Prof. Martin E. Jay: “We all, alas, live in a war zone now”

Publié le Mis à jour le

martin-e.-jay1

Prof. Martin E. Jay. DR.

Mohsen Abdelmoumen: You wrote “Marxism and Totality: The Adventures of a Concept from Lukacs to Habermas”. Why, in your opinion, has totality been at the center of the thought of early Marxist philosophers such as Lukács, Korsch, Gramsci and Bloch?

Prof. Martin E. Jay: The category of totality, whose importance for Marxist theory Lukács emphasized in History and Class Consciousness (1923), was introduced to overcome the exaggerated role given to the economy by traditional, Second International Marxism. Although under capitalism, the economy as a distinct sub-sphere of society as a whole did play an exorbitant role, it was never simply a “base” or “substructure” on which a “superstructure” of culture, politics, religion, etc. was entirely dependent. Even more importantly, in the transition away from capitalism, which the theorists you mention hoped was actually happening, the relative autonomy of culture and politics within the totality of social relations would grow. Lire la suite »

Publicités

Prof. Martin E. Jay: « Hélas, nous vivons tous maintenant dans une zone de guerre »

Publié le Mis à jour le

martin-e.-jay-2

Prof. Martin E. Jay. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous avez écrit “Marxism and Totality: The Adventures of a Concept from Lukacs to Habermas”. Pourquoi,  d’après vous, la totalité a-t-elle été au centre de la pensée des premiers philosophes marxistes tels que Lukács, Korsch, Gramsci et Bloch?

Prof. Martin E. Jay : La catégorie de la totalité, dont l’importance pour la théorie marxiste a été soulignée par Lukács dans Histoire et Conscience de classe (1923), a été introduite pour surmonter le rôle exagéré donné à l’économie par le traditionnel, deuxième internationale marxiste. Bien que sous le capitalisme, l’économie en tant que sous-sphère distincte de la société dans son ensemble ait joué un rôle exorbitant, elle n’a jamais été simplement une « base » ou « sous-structure » dont une « superstructure » de culture, politique, religion, etc. était entièrement dépendante. Plus important encore, dans la transition à l’écart du capitalisme, dont les théoriciens que vous mentionnez espéraient qu’elle était réellement en train de se produire, l’autonomie relative de la culture et de la politique dans la totalité des relations sociales pourrait se développer. Lire la suite »

Étienne Chouard: “The Constituent Yellow Vests appeal to all humanity.”

Publié le Mis à jour le

etienne chouard1

Etienne Chouard. DR.

Mohsen Abdelmoumen: In your very powerful manifesto book « Nous ne sommes pas en démocratie!” (We are not in a democracy!), you make a relevant observation. Is it not rather a plutocracy?

Étienne Chouard:  Yes, absolutely. We have been in the plutocracy for two hundred years since the revolutions of England, America, France, since the advent of the representative government which designates the political players by the procedure of the election among candidates that one can help. This procedure, since one can help, gives all the power – because when one win the elections, one exercise all the power during the mandate – to those who have the most resources to help, that is, the richest. Lire la suite »

Étienne Chouard : «Les Gilets Jaunes constituants lancent un appel à toute l’humanité.»

Publié le Mis à jour le

etienne chouard 2

Etienne Chouard. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre manifeste très percutant « Nous ne sommes pas en démocratie ! », vous faites un constat pertinent. N’est-ce pas plutôt une ploutocratie ?

Etienne Chouard : Oui, tout-à-fait. Nous sommes en ploutocratie et cela depuis deux cents ans, depuis les révolutions anglaise, américaine, française, depuis l’avènement du gouvernement représentatif qui désigne les acteurs politiques par la procédure de l’élection parmi des candidats qu’on peut aider. Cette procédure, puisqu’on peut aider, donne tout le pouvoir – car quand on a gagné les élections on exerce tout le pouvoir pendant le mandat – à ceux qui ont le plus les moyens d’aider, c’est-à-dire les plus riches. Lire la suite »

Un 5e mandat pour Bouteflika : à quoi servent les « élections » présidentielles en Algérie ?

Publié le Mis à jour le

S5e-mandat-1

L’année 2019 qui consacrera l’élection d’Abdelaziz Bouteflika comme président pour la cinquième fois s’inscrit en droite ligne dans le délabrement de l’Algérie sous les mandats consécutifs de cette mafiocratie composée de Bouteflika et de son entourage qui ont transformé la République algérienne en monarchie. Le cinquième mandat est la conséquence directe d’un quatrième mandat autant surréaliste que catastrophique. Qu’importe si la Constitution algérienne est violée, Saïd et Nacer Bouteflika se moquent éperdument de sauver les apparences, pour eux, la fin justifie les moyens. Bien que leur frère Abdelaziz malade soit incapable de gouverner, qu’il soit mourant, celui-ci se représentera pour un mandat supplémentaire, car il est impensable pour Saïd et Nacer, ainsi que pour les oligarques qui les entourent, de perdre leurs privilèges et le pouvoir qu’ils ont acquis. Lire la suite »

Dr. Tomasz Pierscionek: “Capitalism is a failing system unable to solve major global problems”

Publié le Mis à jour le

Tomasz_Pierscionek_1d2d7

Dr Tomasz Pierscionek. DR.

Mohsen Abdelmoumen: You have worked on the theme of the Western Left. According to you, can we say that this left is in crisis?

Dr. Tomasz Pierscionek: The past decade of austerity, which has seen the rich get richer at the expense of everyone else and demonstrated that capitalism is a failing system unable to solve major global problems, provides an opportunity for the Left to demonstrate alternate programmes that benefit the majority rather than a wealthy and powerful minority. In Western Europe and the US, affected by years of indoctrination about the ‘failures’ of socialism, left-wing politicians and parties of labour have been cautious not too appear too left-wing and face the wrath of the rich and their media auxiliaries. In this way, they have failed to realise the potential of the Left to explain and advocate for socialist ideas and directly challenge capitalism. Far from being Marxists, as demonised by the media, the leaders of the Western Left have adopted the half-baked ideas of left of centre social-democracy – ie: let’s tinker at the edges of capitalism and smooth out its rougher bits whilst leaving its fundamental principles unchanged. Lire la suite »

Dr. Tomasz Pierscionek : «Le capitalisme est un système défaillant incapable de résoudre les grands problèmes mondiaux»

Publié le Mis à jour le

Tomasz-Pierscionek

Dr. Tomasz Pierscionek. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous avez travaillé sur le thème de la gauche occidentale. D’après vous, peut-on dire que cette gauche est en crise ?

Dr. Tomasz Pierscionek : La dernière décennie d’austérité, qui a vu les riches s’enrichir aux dépens de tous les autres et a montré que le capitalisme est un système défaillant incapable de résoudre les grands problèmes mondiaux offre à la gauche l’occasion de présenter des programmes alternatifs bénéficiant à la majorité plutôt qu’à une minorité riche et puissante. En Europe occidentale et aux États-Unis, touchés par des années d’endoctrinement sur les «échecs» du socialisme, les politiciens de gauche et les partis ouvriers ont fait preuve de prudence pour ne pas paraître trop gauchistes et ont été confrontés à la colère des riches et de leurs auxiliaires des médias. Ce faisant, ils ont échoué à prendre conscience du potentiel de la gauche pour expliquer et défendre les idées socialistes et défier directement le capitalisme. Loin d’être marxistes, diabolisés par les médias, les dirigeants de la gauche occidentale ont adopté les idées mal dégrossies de la gauche du centre social-démocrate, par exemple : bricolons sur les bords du capitalisme et lissons ses parties les plus rugueuses tout en laissant ses principes fondamentaux inchangés. Lire la suite »