’Exportation des Domaines Agricoles (GEDA), est chargée du stockage, de l’emballage et du transport, et entretient une relation de partenariat avec l’entité française basée à Perpignan ». « L’étude comprend également les multiples irrégularités du macro-projet agricole que l’oligarchie marocaine construit autour de Dakhla, y compris la violation des droits fondamentaux du peuple sahraoui, la discrimination du travail contre cette population, l’usurpation de leurs ressources naturelles locales, telles que la terre et l’eau, et la fraude contre les consommateurs européens en matière d’étiquetage ». « ‘La crise actuelle provoquée par les autorités marocaines à la frontière avec l’Espagne fait partie de leur stratégie visant à forcer la communauté internationale à reconnaître leur souveraineté sur les territoires occupés du Sahara Occidental et à blanchir les abus et illégalités qu’ils commettent contre les Sahraouis depuis des décennies. L’accord de libre-échange signé avec l’UE, les contrôles frontaliers déficients, et la paresse des administrations espagnoles et européennes y ont contribué », a déclaré Andres Gongora, responsable des fruits et légumes au COAG ». Nous mettons le lien vers cette étude (en espagnol) : https://drive.google.com/file/d/1oF6Qq1n1JBk2harlQjYrQb0tXFvSq7bA/view

Parlons maintenant de ce malheureux poulpe, « l’octopus vulgaris », qui ne s’attendait pas susciter l’intérêt de l’armée marocaine. Localisées dans les eaux du Sahara occidental, les ressources poulpières sont un enjeu politique et économique majeur pour le Maroc. Le poulpe est une espèce qui ne se trouve que dans les bancs de pêche du Sahara occidental, et particulièrement à Dakhla, contrairement à la sardine que l’on trouve dans le nord du territoire occupé. La pêche intensive au poulpe est entièrement entre les mains de hauts gradés militaires marocains qui cumulent leur fonction au sein des Forces Armées Royales tout en possédant de grands bateaux dotés d’une importante infrastructure de congélation à bord. Le quota global de la pêche au poulpe pour la saison 2022 qui s’est étendue du 20 décembre 2021 au 31 mars 2022, a été fixé à 43.500 tonnes, réparties sur les trois segments de pêche, à savoir 27.405 tonnes pour le segment hauturier, 4.785 tonnes pour le segment côtier et 11.310 tonnes pour le segment artisanal de Dakhla, le prix au kilo étant de 85,42 dirhams marocains. De quoi inciter les généraux du poulpe à s’incliner davantage pour baiser la main de leur généreux roi de la tomate afin de le remercier pour sa bienveillance à leur égard. Quand Madame Bastide parle de la « junte » algérienne, elle perd une occasion de se taire. « L’humain », « l’être », avant tout, n’est-ce pas, Madame Bastide ?

Mais ce n’est pas tout. Françoise Bastide dénigre tant qu’elle peut l’Algérie et se permet de juger nos services de renseignement et notre armée, colportant la thèse du « qui tue qui » en nous assurant qu’elle cite des « sources » algériennes, les « nôtres », selon ses propos. Nous répondrons à cette dame que les traîtres desquels elle tire ses informations ne sont plus algériens, ils ne sont plus des « nôtres » depuis qu’ils se sont vendus à ceux qui cherchent à nuire à notre pays et, pour son information, ils sont pour la plupart soutenus par le Maroc et par la France qui les financent et leur donnent gîte et couvert. Avec une prétention toute française, Madame Bastide dresse un tableau de l’Algérie que ne renierait pas l’OAS, reprenant les termes makhzeniens habituels, et pérore au sujet d’un « cercle vertueux », prétendant défendre des « Principes » avec un P majuscule. Sa suffisance est parfaitement ridicule après tout ce que nous avons démontré sur ses activités ci-dessus. Se draper de la toge des grands principes et vouloir donner des leçons de moralité quand on n’est rien d‘autre qu’une vulgaire mercenaire du Makhzen et que l’on participe activement à la colonisation d’un territoire qui n’appartient ni à la France, ni au Maroc, est le comble du cynisme. Vous avez beau vous enorgueillir avec grandiloquence de résider dans le domaine de « l’Etre », Madame, vos propos lénifiants ne marchent pas avec nous. Vous n’êtes que dans le domaine du « paraître » en n’étant pas celle que vous prétendez être, et de « l’avoir » en œuvrant pour le Makhzen. Et, par-dessus tout, vous cachez bien mal votre jeu. Quand on s’installe dans un territoire colonisé et que l’on travaille pour l’entité féodale coloniale du Maroc, on n’a aucun droit de se revendiquer d’une quelconque valeur morale ou principe.

Une dernière chose, Madame Bastide. Laissez nos morts tranquilles. Vous n’avez pas à les étaler sur votre mur et à citer leurs noms. Vous n’avez aucun droit à les utiliser pour votre propagande abjecte. Ce sont ceux qui utilisent votre vénalité au Maroc et en France qui ont participé à leur martyre en soutenant activement le terrorisme islamiste. Ce sont nos martyrs et ils ont droit au repos. Occupez-vous de vos petites affaires et fichez-nous la paix.

Mohsen Abdelmoumen

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2022/08/03/gros-plan-sur-une-bastide-francaise-au-sahara-occidental/

Published in https://www.lnr-dz.com/2022/08/06/gros-plan-sur-une-bastide-francaise-au-sahara-occidental-2/

Armes chimiques et bactériologiques : les guerres cachées de l’empire

Publié le

Les Etats-Unis ont tout fait pour accuser la Chine d’être à l’origine de la propagation du virus Covid. D. R.

Le 14 juin dernier, le Professeur Jeffrey Sachs, économiste et enseignant à l’Université de Columbia à New York, et par ailleurs conseiller de l’ONU pour les objectifs de développement durable, a été invité au Gate Center en Espagne par l’ancien chef du gouvernement espagnol José Luis Rodríguez Zapatero, qui en est le président du conseil consultatif, pour participer à un débat consacré à l’état des objectifs de développement durable dans le monde après la pandémie de COVID-19 et la guerre en Ukraine. Le Professeur Sachs qui a été nommé à deux reprises l’une des 100 personnes les plus influentes au monde par le magazine Time a aussi présidé pendant deux ans la Commission covid-19 pour la célèbre revue médicale The Lancet, commission mise en place au début de la pandémie pour aider les gouvernements et apporter des réponses à la pandémie. Voici sa déclaration dès le début de son intervention : « Nous sommes dans le pétrin, c’est un gâchis. J’ai présidé la commission sur le covid du Lancet pendant deux ans et je suis convaincu qu’il est sorti de la biotechnologie d’un laboratoire américain et pas de la nature. Donc, c’est une erreur de la biotechnologie à mon avis et non un accident naturel. Nous ne le savons pas avec certitude, mais il y a suffisamment de preuves qui devraient être examinées. Or, il n’y a aucune enquête ni aux Etats-Unis, ni ailleurs. Et je pense que pour de vraies raisons, ils ne veulent pas trop regarder sous le tapis. » Nous publions ci-après la vidéo complète de ce débat mis en ligne sur YouTube dès le lendemain de l’évènement : https://www.youtube.com/watch?v=7rRBuX4U0DU&t=744s

Un mois avant, soit le 19 mai 2022, les professeurs Jeffrey Sachs et Neil Harrison se sont associés pour lancer un appel au sein du journal Proceedings of the National Academy of Sciences, demandant une enquête indépendante sur l’origine du virus SARS-CoV-2, arguant « qu’il existe de nombreuses informations importantes qui peuvent être glanées auprès d’institutions de recherche basées aux États-Unis, informations qui ne sont pas encore mises à disposition pour un examen indépendant, transparent et scientifique. Les données disponibles aux États-Unis incluraient explicitement, mais sans s’y limiter, les séquences virales recueillies et conservées dans le cadre du projet PREDICT et d’autres programmes financés, ainsi que les données de séquençage et les cahiers de laboratoire des laboratoires américains ». Ce qui ne manque pas de nous mettre la puce à l’oreille concernant ce « projet PREDICT ». Nous avons découvert qu’il s’agit d’un programme de l’USAID (!) qui finance une équipe de 400 scientifiques chargés de mener une recherche pour estimer la probabilité d’une transmission de 887 virus entre les animaux et les humains. Ça promet ! Et donc, deux scientifiques influents s’associent pour réclamer une enquête indépendante concernant l’origine du virus SARS-CoV-2, ce fameux Covid qui a fait de nombreuses victimes à travers le monde et qui continue à nous empoisonner la vie, sans parler des répercussions économiques suite aux confinements, des dégâts au niveau psychologique, des effets secondaires des vaccins, et de tous les soignants éjectés de leur travail sans indemnités pour refus de se faire vacciner.

Bref, pour un pavé dans la mare, c’en est un, et un fameux. Mais pas un mot dans les médias de masse occidentaux, pourtant, la nouvelle est d’importance. Comment ? Aurait-on accusé à tort la Chine dont l’Institut de virologie de Wuhan avait été déclaré responsable d’une fuite du virus SARS-CoV-2 ? La Chine a même été accusée d’avoir utilisé ce virus comme arme biologique. Ron Unz, dans sa revue The Unz Revue, détaille longuement l’origine de ces assertions et il apparaît que les « journalistes » des médias mainstream tels que le New York Times et le Wall Street Journal, qui avaient consacré de longs articles à accuser la Chine d’avoir utilisé le Covid comme arme biologique étaient les mêmes qui, vingt ans plus tôt, avaient participé à promouvoir les fameux ADM (armes de destruction massive) de Saddam Hussein. Mais des scientifiques étrangers très réputés, comme la virologue australienne Danielle Anderson ou encore le virologue allemand Christian Drosten, tous deux ayant travaillé à Wuhan à cette période, ont apporté leur témoignage pour démentir ces mensonges et réfutent catégoriquement qu’une fuite intentionnelle ou non ait pu y avoir lieu. Les deux experts sont très dubitatifs quant au fait que le Covid ait pu être le produit de recherches scientifiques innocentes et bien qu’ils privilégient tous deux la théorie du virus naturel, ils semblent considérer comme possible et même probable la création et la diffusion délibérée d’une arme biologique mortelle. Rappelons-nous que la pandémie a commencé fin 2019 – début 2020 à Wuhan avant de se propager dans le monde. Wuhan étant l’une des plus grandes villes de Chine et une plaque tournante du transport, cela en faisait le lieu idéal pour disséminer un virus, surtout juste avant les vacances du Nouvel An lunaire, au moment où des centaines de millions de Chinois voyagent dans leurs familles.

Et si l’empire avait décidé de contrer l’essor de la Chine qui menace l’hégémonie US en utilisant l’arme biologique ? Bien entendu, le fait de suggérer la possibilité d’attaques biologiques préméditées vous condamne immédiatement à figurer sur la liste des « complotistes ». Mais comme nous le développons tout au long de cet article, la guerre biologique n’est pas une nouveauté. Et pourquoi faire des recherches longues, coûteuses, secrètes, et surtout financées par l’armée, si ce n’est pas dans l’intention d’utiliser le fruit de ces recherches à des fins militaires ?

Un petit rappel historique s’impose donc pour éclaircir tout cela. Les Etats-Unis ont eu recours à plusieurs reprises aux armes chimiques et bactériologiques, notamment pendant la guerre de Corée avec le largage par avion de bombes bactériennes constituées de mouches, puces et autres insectes contaminés, et avec l’empoisonnement de l’eau, selon des documents de la CIA déclassifiés. Souvenons-nous aussi de l’agent orange répandu au Vietnam, Laos, Cambodge et dans la zone démilitarisée séparant les deux Corées, et qui a provoqué des cancers et des malformations parmi les populations. Au total, 80 millions de litres de produits chimiques ont été déversés par l’armée américaine, dont 61% d’agent orange. Selon le gouvernement vietnamien, trois millions de personnes ont été malades à cause de l’agent orange, et toute la faune et la flore ont aussi été impactés pour de nombreuses années. Bien avant cela, les colons européens envahissant l’Amérique ont utilisé la guerre bactériologique avec la propagation intentionnelle de la variole contre les populations autochtones qui n’avaient aucune immunité contre cette maladie. Et plus près de nous, n’oublions pas les bombes à l’uranium appauvri sur les populations yougoslaves, irakiennes et autres qui ont provoqué des cancers et des malformations. Les États-Unis ont également utilisé des armes biologiques contre Cuba et l’Allemagne de l’Est. Sans parler des bombes nucléaires larguées par les USA sur Hiroshima et Nagasaki et qui ont à jamais marqué l’histoire de l’humanité. Mais rien n’arrête l’empire qui s’en prend même à sa propre population, puisque dans les années 80, le United States Army Medical Research Institute of Infectious Diseases a dispersé des moustiques Aedes aegypti vecteurs de la dengue, du chikungunya et du virus Zika dans l’État de Géorgie. 

On sait par ailleurs que les Etats-Unis ont toujours protégé les pires crapules de la planète. Leurs liens avec les néonazis en Ukraine ne représentent rien de nouveau, ni leurs liens avec Al Qaïda, Daech, Isis et autres terroristes islamistes en Afghanistan, en Syrie, en Libye et en Irak. On sait que beaucoup de scientifiques et hauts gradés nazis qui avaient ravagé l’Europe au cours de la deuxième guerre mondiale ont été protégés par les Etats-Unis, et certains d’entre eux ont même dirigé l’OTAN. Mais cela ne s’arrête pas là. Ainsi, l’histoire sordide de l’unité japonaise 731 dirigée par le général Shirō Ishii mérite d’être racontée sommairement. Il s’avère que les Chinois ont été ciblés dès 1932 par des attaques chimiques et biologiques commises par cette unité japonaise et dont les expérimentations bactériologiques étaient pratiquées au Mandchoukouo (Mandchourie), au nord-est de la Chine, alors sous contrôle de l’empire du Japon.

Sous prétexte de faire des recherches sur les maladies, l’unité 731 effectuait des expérimentations sur des cobayes humains, prisonniers politiques mais aussi des civils chinois, coréens et russes, dont des femmes et des enfants. Beaucoup ont subi des vivisections sans anesthésie et autres sévices qui démontrent que la cruauté n’a aucune limite chez certains individus, surtout quand ils agissent sous couvert de la « science ». Ces malheureuses victimes étaient appelées « maruta », mot japonais signifiant « bûche » ou « billot », ce qui les déshumanisait totalement, et ont aussi servi pour des recherches sur la peste, le typhus et le choléra, en vue d’utiliser ces maladies comme armes bactériologiques. Entre 1937 et 1945, des dizaines de milliers de Chinois sont morts de la peste bubonique, du choléra, de l’anthrax, de la tuberculose, de la typhoïde et d’autres virus. Le nombre de morts chinois tués par les armes bactériologiques utilisées par l’armée japonaise est estimé à 208 000, dont 187 000 civils. Plus de 10 000 hommes, femmes et enfants sont morts dans des conditions difficilement imaginables et particulièrement atroces dans les laboratoires de ces criminels. Or, Shirō Ishii n’a jamais été jugé ni condamné pour ses crimes contre l’humanité parce qu’il a été protégé par les Etats-Unis en échange des résultats de ses expérimentations. Aucun des membres de l’Unité n’a été poursuivi devant le Tribunal de Tokyo et, cerise sur le gâteau, ils ont tous reçu une allocation à vie de l’armée américaine. Josef Mengele, médecin nazi bien connu ayant pratiqué le même genre d’expérimentations sur des cobayes humains, a été arrêté par l’armée américaine à la fin de la guerre et n’a pas été non plus poursuivi pour crimes de guerre. Il a pu se réfugier en Amérique du sud sans avoir été jugé pour ses nombreux crimes.

Revenons-en au présent. En 2018, la grippe aviaire avait balayé la Chine, éliminant une grande partie de l’industrie avicole chinoise, et en 2019, l’épidémie virale de grippe porcine avait dévasté les élevages porcins chinois, détruisant 40 % de la principale source nationale de viande. Et donc, pendant trois années successives, la Chine a été fortement touchée par de nouvelles maladies virales, le Covid étant la seule maladie mortelle pour l’homme. Fait interpellant, peu de temps avant le début de l’épidémie de coronavirus à Wuhan, la ville avait accueilli 300 officiers militaires américains venus participer aux Jeux mondiaux militaires. Dès le début de l’épidémie, Radio Free Asia, organe de propagande étatsunien créé par la CIA et financé par le Congrès, a lancé une offensive contre la Chine, affirmant que l’épidémie était due à une fuite du laboratoire de Wuhan qui travaillait en secret sur une arme biologique illégale. Presqu’immédiatement, début 2020, et avant d’atteindre les autres pays, les élites politiques iraniennes ont été gravement infectées et beaucoup de responsables officiels sont morts. C’est ce qui a poussé l’Iran à accuser les États-Unis d’avoir lancé une attaque de guerre biologique contre leur pays et contre la Chine en utilisant le virus du Covid.

Or, à cette époque, Robert Peter Kadlec, médecin et officier de carrière dans l’armée de l’air US, était le secrétaire adjoint à la santé et aux services sociaux (préparation et intervention), au Cabinet de Donald Trump à la Maison-Blanche. Il a occupé cette fonction jusqu’en janvier 2021, ce qui a fait de lui l’un des gestionnaires majeurs de la pandémie de Covid-19 aux États-Unis. De 2007 à 2009, il avait été directeur de la bio défense à la Maison-Blanche et assistant spécial du président George W. Bush pour la politique de bio défense. Ce personnage trouble cumulait les conflits d’intérêt vu ses nombreux liens avec l’industrie pharmaceutique alors qu’il était en poste au gouvernement. Voici un extrait édifiant tiré de ses propos en 1998 : « Une arme biologique est la seule arme de destruction massive qui a une utilité dans tout le spectre des conflits. L’utilisation d’armes biologiques sous le couvert d’une maladie endémique ou naturelle offre à un attaquant la possibilité d’un déni plausible. Dans ce contexte, les armes biologiques offrent de plus grandes possibilités d’utilisation que les armes nucléaires. La dissémination délibérée d’agents d’armes biologiques peut être démentie par des maladies et des événements naturels… Le potentiel de la guerre biologique à créer des pertes économiques importantes et une instabilité politique subséquente avec un déni plausible dépasse toute autre arme connue. » (Chapitre 10 de l’ouvrage “Battlefield of the Future, 21st Century Warfare Issues” : https://www.airuniversity.af.edu/Portals/10/CSDS/Books/battlefield_future2.pdf#page=260

Et ils remettent le couvert avec un nouveau virus qui nous vient d’on ne sait où. Ainsi, ce 23 juillet, l’OMS a déclenché son plus haut niveau d’alerte face à l’épidémie de variole du singe qui se propage, le risque dans le monde étant relativement modéré à part en Europe où il est élevé. 17 000 personnes auraient déjà été contaminées dans 74 pays, cette maladie touchant essentiellement des hommes homosexuels. Vendredi, l’Agence européenne des médicaments (EMA), a déclaré avoir approuvé l’utilisation d’un vaccin contre la variole humaine pour étendre son utilisation contre la propagation de la variole du singe. Ce vaccin est déjà utilisé à cette fin dans plusieurs pays, dont la France. Rappelons qu’en novembre dernier, Bill Gates avait évoqué la possibilité d’une épidémie de variole et d’éventuelles attaques bioterroristes au cours d’une interview dans le bureau de Londres de Policy Exchange, un think tank britannique. Voici ce qu’il disait : « Que se passerait-il si un bioterroriste apportait la variole dans dix aéroports ? Comment le monde réagirait-il ? » (https://www.youtube.com/watch?v=CZplF4qdwII). Bill Gates serait-il complotiste ?

Nous avons interviewé des scientifiques américains réputés qui ont eu le mérite de dénoncer les dérives de la science, tels que le Dr. Stuart A. Newman, professeur de biologie cellulaire et d’anatomie, qui est membre fondateur du Conseil pour une génétique responsable à Cambridge, Massachusetts, et qui a tiré la sonnette d’alarme sur les manipulations réalisées dans les domaines de la génétique et de la biotechnologie, et aussi le Dr. Colin Ross, qui a fait tout un travail d’analyse basé sur les projets ARTICHOKE, BLUEBIRD, MKULTRA, MKSEARCH, MKNAOMI  concoctés par la CIA et qui visaient à effectuer diverses expérimentations sur des cobayes humains, le projet BLUEBIRD, par exemple, consistant à utiliser le LSD comme arme chimique. A titre d’exemple, la commune française de Pont-Saint-Esprit, dans le Gard, a connu une série d’intoxications alimentaires en août 1951 qui ont ravagé sa population, conduisant une cinquantaine de ses habitants dans des hôpitaux psychiatriques, deux cent cinquante personnes étant atteintes de symptômes plus ou moins graves ou durables, et sept personnes étant mortes. Diverses enquêtes avaient été menées qui avaient abouti à incriminer l’ergotisme, une maladie transmise par un champignon présent dans les céréales et qui aurait infecté le pain de cette commune. Mais d’après des documents déclassifiés et le témoignage d’anciens chercheurs de la CIA à Fort Detrick (centre biomédical militaire américain installé au Maryland fortement soupçonné d’être à l’origine du Covid et qui travaille sur la variole de singe) et dont nous avons déjà parlé dans un précédent article, la ville du Gard a subi une pulvérisation aérienne à base de LSD, et les habitants de Pont-Saint-Esprit, comme des milliers d’Américains et autres nationalités, ont servi de cobayes pour tester la dissémination à grande échelle de cette drogue, dans le cadre du projet MK/NAOMI. La CIA a aussi utilisé le LSD dans des expérimentations illégales sur des sujets humains au Canada et aux États-Unis pour son projet MK-Ultra, comme par exemple en effectuant des tests d’aérosols de LSD dans le métro de New York en novembre 1950. A titre anecdotique, la CIA a même envisagé d’introduire du LSD dans la nourriture de Fidel Castro afin de provoquer chez lui un comportement irrationnel qui le couvrirait de ridicule, démarche désespérée de l’agence de renseignement US parmi les 638 tentatives d’assassinat à l’encontre de Fidel Castro qui est mort dans son lit à l’âge de 90 ans !

Donc, on le voit, les États-Unis investissent depuis longtemps dans des programmes de recherche en matière d’armes biologiques et nous avons déjà parlé des biolabs en Ukraine financés par le Pentagone et dans certains desquels Hunter Biden, le fils junkie du président Biden, est impliqué via les investissements que sa société Rosemont Seneca Technology Partners a réalisés auprès de Metabiota qui prétend œuvrer pour « la santé publique » dans les laboratoires ukrainiens. Voici ce que nous savons d’après les rapports publiés par le ministère de la Défense russe : des expériences ont été menées entre 2019 et 2021 par des scientifiques américains du laboratoire de Merefa dans la région de Kharkov. Ces employés testaient des médicaments biologiques potentiellement dangereux sur des patients de l’hôpital psychiatrique de Kharkov. L’un des organisateurs de cette activité illégale était une citoyenne américaine du nom de Linda Oporto Al-Haroun. Les personnes atteintes de troubles mentaux ont été sélectionnées pour les expériences en fonction de leur âge, de leur nationalité et de leur statut immunitaire. En janvier 2022, le laboratoire de Merefa a été fermé et tout l’équipement et les préparations ont été déplacés vers l’ouest de l’Ukraine.

On apprend également que la DTRA (Defense Threat Reduction Agency) a utilisé un agent tuberculeux pour infecter la population du district de Slavianoserbsk dans la République populaire de Lougansk, dans le Donbass. A propos du Lougansk, les forces russes ont annoncé avoir découvert deux autres biolabs non répertoriés à Rubejnoe et Severodonetsk. Les employés se sont sauvés précipitamment devant l’avancée de l’armée russe et n’ont pas eu le temps d’emporter ni de détruire leur matériel. Des enquêtes y sont menées actuellement pour savoir quelles recherches y étaient pratiquées. En outre, les soldats ukrainiens prisonniers sont examinés par des médecins et leur état de santé indique qu’ils ont servi de cobayes pendant des années.

Nous savons aussi que la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), le  bureau de haute technologie du Pentagone, mène des recherches en Ukraine, notamment sur les insectes, dans le but de transformer ces insectes en « cyborgs » pour qu’ils modifient génétiquement des plantes afin d’augmenter leur rendement, mais on peut craindre également que ces insectes pourraient être destinés à stériliser les cultures des pays ennemis et y provoquer des famines.

La plaque tournante de distribution des subventions pour la recherche intéressant le Pentagone – y compris les armes chimiques – est le STCU (Centre des sciences et technologies d’Ukraine) qui officiellement n’a aucun rapport avec le Pentagone. Selon ses statuts, le STCU est une organisation intergouvernementale internationale vouée à la non-prolifération des armes nucléaires, biologiques et chimiques et des technologies connexes, tel que défini par un accord daté du 25 octobre 1993 entre les gouvernements de l’Ukraine, du Canada, des États-Unis et de la Suède. Son siège est établi à Kiev et possède des bureaux régionaux à Bakou (Azerbaïdjan), Chisinau (Moldavie), Tbilissi (Géorgie), ainsi qu’à Kharkov et Leopolis (Ukraine). Ces dernières années, Washington a dépensé plus de 350 millions de dollars pour des projets STCU. Les clients et sponsors américains du Centre des sciences et technologies d’Ukraine (STCU) sont le Département d’État et le Département de la Défense. Le financement est également fourni par l’Environmental Protection Agency, les départements américains de l’Agriculture, de la Santé et de l’Energie. Des documents reçus par le ministère russe de la Défense confirment les liens du STCU avec le département militaire américain qui a approuvé la coopération du STCU avec le principal entrepreneur du Pentagone, Black & Veach, une grande société d’ingénierie établie au Kansas qui travaille avec le STCU sur les recherches militaro-biologiques en Ukraine.

Il est intéressant de noter que les États-Unis ont conservé dans leur législation nationale des normes qui autorisent la recherche dans le domaine des armes biologiques. En vertu de la Federal Unity and Cohesion Against Terrorism Act des États-Unis, la recherche sur les armes biologiques est autorisée avec l’approbation du gouvernement américain et les participants à ces recherches ne sont pas pénalement responsables de la mise au point de telles armes.

Ainsi, l’administration américaine privilégie le droit interne sur le droit international dans ce domaine et la recherche la plus controversée sur le plan éthique est menée en dehors des juridictions nationales. Pour ceux qui ne sont pas convaincus du danger constitué par ces recherches menées en Ukraine, Kiev a envoyé une demande à la société de fabrication des drones Bayraktar concernant la possibilité d’équiper les drones d’un équipement aérosol. Le 9 mars, trois drones équipés de conteneurs de 30 litres et d’équipements de pulvérisation ont été détectés par des unités de reconnaissance russes dans la région de Kherson. Et déjà en janvier 2022, l’Ukraine aurait acheté plus de 50 dispositifs de ce type auprès d’organisations intermédiaires, qui pourraient être utilisés pour propager des produits chimiques toxiques.

Rien n’arrête l’empire. Il est au-dessus des lois et de l’éthique. Et il n’a jamais été aussi dangereux qu’aujourd’hui parce qu’il est menacé. Il a voulu s’attaquer à la grande Russie. Mal lui en a pris. Il a signé son arrêt de mort en voulant soumettre la Russie. Or, celle-ci a beaucoup souffert tout au long de son histoire mais elle s’est à chaque fois redressée. Et elle a appris à être forte. Ce n’est plus qu’une question de temps avant que l’empire disparaisse dans les poubelles de l’Histoire pour faire place à un monde où chacun aura sa place, dans le respect du droit international. Mais en attendant, restons vigilants. La variole du singe arrive…

Mohsen Abdelmoumen

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2022/07/28/armes-chimiques-et-bacteriologiques-les-guerres-cachees-de-lempire/

Le régime de Rabat éternel serviteur de l’agenda sioniste contre l’Algérie

Publié le

Bourita monde multipolaire

Bourita se fait tout petit devant le ministre israélien de la Défense. D. R.

Son hégémonie menacée par l’alliance des pays émergeants qui prônent un monde multipolaire où chacun pourra vivre et commercer dans la paix et la prospérité, et dans le contexte d’une guerre en Ukraine qui s’avère catastrophique pour l’Occident et son bras armé l’OTAN, l’empire a envoyé son représentant de plus en plus gâteux, à savoir Joseph Robinette Biden, visiter l’entité sioniste d’Israël et l’Arabie saoudite du 13 au 16 juillet. Cette visite au Moyen Orient s’inscrivait dans le besoin désespéré de l’empire de contrer l’influence grandissante de la Chine et de la Russie qui menacent le Nouvel Ordre mondial gouverné par les Etats-Unis. C’est ce qui a poussé le président américain – qui connaît encore quelques éclairs de lucidité – à déclarer à Djeddah devant les chefs d’Etat de l’Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, du Qatar, d’Oman, du Koweït, du Bahreïn, de l’Egypte, de la Jordanie et de l’Irak que les Etats-Unis « ne se détourneraient pas » du Moyen-Orient en laissant « un vide que pourraient remplir la Chine, la Russie ou l’Iran ». Si la visite de Biden dans l’entité sioniste d’Israël n’a fait que confirmer une fois de plus la connivence malsaine et diabolique entre l’empire US et Israël, Biden affirmant qu’il n’est « nul besoin d’être juif pour être sioniste » et qu’il était sioniste, l’entrevue avec le prince héritier saoudien Mohamed Ben Salman, dit MBS, s’est avérée plus que décevante pour Washington, car Biden n’a rien obtenu de ce qu’il escomptait et est reparti bredouille, ce qui constitue une véritable gifle pour l’empire. La seule concession de MBS est d’avoir ouvert son espace aérien aux avions israéliens, ce qui permettra aux Palestiniens de partir faire le Hajj en ligne directe.

L’empire n’est plus omnipotent au Moyen Orient et le président actuel des Etats-Unis symbolise parfaitement la déliquescence de l’empire, car l’état mental de Joe Biden se détériore de plus en plus et cela s’est encore confirmé lors de ce voyage. Par exemple, à sa descente d’avion en Israël, Joe Biden dit « Sleepy Joe » semblait perdu et, alors qu’il était accueilli par les autorités sionistes, il a demandé « je fais quoi maintenant ? » ne sachant manifestement pas où il était et ce qu’on attendait de lui. On remarque également qu’il est incapable de lire un texte sans se tromper comme lors de son allocution à Djeddah, où il s’est embrouillé en disant qu’il « rendait hommage à l’égoïsme… heu… à l’altruisme des soldats américains au Moyen-Orient », ce qui a fait grincer des dents le chef des Straussiens Antony Blinken qui trépignait sur sa chaise en se demandant comment ils avaient bien pu placer quelqu’un d’aussi imprévisible à la Maison Blanche. Les frasques de ce vieillard sénile ne trompent personne, et il est clair que cet homme n’est plus capable d’assumer sa fonction. Il n’est qu’un figurant, un pantin, sauf que ce pantin devient ingérable et que les fils qui permettent de le manipuler ont tendance à s’emmêler de façon incontrôlable. Non seulement, le président des Etats-Unis n’est qu’une marionnette cacochyme pitoyable, mais les dirigeants occidentaux qui ont tous choisi de privilégier les intérêts des Etats-Unis au détriment des intérêts de leurs propres peuples ont prouvé qu’ils n’étaient que des instruments au service de l’empire. Leur médiocrité, leur corruption et leur incompétence éclate au grand jour et ils commencent à tomber les uns après les autres, le premier étant Boris Johnson, suivi par Mario Draghi qui subit des pressions pour rester à son poste alors qu’il veut donner sa démission, Scholz étant pressenti pour être le prochain. Il est fort à parier que Pedro Sanchez très affaibli par sa trahison envers le peuple sahraoui et sa soumission déshonorante au royaume de la pédophilie et du tourisme sexuel suivra le mouvement, car de plus en plus de voix s’élèvent en Espagne contre lui et veulent reprendre une relation avec l’Algérie qui n’acceptera jamais de renouer ses contacts avec l’Espagne de Sanchez. Ces dirigeants européens ont cru pouvoir mettre Vladimir Poutine et la Fédération de Russie à genoux mais les effets de leur politique de sanctions irresponsable imposée par la psychopathe allemande von der Leyen leur explose en pleine figure. On attend la chute de von der Leyen qui a fait suffisamment de dégâts aux peuples européens. Cependant, provoquer une situation aussi dramatique que celle qui va s’abattre sur les populations européennes par une gestion calamiteuse et ensuite donner sa démission sans rendre des comptes est un peu facile, Mesdames et Messieurs les Occidentaux !

En déplaçant au Moyen Orient le président des Etats-Unis accompagné de son secrétaire d’Etat Antony Blinken, l’empire espérait mettre en place le projet des Straussiens consistant à créer une alliance militaire unissant les pays arabes et Israël, une sorte d’OTAN arabe dont l’entité sioniste d’Israël prendrait la tête et en serait la seule bénéficiaire, tout comme l’OTAN européen favorise uniquement les USA. Dans un premier temps, il s’agissait de créer un front antirusse mondial et ensuite d’installer la domination d’Israël sur toute la région. Mais il semble que le temps est loin où les Etats-Unis pouvaient imposer leurs diktats au Moyen Orient et Blinken est reparti sans avoir obtenu ce qu’il était venu chercher. Il est à noter que le tapis rouge est toujours déployé pour recevoir l’Oncle Sam dans l’entité sioniste d’Israël, car personne ne se risquerait à parier sur la survie de cet Etat colonial s’il n’était pas soutenu par les Etats-Unis et, d’ailleurs, Biden a annoncé une augmentation de l’aide financière américaine à Israël. Par contre, il n’en va pas de même en Arabie saoudite où l’accueil réservé à Joe Biden n’avait rien de comparable à celui réservé en 2019 à Vladimir Poutine. En effet, à son arrivée à Riyad, le cortège du président Poutine avait été accompagné d’une escorte de seize cavaliers fringants et Vladimir Poutine avait séjourné dans un palais appartenant à la famille royale. Rien de tel pour le président américain. Les Etats arabes ne veulent pas de cette alliance militaire avec Israël et ne désirent pas non plus s’engager dans un conflit avec l’Iran, dont le conseiller principal d’Ali Khamenei vient de déclarer que Téhéran était « déjà techniquement capable de produire des bombes nucléaires ». Plusieurs ministres des Affaires étrangères arabes ont déclaré qu’ils étaient prêts à augmenter la coopération entre les Etats arabes mais qu’il était hors de question de créer un OTAN au Moyen Orient qui inclurait Israël. Une réunion secrète s’est d’ailleurs tenue lors de la visite du Président égyptien Al-Sissi fin juin à Mascate, la capitale d’Oman, entre de hauts responsables égyptiens et iraniens visant à approfondir leurs relations et à discuter de Gaza et de la Syrie. Une autre réunion s’est tenue également immédiatement après le départ de Biden pour les Etats-Unis entre Vladimir Poutine, Ebrahim Raisi et Recep Tayyip Erdoğan. Tous ces éléments indiquent que les Etats-Unis n’ont plus guère d’influence sur les Etats arabes qui refusent désormais toute ingérence dans leurs affaires intérieures et préconisent des relations basées sur un partenariat équilibré et avantageux pour toutes les parties engagées. Mais les Straussiens n’abandonneront pas la partie si facilement et il est indéniable qu’ils reviendront à la charge tôt ou tard.

Si la plupart des pays arabes refusent toute alliance militaire avec l’entité sioniste d’Israël, le royaume féodal du Maroc, lui, s’est définitivement prosterné devant les sionistes et les impérialistes en échange de leur approbation concernant la colonisation marocaine sur le Sahara occidental. Qui se ressemble s’assemble, n’est-ce pas ? Et donc, quelques mois après la visite du ministre de la Défense sioniste Benny Gantz, c’est au tour du chef d’état-major israélien Aviv Kochav de se rendre ce lundi 18 juillet dans l’entité voyou du Maroc, juste après la visite de Biden en Israël et en Arabie saoudite. Il n’y a pas de hasard et ces deux déplacements sont liés, parce que la création d’un OTAN arabe sous la houlette de l’entité sioniste d’Israël concoctée dans les laboratoires occultes des Straussiens obéit à un agenda bien précis, même s’il est reporté à une date ultérieure. Quoi qu’il en soit, pour la première fois de l’histoire, un chef d’état-major israélien se rend au Maroc pour une visite officielle, sous les applaudissements réjouis du Makhzen marocain bien sûr. Quel est le but stratégique de cette visite opérationnelle d’une gravité sans précédent dans le royaume de la pédophilie et de la drogue ? Ce n’est certainement pas pour aller visiter Bousbir que le chef de l’armée israélienne se déplace. Et pourquoi ce besoin d’un OTAN arabe sous l’égide d’Israël si ce n’est pour, entre autres, déstabiliser l’Algérie ?

Sachant que les sionistes straussiens sont les instigateurs du projet d’un OTAN arabe conçu pour assurer la suprématie d’Israël, sachant que le chef de l’armée israélienne se rend au Maroc, on peut se poser la question suivante : que préparent les Straussiens contre l’Algérie ? On connaît les dégâts qu’ils ont occasionnés à travers le monde, la guerre en Ukraine étant le résultat de leurs manigances machiavéliques. Concernant l’Ukraine, justement, Bernard-Henri Lévy, le bouteur de feu sioniste qui fait son beurre en participant à la destruction des pays puisqu’il a reçu un chèque de 9.1 millions d’euros du Qatar pour avoir participé au déclenchement de la guerre en Libye, a fait récemment une sortie médiatique sur I24 News dans laquelle il déclare avec une emphase qui n’a rien de philosophique que le seul modèle politique et militaire de l’Ukraine est Israël, et que les Européens ne doivent surtout pas fléchir dans leur politique de soutien à l’Ukraine. Cette déclaration péremptoire du dandy va-t-en-guerre de la philosophie des salons parisiens et de Tel Aviv confirme ainsi l’agenda des sionistes straussiens d’installer un nouvel Israel en plein cœur de l’Europe de l’est. Et l’on comprend aisément pourquoi BHL se pavanait dans les rues d’Odessa en compagnie d’un nazi notoire : il ne résiste pas à l’odeur du sang. Et donc, tout comme les sionistes se sont implantés au cœur du Moyen Orient sur la terre de Palestine, les Straussiens qui ont pour la plupart des origines ukrainiennes veulent aussi créer un nouvel Israël en Ukraine.

Mais revenons à l’Algérie. Quelle est l’armée encore debout dans la région MENA ? L’ANP bien sûr. Qui refuse de se soumettre à l’empire et de reconnaître l’entité sioniste d’Israël jusqu’à inviter les chefs de l’OLP et du Hamas à sa fête nationale, en même temps que le chef du Front Polisario ? Qui est alliée avec la Russie, la Chine, le Venezuela, Cuba ? L’Algérie. Et donc, c’est l’Algérie qui est clairement visée, et notre pays est en train de subir avec le Maroc ce que la Russie a subi avec l’Ukraine. La tête de pont de l’offensive sioniste étant encore et toujours l’entité voyou du Maroc. En réponse à la visite au Maroc du chef d’état-major sioniste, ce dimanche, un détachement de navires de guerre de la marine russe de la Mer Noire a accosté au port d’Alger dans le cadre de la coopération militaire entre nos deux pays. L’escale durera jusqu’au 19 juillet. Ce déplacement de navires de la flotte russe de la Mer Noire en pleine guerre d’Ukraine constitue un message clair à l’entité sioniste d’Israël.

Le Makhzen a beau se pavaner pour sa soumission à Israël, cancaner et déverser son venin sur l’Algérie, reprenant nos propos et les répétant comme un perroquet pour les retourner contre notre pays, il montre en cela sa bêtise et son incapacité à réunir les preuves de ce qu’il avance. Oui, le Makhzen est impliqué dans le trafic de drogue, d’êtres humains et le terrorisme. Oui, il utilise ces éléments comme moyen de pression pour obtenir ce qu’il veut. Toutes les preuves sont là. Il peut danser sur sa tête, cela n’y changera rien. Sa haine pour l’Algérie le rend stupide et infantile. Il ne se rend pas compte qu’il est manipulé par Israël qui l’entraîne dans une guerre qui anéantira le Maroc. Nous, les Algériens, savons que nous sommes en guerre contre le Maroc, même si elle est froide pour le moment. Jusqu’à quand restera-t-elle froide ? L’armée marocaine, comme l’armée ukrainienne, servira de chair à canon au plan des Straussiens qui ont besoin d’une autre guerre afin d’élargir la ligne de front en Ukraine dans le but d’affaiblir la Russie. L’Algérie, alliée de la Russie, est toute désignée et le Maroc sera le fer de lance. Vous pouvez vous allier avec le diable lui-même et fanfaronner, Messieurs du Makhzen, vous ne savez faire qu’une chose, c’est vous cacher derrière plus fort que vous. Vous êtes des couards. Mais sachez que notre armée est debout, prête à toutes les éventualités, et elle saura riposter à toutes les attaques. Nous n’avons peur de personne, ni des sionistes, ni des impérialistes, ni de qui que ce soit. Contrairement à vous, nous n’avons besoin de personne pour neutraliser nos ennemis, même si nous avons des alliés stratégiques. La différence entre vous et nous, c’est que l’entité voyou du Maroc est vassale de plusieurs pays tandis que l’Algérie est un Etat souverain. Avant de vous lancer dans une aventure sans lendemain, réfléchissez bien et prenez garde, l’Algérie a une grande armée, forte et extrêmement bien armée, et un peuple qui a sa patrie inscrite dans la chair, qu’il vive sur le sol algérien ou à l’étranger, et ce peuple luttera jusqu’à la mort pour défendre sa patrie. Celui qui s’attaquera à l’Algérie connaîtra les feux de l’enfer. Nous vous pulvériserons en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Vous êtes prévenus.

Mohsen Abdelmoumen

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2022/07/18/le-regime-de-rabat-eternel-serviteur-de-lagenda-sioniste-contre-lalgerie/

Bouoiyour, Debbarh, Kaaout, Ouabbas : ces plumitifs obsédés par l’Algérie

Publié le

L’élue franco-marocaine Rachida Kaaout. D. R.

Le Makhzen marocain n’est jamais fatigué de déverser son venin sur l’Algérie à travers ses relais médiatiques et ses nombreux satellites disséminés un peu partout dans le monde et payés grassement pour servir ses intérêts. Le budget consacré par le Makhzen pour baver sur l’Algérie doit atteindre des sommets car le nombre d’agents mercenaires est incalculable. Les différents trafics auxquels se livre la Mocro Maffia rapporte gros et il faut utiliser le pourcentage perçu par le Makhzen à bon escient, n’est-ce pas ?

Effectivement, les larbins du Makhzen sont nombreux. Citons entre autres un certain Adnan Debbarh, dirigeant d’entreprise de Citrus Agri à Casablanca, boulevard Abdelmoumen 52 (cela ne s’invente pas), dont les activités sont définies comme ce qui suit : « exploitation des terrains agricoles en propre ou en location *production et commercialisation de toutes sortes de produits agricoles *exploitation et transformation de produits agricoles * l’importation. » Or, ce chef d’entreprise, en plus de ses nombreuses activités lucratives dans la culture de produits agricoles « de toutes sortes » apporte aussi son « éclairage » aux lecteurs marocains via la presse du Makhzen. Dans l’un de ses articles commandé directement par Mansouri et consacré aux 60 ans d’indépendance de l’Algérie, le sieur Debbarh se permet de parler de « gâchis » à propos de notre pays, critiquant la gestion de l’Etat, dénigrant notre armée, notre économie, notre diplomatie, s’appuyant sur les propos d’Emmanuel Macron relatifs aux « études académiques » qui démontreraient « l’inconsistance d’une nation algérienne » (!) et faisant référence aussi au livre publié par l’ancien ambassadeur français Xavier Driencourt qui avoue lui-même n’avoir rien compris à l’Algérie. D’après ce que nous avons vu de ce Debbarh dans ses contributions lumineuses, le grand éclairagiste multiplie les flatteries à l’égard du royaume décadent du Maroc, sa verve dithyrambique le poussant jusqu’à qualifier celui-ci de « puissance régionale ». Sa flagornerie gluante nous laisserait de marbre si cet individu ne se permettait de porter des jugements sur l’Algérie. Monsieur Debbarh, continuez vos courbettes devant le roi des dépravés jusqu’à lécher ses babouches si vous le souhaitez, mais ne vous mêlez pas des affaires algériennes, elles ne vous concernent pas. De plus, votre obséquiosité flagrante vous ôte toute crédibilité pour éclairer quoi que ce soit, même un placard.

Quand nous affirmons que le Makhzen marocain contrôle sa diaspora et qu’il y a alliance entre le Makhzen et le MAK, nous en avons la preuve avec les vidéos d’une réunion du conseil municipal qui s’est déroulée ce début juillet à la mairie d’Ivry-sur-Seine en France. Au cours de cette séance, le maire communiste Philippe Bouyssou a proposé un traité d’amitié avec le Front Polisario. Or, il se fait qu’une élue franco-marocaine, Rachida Kaaout, et une élue franco-algérienne d’origine kabyle, Yamina Ouabbas, font partie du conseil municipal, et le pauvre maire s’est fait malmener par ces deux harpies qui se sont insurgées avec un bel ensemble contre le traité en dénonçant avec virulence les « exactions » commises par le Front Polisario à Tindouf, telles que la torture, le viol, la séquestration des femmes et des enfants, les disparitions forcées, etc. La propagande anti-algérienne makhzénienne s’est bien entendu fait une joie de diffuser ces vidéos sur les réseaux sociaux, sans réfléchir un seul instant – arrive-t-il au Makhzen de réfléchir ? – qu’elles ne faisaient que corroborer ce que nous répétons dans nos différents articles, à savoir : Makhzen marocain – MAK = même combat ! Nous nous intéresserons peu aux divagations de ces deux furies concernant le Front Polisario et qui ne sont que des mensonges scélérats, sauf que d’une part, Madame Kaaout a présenté les mêmes photos que l’ambassadeur marocain à l’ONU comme soi-disant preuve que les enfants sahraouis sont recrutés comme enfants-soldats par le Front Polisario, ce qui prouve bien que ces documents lui ont été fournis par le Makhzen, et nous soulignerons également qu’elle a déclaré que la RASD n’était qu’une entité fantoche. Fantoche pour vous, Madame Kaaout, et pour le Makhzen qui vous paie, pas pour l’envoyé de l’ONU Staffan de Mistura qui a été interdit d’entrée dans le territoire sahraoui. Puisque le sort des enfants vous préoccupe à ce point, nous vous conseillons de mettre votre éloquence au service de la protection des enfants – garçons et filles – de votre pays le Maroc qui sont livrés sans défense aux pédophiles occidentaux amateurs de chair fraîche. D’autre part, les propos de Madame Ouabbas méritent notre meilleure attention puisqu’elle déclare : « Nous soutenons tous les peuples qui luttent pour la liberté et l’autodétermination, y compris les Kabyles ». Elle s’est indignée ensuite contre l’Algérie qui accuse à juste titre le Maroc de financer le MAK concernant les incendies criminels qui ont ravagé la région : « Quelle indignité d’un Etat indigne ». CQFD. Merci, Mesdames, pour votre contribution qui a permis d’étayer avec brio nos propos, et merci, Messieurs du Makhzen, pour avoir mis à notre disposition ces vidéos édifiantes. Croyez bien que nous apprécions.

Le nombre d’articles destinés à tenter de discréditer l’armée algérienne et ses chefs militaires, les ministres et diplomates algériens font foison, à tel point que l’on se demande si les plumitifs attitrés du Makhzen seraient capables de trouver une autre source d’inspiration que l’Algérie. Nous sommes heureux de constater que notre pays contribue à pourvoir de l’emploi au royaume du Maroc en proie à la récession et dont le peuple bien souvent n’a d’autre solution que de vouer ses femmes et ses enfants, mais aussi ses jeunes hommes, à la prostitution pour pouvoir manger à sa faim. Savoir que certains virtuoses du clavier échappent à la prostitution – quoique ! – nous comble d’aise. Nous sommes par contre bien affligés d’apprendre que ces Messieurs du Makhzen sont déçus par notre défilé militaire du 5 juillet qui ne correspondait pas à leurs attentes. Ne vous en faites pas, Messieurs, nous vous réservons le meilleur s’il vous prenait l’envie, à vous ou à tout autre ennemi de l’Algérie, d’aller trop loin dans vos attaques contre notre pays. Nous sommes sûrs que notre armement et notre armée sauront vous convaincre de leur efficacité. Pour vous rassurer pleinement, sachez que notre peuple était bien présent au défilé et a fait la fête à nos soldats. Mais plutôt que de vous préoccuper du peuple algérien, apprenez donc au vôtre l’art et la manière de se chauffer avec de la bouse de vache, cela devrait lui remonter le moral, lequel, paraît-il, est au plus bas. Quant au président algérien « au nom imprononçable » pour certains scribouillards marocains qui semblent avoir des difficultés avec la langue française ou arabe, il s’appelle Abdelmadjid Tebboune et il va bien. Votre roi débauché et jouisseur est sans doute un peu plus jeune mais il a tellement brûlé la chandelle par les deux bouts que sa santé s’est fortement détériorée, mais nous sommes convaincus qu’il est bien soutenu et protégé par la fratrie Azaitar, notamment par Abou Bakr avec lequel votre commandeur des dealers entretient une relation « discrète mais intense », surtout en ces moments périlleux où le palais royal voit s’affronter des clans rivaux qui jouent un remake de « Règlements de comptes à OK Corral ».

Au rayon des trahisons envers le peuple sahraoui de l’Espagne socialiste de Pedro Sanchez, qui suivra bientôt le même chemin que son collègue Boris Johnson, nous apprenons que le programme « Vacances en paix » par lequel 2200 garçons et filles sahraouis devaient être accueillis cette année par des familles espagnoles a été interrompu ce 8 juillet et reporté sine die sans aucune explication, le Ministère de la Jeunesse et des Sports espagnol publiant un communiqué sommaire sur sa page Facebook évoquant des difficultés concernant certaines démarches administratives. Nul doute que ces « démarches administratives » contrariées sont encore une fois imputables à la soumission du gouvernement Sanchez envers le royaume féodal marocain qui entend exercer un pouvoir totalitaire sur un territoire qui ne lui appartiendra jamais et montrer à l’Espagne que c’est lui qui mène la danse. Dansez Monsieur Sanchez, dansez, avec ou sans castagnettes, et surtout claquez bien des talons.

Puisque nous sommes dans l’art de la danse, parmi les danseuses du ventre se contorsionnant pour le Makhzen, citons un certain Jamal Bouoiyour qui s’est fendu d’une analyse « éclairante » sur l’Algérie, publiée le 6 juillet dernier dans le journal français Marianne et intitulée : « Taper sur la France et fermer ses frontières : le cynisme d’une Algérie à bout de souffle ». Nous répondrons à ce grand analyste qui nous prête une quête éperdue d’ennemis fantasmés que, non, nous ne fantasmons pas. La preuve, c’est que des gens comme ce Bouoiyour, Debbarh, Kaaout, Ouabbas et tant d’autres sont payés pour déverser leur fiel sur l’Algérie. Oui, nous défendons le principe d’autodétermination du peuple sahraoui comme nous défendons aussi le droit au peuple palestinien de vivre libre sur la terre de ses ancêtres, quand vous avez tous baissé votre pantalon devant l’entité sioniste d’Israël qui colonise non seulement la Palestine mais aussi le royaume féodal du Maroc avec un roi débauché qui se vautre dans le stupre au vu et au su de la planète entière avec un repris de justice pendant que son peuple crève-la-faim accepte de livrer ses enfants à tous les pervers de la planète. Quand on est obligé de se prosterner devant un noceur dépravé et corrompu, on n’essaie pas de donner des leçons à la grande Algérie dont le peuple, ses dirigeants et son armée ne se prosterneront jamais devant qui que ce soit !

Mohsen Abdelmoumen

Published in https://www.algeriepatriotique.com/2022/07/11/bouoiyour-debbarh-kaaout-ouabbas-ces-plumitifs-obsedes-par-lalgerie/