démocratie

Nozomi Hayase : « L’injustice contre Assange illustre la crise profonde de la démocratie libérale occidentale »

Publié le Mis à jour le

Nozomi Hayase1

Dr. Nozomi Hayase. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Votre livre très intéressant à lire WikiLeaks: The Global Fourth Estate retrace la genèse de WikiLeaks. Selon vous, WikiLeaks n’a-t-il pas été un outil révolutionnaire pour défendre le droit d’informer ?

Nozomi Hayase : Je dirais que WikiLeaks est un outil qui défend le droit du public à savoir. La façon dont vous avez formulé votre question, « le droit d’informer de l’éditeur » découle du droit du Premier Amendement. Le modèle de gouvernance américain, à savoir une démocratie représentative, repose sur le mécanisme des freins et des contrepoids du pouvoir pour maintenir l’intégrité du système. Dans ce cadre, la presse joue un rôle crucial, car sans l’information du public, ce système de responsabilisation ne peut pas vraiment fonctionner. Lire la suite »

Publicités

Dr. Chris Wright : « La pensée critique et éclairée est dangereuse pour les puissants »

Publié le Mis à jour le

Chris Wright

Dr. Chris Wright. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous avez écrit « Worker cooperatives and revolution » où vous évoquez les coopératives de travailleurs. Dans ce livre passionnant, on remarque votre optimisme quant à la venue d’une nouvelle ère où l’humain est au centre. Vous citez l’exemple de la coopérative New Era Windows, à Chicago, D’après vous, sommes-nous dans une nouvelle ère où l’union des travailleurs sous forme de coopérative dessinera l’avenir du monde ?

Dr. Chris Wright : Je pense avoir été un peu trop optimiste dans ce livre sur le potentiel des coopératives ouvrières. D’une part, Marx avait raison de dire que les coopératives « représentent dans l’ancienne forme les premiers germes de la nouvelle ». Il s’agit du socialisme microcosmique, puisque le socialisme n’est que le contrôle démocratique de l’activité économique par les travailleurs, ce qui est essentiellement le cas des coopératives.  Même dans les grandes entreprises de Mondragon qui ont vu des conflits entre les travailleurs et la direction élue, il y a bien plus de démocratie (et un salaire plus égal) que dans une grande entreprise capitaliste typique. Lire la suite »

Dr. Nacer Djabi : « Ce moment générationnel marquera la différence entre l’Algérie d’avant et d’après le 22 février 2019 »

Publié le Mis à jour le

Nacer Djabi

Dr. Nacer Djabi. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Quel est le regard du Sociologue que vous êtes sur les évènements récents qu’a connus l’Algérie ?  D’après vous, les manifestations qui se déroulent tous les vendredis depuis le 22 février n’ont-elles pas changé l’histoire de l’Algérie ?

Dr. Nacer Djabi : Ce qui se passe en Algérie depuis le 22 février est unique et n’a jamais eu lieu auparavant, pas même dans d’autres pays arabes, par exemple au cours du printemps arabe en 2011-2012, en prenant en compte le haut niveau de  mobilisation et son caractère national, ce qui inclut dans le cas de l’Algérie, des manifestations populaires par millions dans plus de trente villes pour les mêmes revendications politiques. Lire la suite »

Robert Bibeau : « le capitalisme, c’est la guerre »

Publié le Mis à jour le

Robert-Bibeau2

Robert Bibeau. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : À la lecture de votre livre très instructif et passionnant, « La démocratie aux Etats-Unis, les mascarades électorales », on se pose la question suivante : y a-t-il réellement une démocratie aux Etats-Unis et à quoi servent les élections aux USA ?

Robert Bibeau : Oui, il existe une réelle démocratie pour la bourgeoisie aux États-Unis comme dans tous les pays capitalistes de ce monde. Il n’existe évidemment aucune « démocratie » populaire – prolétarienne, ni aux États-Unis ni dans aucun autre pays. Croyez-vous que l’adhésion à un parti bourgeois d’un multimilliardaire et de ses relations, compte tenu de son pouvoir de pression, de sa chaîne de télévision et de ses centres d’administration, soit du même poids « démocratique » que l’adhésion de mon voisin de palier – prolo de son métier – à un parti politique pseudo socialiste ? Il n’y a que la gauche bourgeoise pour le laisser croire. Les ouvriers américains le savent, eux qui ne se déplacent plus pour voter et « user de la puissance du crayon de votation bidon » ni bénéficier d’un pouvoir électoral chimérique exclusif aux riches. Lire la suite »

Étienne Chouard : «Les Gilets Jaunes constituants lancent un appel à toute l’humanité.»

Publié le Mis à jour le

etienne chouard 2

Etienne Chouard. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Dans votre livre manifeste très percutant « Nous ne sommes pas en démocratie ! », vous faites un constat pertinent. N’est-ce pas plutôt une ploutocratie ?

Etienne Chouard : Oui, tout-à-fait. Nous sommes en ploutocratie et cela depuis deux cents ans, depuis les révolutions anglaise, américaine, française, depuis l’avènement du gouvernement représentatif qui désigne les acteurs politiques par la procédure de l’élection parmi des candidats qu’on peut aider. Cette procédure, puisqu’on peut aider, donne tout le pouvoir – car quand on a gagné les élections on exerce tout le pouvoir pendant le mandat – à ceux qui ont le plus les moyens d’aider, c’est-à-dire les plus riches. Lire la suite »

Dr. Tomasz Pierscionek : «Le capitalisme est un système défaillant incapable de résoudre les grands problèmes mondiaux»

Publié le Mis à jour le

Tomasz-Pierscionek

Dr. Tomasz Pierscionek. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : Vous avez travaillé sur le thème de la gauche occidentale. D’après vous, peut-on dire que cette gauche est en crise ?

Dr. Tomasz Pierscionek : La dernière décennie d’austérité, qui a vu les riches s’enrichir aux dépens de tous les autres et a montré que le capitalisme est un système défaillant incapable de résoudre les grands problèmes mondiaux offre à la gauche l’occasion de présenter des programmes alternatifs bénéficiant à la majorité plutôt qu’à une minorité riche et puissante. En Europe occidentale et aux États-Unis, touchés par des années d’endoctrinement sur les «échecs» du socialisme, les politiciens de gauche et les partis ouvriers ont fait preuve de prudence pour ne pas paraître trop gauchistes et ont été confrontés à la colère des riches et de leurs auxiliaires des médias. Ce faisant, ils ont échoué à prendre conscience du potentiel de la gauche pour expliquer et défendre les idées socialistes et défier directement le capitalisme. Loin d’être marxistes, diabolisés par les médias, les dirigeants de la gauche occidentale ont adopté les idées mal dégrossies de la gauche du centre social-démocrate, par exemple : bricolons sur les bords du capitalisme et lissons ses parties les plus rugueuses tout en laissant ses principes fondamentaux inchangés. Lire la suite »

Mike Ferner : «C’est en raison de notre manque de démocratie que la politique étrangère des États-Unis est si militariste et destructrice»

Publié le Mis à jour le

mike Ferner 2

Mike Ferner. DR.

English version here

Por traducir, haga clic derecho sobre el texto

Per tradurre, cliccate a destra sul testo

Um zu übersetzen, klicken Sie rechts auf den Text

Щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Mohsen Abdelmoumen : D’après vous, les États-Unis d’Amérique sont-ils une vraie démocratie ou est-ce un régime ploutocratique ?

Mike Ferner : Les États-Unis n’ont jamais eu l’intention d’être une véritable démocratie.

Tout d’abord, c’est une république, c’est-à-dire des représentants élus, et non pas le peuple directement, qui instituent les lois. Cette disposition a été modifiée quelque peu lorsque certains États ont adopté des lois d’initiative et de référendum, permettant aux citoyens de soumettre directement le projet de loi aux électeurs en obtenant un grand nombre de signatures sur des pétitions. Lire la suite »